Le président des Régates de Saint-Félicien, Réjean Côté, devant la rivière Ashuapmushuan, où se tiendront des courses enlevantes, samedi et dimanche.

Régates: de la musique et des bolides

Le boulevard Sacré-Cœur de Saint-Félicien, qui se transformera en zone piétonnière au centre-ville, se prépare à vibrer au rythme de trois DJ, à compter de 18 h vendredi, puis du groupe Mordicus plus tard en soirée. Ces spectacles donneront le coup d’envoi de la 13e édition des Régates de Saint-Félicien, qui se tiendra toute la fin de semaine sur la rivière Ashuapmushuan.

En plus de ces performances musicales, le public pourra admirer, vendredi, des dizaines de voitures de haute performance exposées au centre-ville. « On s’attend à du jamais-vu. Il pourrait y avoir des Big Foot, des Ferrari modifiées ou des Lamborghini, vraiment de la haute performance qu’on n’a pas à Saint-Félicien », assure le président des Régates, Réjean Côté.

L’organisation de ce grand événement reçoit normalement entre 10 000 et 12 000 personnes pour les trois jours de festivités, mais elle s’attend d’en accueillir davantage cette année. « On a reçu beaucoup d’appels de gens de l’extérieur, notamment de Valleyfield et de la région de Montréal pour des billets en prévente », explique M. Côté.

Le souper dans les rues aura lieu sur le stationnement de l’hôtel de ville, samedi, plutôt que près du quai municipal. Le chapiteau de la Randonnée Hydro-Québec, qui sera de passage à Saint-Félicien en fin de semaine, a été installé à cet endroit cette année.

Samedi, les amateurs pourront voir des professionnels défiler à des vitesses pouvant aller jusqu’à 285 kilomètres à l’heure en ligne droite. Plusieurs endroits offrent d’excellents points de vue sur la rivière, notamment la marina (accès au site payant), le quai municipal et le parc devant l’hôtel de ville (accès gratuit).

La course de Saint-Félicien est la quatrième étape du circuit international de la Hydroplane Racing League (HRL), qui se poursuivra à Valleyfield les 13, 14 et 15 juillet. « On nous a dit qu’on avait le circuit le plus rapide au monde. Quand les coureurs s’en vont dos au courant, si le courant est à 10 kilomètres à l’heure, c’est ça de plus, alors les records de vitesse se font ici », indique le président des Régates de Saint-Félicien.