Redonner à la relève et aux clubs régionaux

Lors de l’annonce de leur retraite, Samuel Girard et Kasandra Bradette ont fait part de leur désir de redonner à leur sport en rendant visite aux jeunes des clubs en régions dites éloignées. Un projet qui a réjoui bon nombre d’entraîneurs présents dans le cadre du congrès de la Fédération de patinage de vitesse en cours à Saguenay.

« Ç’a toujours été dans nos plans d’aider et de redonner à notre sport. Nos horaires ne le permettaient pas, mais on se propose d’aller un peu partout au Québec, dans des clubs justement qui n’ont pas la chance d’avoir des athlètes, expliquent Samuel et Kasandra. On veut vraiment transmettre notre expérience aux jeunes et à la communauté. »

La mère de Valérie Maltais, Martine Simard, a assisté à la conférence de Kasandra Bradette et de Samuel Girard, qui tirent leur révérence du patinage de vitesse courte piste. Elle donne un câlin réconfortant à Kasandra après la conférence.

Samuel Girard aimerait que ce type de rencontres avec la relève soient permises plus souvent. « Je trouve qu’on n’en redonne pas assez durant une saison. Les entraîneurs devraient nous permettre d’avoir un certain moment pour redonner au sport, pour assurer une relève. Je trouve qu’on n’en fait pas assez. Nous, on va rattraper ce temps perdu, autant avec ceux d’ici ou ceux de Baie-Comeau, Matane ou autre. C’est difficile à gérer, mais c’est un devoir qu’on veut faire », a-t-il affirmé en conférence de presse.

Le projet n’est pas tombé dans l’oreille de sourds, et l’entraîneur du club de Matane est allé les rencontrer à la fin de la conférence pour connaître leurs disponibilités.

Évidemment, Kasandra et Samuel ont remercié tous leurs proches, les clubs de la région (F18 de La Baie pour Samuel et Éclairs de Saint-Félicien pour Kasandra) qui les ont guidés dans leurs premiers pas, ainsi que le Centre régional Marc-Gagnon « qui nous a permis de continuer à évoluer tout en restant le plus longtemps possible dans notre région. Le Centre Marc-Gagnon a un peu été le catalyseur de notre carrière », soulignent les deux tourtereaux, qui ont chacun quitté la région à 17 ans pour aller s’entraîner au Centre national basé à Montréal.