Alain Côté et Luc Dufour ont participé à l’hommage rendu à Roberto Lavoie, organisé par la municipalité de Petit-Saguenay.

Reconnaissance et retrouvailles à Petit-Saguenay

C’était vraiment la fin de semaine de Roberto Lavoie à Petit-Saguenay. Des retrouvailles avec de vieux amis et d’anciens coéquipiers, des matchs de hockey comme dans le temps, et surtout, un hommage ultime lorsque l’aréna de son village natal a été renommé en son nom, dans le cadre la Coupe des entreprises du Bas-Saguenay,

La cérémonie a eu lieu vendredi soir, à la veille du début du tournoi regroupant huit équipes. En plus de nombreux amis et plusieurs membres de sa famille, Roberto Lavoie était accompagné de ses anciens coéquipiers avec les Saguenéens de Chicoutimi Luc Dufour et André Côté. Christian Caron, membre de la dernière édition championne de la Coupe du Président des Sags en 1994, avait aussi accepté l’invitation. Lavoie a d’ailleurs dirigé Caron à Chicoutimi lors de la saison 1994-1995, quand le regretté Gaston Drapeau était l’entraîneur-chef.

Rencontré samedi midi, le principal intéressé commençait à retomber sur pieds après cette vague d’amour.

«Quand tu vois un aréna être nommé à ton nom, c’est tout un hommage, a laissé tomber Roberto Lavoie. C’était assez émouvant. Quand on m’a annoncé la nouvelle il y a environ un mois, la première chose que j’ai faite, c’est d’aller sur Internet pour voir les arénas nommés en l’honneur d’anciens joueurs au Québec. Quand tu vois des noms comme Maurice Richard et Jean Béliveau, tu te dis que tu n’es pas dans cette catégorie!»

Anciens membres des Saguenéens de Chicoutimi, Christian Caron, Alain Côté, Roberto Lavoie et Luc Dufour ont passé la fin de semaine à Petit-Saguenay pour l'hommage rendu à M. Lavoie.

Les organisateurs de la soirée hommage de vendredi ont fait les choses en grand. Des vidéos pour rappeler les faits marquants de la carrière de Roberto Lavoie, différents témoignages et quelques surprises ont réchauffé le coeur de l’homme de 56 ans. Véritable vedette en Suisse grâce à sa carrière de hockeyeur remplie de succès, des amis européens ont également partagé leurs souvenirs par l’entremis de messages.

«Ils m’ont vraiment pris par surprise et c’était pas mal émotif comme moment», a avoué Roberto Lavoie, qui revient régulièrement à Petit-Saguenay pour pêcher le saumon, entre autres. Il est aussi un des ambassadeurs sportifs de Petit-Saguenay dans le cadre du 100e anniversaire de la municipalité.

Une sculpture en bois, fabriquée par Les ateliers Bois de fer, a été conçue à l’effigie de la désormais vedette éternelle du Bas-Saguenay.

Luc Dufour élogieux

Partenaire incontestable de Roberto Lavoie sur la glace au cours de leur jeunesse, Luc Dufour a donné beaucoup de crédit à son grand ami. Membres de «la ligne des bleuets», complétée par le Robervalois Sylvain Laflamme, dans le midget AAA avec l’équipe de Boisbriand-Laurentides en 1978-1979, Lavoie a retrouvé Dufour avec les Saguenéens en 1980 quand il a été échangé par les Remparts de Québec.

Roberto Lavoie a été touché par l’hommage que la municipalité de Petit-Saguenay lui a rendu, en fin de semaine. L’aréna du village porte désormais le nom de l’ancien hockeyeur.

Ils ont joué deux saisons ensemble à Chicoutimi, encore une fois sur le même trio, entre 1980 et 1982.

«Roberto m’a tellement bien fait paraître, a louangé Luc Dufour, de Chicoutimi. Il a toujours été dédié au hockey, avec une intelligence et une intensité sur la glace remarquables. C’était un naturel.»

Repêché par les Saguenéens, Luc Dufour était donc ravi lorsque son comparse est passé du «bon» côté de la route 175.

«Il a été très bon pour moi et il a contribué à ma carrière», a-t-il ajouté, rappelant que toute la famille Lavoie était grandement respectée à Petit-Saguenay.

De son côté, Alain Côté est devenu un membre de la famille Dufour, ce qui lui a permis de se rapprocher de Roberto Lavoie. Marié à la soeur aînée de Luc, Martine, qu’il a connu au cours de son stage junior à Chicoutimi, l’ancien joueur des Nordiques de Québec ne s’est pas fait prier pour revenir dans le Bas-Saguenay.

«C’était une cérémonie simple et bien réussie, un peu à l’image de Roberto et des gens ici, a raconté Alain Côté. On a vu qu’il est apprécié. En étant originaire de Matane, j’ai vécu un peu ce que Roberto a vécu, dans le sens où on n’avait pas accès aux infrastructures des grands centres. On a été inventifs et débrouillards dans nos façons de s’entraîner et de se préparer durant l’été. C’était peut-être un avantage qu’on avait sur les autres.»

Outre son fameux but refusé en 1987 qui fait encore sa renommée, il est bon de souligner qu’Alain Côté est l’un des rares joueurs à ne jamais avoir été échangé au cours de sa carrière de hockeyeur. Après trois saisons avec les Saguenéens, il a passé les 12 années de sa carrière professionnelle dans l’uniforme des Nordiques, dont deux alors qu’ils faisaient encore partie de l’Association mondiale de hockey (AMH).

Pour ce qui est du but refusé par Kerry Fraser lors du cinquième match de la série face aux Canadiens de Montréal, Alain Côté s’en fait encore parler aujourd’hui. Et ça ne lui dérange pas du tout, conscient que la séquence fait partie du «folklore québécois.»

«Je réponds aux gens que mon but était bon; c’est plutôt l’arbitre qui n’était pas bon, a lancé Alain Côté en riant. C’est un prétexte pour les gens de venir me parler et on par la suite, on parle de différents sujets.»

Luc Dufour, en rouge, est en action à la Coupe des entreprises de Petit-Saguenay, tout comme Alain Côté, Roberto Lavoie et Christian Caron, d’anciens joueurs qui ont connu une belle carrière.