Rébecca Beaumont

Rébecca Beaumont: de la montagne à la route

L’espace de deux semaines, Rébecca Beaumont troquera le vélo de montagne pour le vélo de route. L’Almatoise aura l’occasion de vivre les courses sur route de haut niveau au sein de l’équipe continentale Illuminate. L’athlète de 27 ans a en effet été recrutée pour prendre part à la Classique internationale Panoroma Guizhou, qui se déroulera du 6 au 10 mai en Chine, pour ensuite enchaîner avec le prestigieux Tour de Californie, une épreuve du World Tour, qui se tiendra du 17 au 19 mai.

Le hasard a bien fait les choses pour la jeune femme. Commanditée par Marin Bikes, elle était à la Classique de Seattle sous la tente du fabricant de vélo la semaine dernière pour ce rendez-vous qui réunit les représentants de l’industrie du vélo, que ce soit sur route, de montagne, électrique ou autre. 

Or, le mécano de Marin Bikes est un peu une légende dans cet univers, et plusieurs viennent lui piquer un brin de jasette pendant qu’il travaille. C’est ainsi que Chris Johnson, le directeur sportif de l’équipe américaine Illuminate, s’est pointé sous la tente et que l’Almatoise lui a été présentée. 

En boutade, la dynamique jeune femme lui a lancé que s’il avait besoin d’une fille pour une course du World Tour, il n’avait qu’à lui faire signe. 

« Il m’a dit que justement, il en cherchait une pour le Tour de Californie parce que deux de ses coureuses ne pouvaient pas courir en raison d’une fracture à la clavicule », raconte la jeune femme, qui a cru que c’était une blague. Comme il ne l’avait jamais vu courir, il a demandé au mécano si elle pourrait prendre le relais, et ce dernier lui a dit que oui.

Une chance à saisir

L’offre est tombée à point puisque Rébecca et son entraîneur Jude Dudour avaient décidé de faire l’impasse sur les coupes du monde de vélo de montagne en Allemagne et en République tchèque.

 La vététiste était en effet revenue déçue de sa prestation à la première Coupe du monde en Afrique et avait décidé de se donner un peu de temps pour la suite des choses. Elle avait prévu prendre part aux étapes de la Coupe Canada de Mont-Tremblant et du Mont-Sainte-Anne. 

Selon les résultats obtenus, elle envisagera une participation à la Coupe du monde en Italie en juillet, puis à celle d’Andorre. « Idéalement, j’aurais voulu faire toutes les courses (de la coupe du monde), mais c’est vraiment beaucoup d’argent. »

Elle a donc saisi la chance qui s’offrait de vivre une nouvelle expérience, d’autant plus que le directeur sportif lui a précisé qu’il n’avait pas d’attentes de rendement de sa part. 

« Il veut que je vienne et que je m’amuse, que je profite de l’expérience pour apprendre au maximum. Il dit qu’il m’a invitée parce qu’il aimait vraiment ma personnalité et mon énergie, qu’il trouvait que j’avais l’air le fun, de bonne humeur et que je m’entendrais bien avec l’équipe », relate-t-elle.

Grâce à sa personnalité

Petite bombe d’énergie aux mille et un projets, l’Almatoise est heureuse que ce trait de sa personnalité soit perçu positivement. 

« Souvent, je me fais reprocher d’avoir beaucoup trop d’énergie, et le fait que j’entreprenne beaucoup de projets est plutôt perçu comme un manque de focus, confie-t-elle. C’était le fun de voir que ç’a été perçu comme une qualité. »

Incursion dans un autre univers

N’ayant pas de brevet d’athlète (carding), Rébecca Beaumont est habituée à se débrouiller seule lorsqu’elle prend part à des compétitions de vélo de montagne. En se joignant à l’équipe continentale Illuminate, elle découvre un univers complètement différent.

L’Almatoise avoue qu’elle a l’impression d’être traitée comme une princesse, puisque tout ce qu’elle aura à amener avant de s’envoler vers la Chine, mercredi soir, ce sera ses souliers et sa selle de vélo. L’équipe fournit en effet les vêtements, les vélos, le mécano, l’hébergement, le transport, etc.  

«En vélo de montagne, je suis habituée à amener mes pièces, ma bouffe, de louer les autos et les hôtels. Bref, de m’occuper de tout. Là, ce sera un peu comme des vacances. Tout ce que j’aurai à faire, c’est de m’entraîner, de courser et de me reposer. Et la température sera certainement mieux là-bas qu’au Québec!», lance-t-elle, enthousiasmée par ce nouveau défi.

Comme le vélo de route fait déjà partie de son entraînement durant la saison morte, Rébecca y voit une belle occasion de s’entraîner à plein régime. Elle compte apprendre le plus de choses possible auprès de ses nouvelles coéquipières, tout en voulant les aider au meilleur de ses capacités.

L’Almatoise précise qu’elle n’a pas l’intention de changer de carrière. Le vélo de montagne reste sa priorité, mais elle a l’intention de savourer pleinement cette incursion dans le monde des courses sur route.

La jeune femme est aussi heureuse de l’ouverture de ses commanditaires, Marin Bikes et Peppermint Cycling Compagny, qui lui ont permis de s’associer à l’équipe pour la durée de son expérience avec Illuminate.

Enfin, il sera possible de partager ses impressions par l’entremise de chroniques sur son blogue et sa page Facebook. À suivre!