Kristof Rasovszky a largué ses adversaires dans la dernière portion de la course.

Rasovszky le plus rapide au 10 km FINA

À peine revenu de la Corée du Sud, où se déroulaient les Championnats du monde de natation, Kristof Rasovszky a laissé la fatigue de côté en s’imposant au 10 km FINA, dimanche après-midi, dans le cadre de la 65e Traversée internationale du lac Saint-Jean. Quatrième sur la même distance il y a moins d’une semaine aux Mondiaux, le Hongrois a semé ses adversaires dans le dernier droit pour signer une victoire nette.

Le Français Fares Zitouni a terminé deuxième et l’Italien Dario Verani ont complété le podium. Rasovszky a complété les six tours d’une boucle de 1,6 kilomètre en 1h53min28sec80, soit plus de 12 secondes devant Zitouni. Pas trop mal pour un athlète qui a dû passer plusieurs heures en avion.

«J’ai pu dormir beaucoup pendant le long voyage», a justifié le gagnant, tout sourire à l’arrivée.

«Je voulais vraiment gagner, mais avec le voyagement, je ne savais pas trop comment j’allais pouvoir gérer la course, a-t-il ajouté. Le nageur français (Zitouni) était vraiment fort à l’avant pendant les premiers tours. Je ne m’attendais pas à creuser un écart aussi grand à l’arrivée. J’étais finalement le plus rapide!»

Présent une première fois à Roberval pour participer à un événement de la Traversée, Kristof Rasovszky a pris le temps d’étudier ses opposants et les conditions avant de donner un grand coup.

4e au championnat mondial en Corée du Sud, Kristof Rasovszky a poursuivi sur sa lancée à Roberval.

«J’ai essayé d’économiser de l’énergie pendant la première partie de la course et par la suite, j’ai poussé davantage, a-t-il résumé. Je suis resté derrière le nageur en première position et lorsqu’on a rattrapé le peloton des femmes, j’ai tenté d’y aller le plus fort possible. Quand j’ai vu que les autres gars étaient un peu plus loin derrière, je n’ai pas eu à tout donner dans les derniers mètres.»

Deuxième à l’arrivée après être resté devant une bonne partie de l’épreuve, Fares Zitouni savourait pleinement son premier podium en carrière sur le circuit des Séries mondiales des marathons de natation de la FINA. Le 10 km de Roberval était d’ailleurs la cinquième des neuf étapes de la saison.

«Mon entraîneur m’avait dit de demeurer devant pour éviter de devoir tout donner à la fin. C’est ce que j’ai fait et je suis content, a partagé le nageur de 20 ans. C’était un peu plus compliqué en fin de course. Je m’y attendais, mais j’ai quand même joué le coup.»

Zitouni savait bien que Rasovszky était l’adversaire le plus redoutable. Il a tenté de s’accrocher à lui en fin de course, mais il a été coincé derrière les autres nageurs. Malgré tout, le cousin français était fier de sa gestion de l’effort, lui qui n’avait pas d’objectif particulier en arrivant dans la capitale de la nage en eau libre.

«Je voulais seulement faire une bonne course», a-t-il réagi.

Les spectateurs pouvaient voir de mettre les techniques de ravitaillement utilisées par les nageurs et leur équipe.

Champion du 10 km en 2018, Marcel Schouten a fini l’édition 2019 en cinquième position, à une seconde et demie du podium. Le représentant des Pays-Bas va maintenant se préparer à sa première traversée du lac Saint-Jean, samedi prochain.

Neuvième l’an dernier, Nicolas-Masse Savard a été le meilleur Canadien en terminant sixième, en plus d’améliorer son temps de plus de deux minutes par rapport à 2018.

Serré chez les femmes

Chez les femmes, à peine 12 secondes ont séparé la première et la quatrième position. L’Italienne Rachele Bruni s’est imposée après 2h03min56sec, suivie d’Anna Olasz, de la Hongrie, et de Caroline Jouisse, de la France.

Stephanie Horner est arrivée à cinq secondes de la troisième, réalisant la meilleure performance canadienne.

«Avec deux tours à faire, j’ai décidé d’aller plus rapidement. C’était la stratégie que j’avais établie avec mon entraîneur», a indiqué Rachele Bruni.

Rachele Bruni a remporté le 10 km chez les femmes.

Tout comme le champion du 10 km chez les hommes, Bruni était également en action aux Championnats du monde de natation en Corée du Sud. Un vol de 30 heures aura finalement été l’ingrédient secret pour les gagnants du jour!

+

EN RAFALE

  • Parmi les 33 nageurs inscrits au 10 km FINA, 11 participeront également à la traversée de 32 kilomètres, samedi prochain.
  • Seulement deux abandons ont marqué l’épreuve du 10 km, soit Mia Desjarlais chez les femmes et Christopher Deegan chez les hommes.
  • Les nageurs ont pu compter sur les encouragements d’un bon nombre de spectateurs dans les estrades près de la rade de Roberval. Comparativement aux années antérieures, le 10 km FINA se tenait le dimanche au lieu du jeudi précédant la traversée, ce qui a permis à un plus grand nombre de personnes de se déplacer.
  • Les nageurs vont prendre un premier bain de foule, mercredi, avec le traditionnel souper dans les rues, non loin de la Place de la Traversée.

+

SENTIMENTS PARTAGÉS POUR LES RÉGIONALES

(Jonathan Hudon) – Les sentiments étaient partagés chez les deux nageuses régionales après le 10 km FINA. Gabrielle Savard était déçue qu’une erreur soit venue chambarder son plan de match, tandis que Dania Belisle était encouragée pour samedi prochain, en vue de la traversée de 32 km entre Péribonka et Roberval.

Gagnante chez les femmes au Marathon de la relève l’an dernier, Gabrielle Savard a terminé 10e au 10 km FINA, sur 14 participantes. Une erreur après le premier tour l’a empêchée de suivre le peloton de tête.

« J’ai eu de la misère à contourner la première bouée et j’ai dû revenir la passer à nouveau, ce qui m’a fait rater le groupe de tête, a résumé la Dolmissoise. Je l’ai payé toute la course. J’ai réussi à le rattraper dans le deuxième tour, mais j’ai beaucoup trop dépensé d’énergie pour y arriver. »

La jeune athlète a comme objectif de participer à la traversée de 32 km l’an prochain. En attendant, elle va prendre le temps de digérer l’expérience vécue dimanche.

« C’est sûr que mentalement, c’était dur un peu. Honnêtement, c’était une mauvaise course, tout simplement », a laissé tomber Gabrielle Savard, qui a tout de même accepté de livrer ses commentaires malgré la déception.

De son côté, Dania Belisle ne pouvait demander mieux. Hors délai l’an dernier au 10 km, elle est arrivée dans les temps cette fois-ci, avec une 12e position. Inscrite au 32 km pour ce qui sera la dernière course de sa carrière, la nageuse de 26 ans est, de son propre aveu, dans la forme de sa vie.

« Je suis très en forme et je suis excitée pour la semaine prochaine, a annoncé Dania Belisle. Je suis contente de ne pas avoir fini dernière et je suis également à l’intérieur des délais, contrairement à l’an dernier. Ç’a tellement passé vite ! Je suis prête pour la semaine prochaine. »

Dania Belisle avait terminé hors délai au 32 km il y a deux ans, à sa première expérience. Elle était toutefois la seule nageuse à ne pas porter la combinaison thermique, alors qu’elle était permise en raison de la température de l’eau.

« Je suis contente d’être à Roberval auprès de l’organisation de la Traversée, a-t-elle raconté. Ça fait chaud au coeur de voir tous les jeunes me soutenir et me voir comme un modèle. »

L’objectif de Belisle est de terminer la traversée à l’intérieur des temps réglementaires, mais surtout avec le sourire, pour « terminer ma carrière là où je l’ai commencée ».