Robin Dallaire (Dallaire Équipement), Sandra Fortin (DG Centre Mont-Lac-Vert), Marc Richard (maire d’Hébertville), Frédéric Gagné (DG Circuit Hillcross), Carolane Lachance (Centre du sport Lac-Saint-Jean) et Éric Néron (Gobeil Équipement) ont dévoilé les grandes lignes de l’édition 2018 du Circuit de Hillcross du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le Centre Mont-Lac-Vert d’Hébertville donnera le coup d’envoi le 27 janvier, avec un événement couru en soirée.

Quatre courses de Hillcross cet hiver

L’organisation du Hillcross Saguenay-Lac-Saint-Jean passe en vitesse supérieure à l’aube de sa 7e saison. Pour la saison 2018, une centaine de coureurs de la région ainsi que des équipes professionnelles d’un peu partout au Québec et même des États-Unis sont attendus aux quatre courses du circuit régional qui seront tenues entre janvier et avril.

Créé en avril 2012 à l’initiative de passionnés qui désiraient s’amuser, le rendez-vous a pris de l’ampleur et a gagné en notoriété. Depuis la première édition tenue au Mont-Édouard, la compétition s’est structurée avec l’ajout de nouvelles catégories, afin de mieux répondre aux différents groupes de participants. Ainsi, l’édition 2018 proposera quatre courses tenues tant au Lac-Saint-Jean qu’au Saguenay. Le Mont-Lac-Vert ouvrira le bal le 27 janvier, suivi de l’étape au Mont-Bélu de La Baie le 17 mars et de celle du Tobo-Ski de Saint-Félicien le 31 mars.

« On est rendu avec une programmation de quatre événements avec un système de pointage pour inciter nos compétiteurs à participer à tous les événements. On a des équipes du Québec et même des Américains qui descendent pour venir courir. Cette année, ils devraient être aux quatre événements », assure-t-il.

À Hébertville et à La Baie, la compétition se déroulera en soirée, dans des parcours illuminés. « C’est super magique et pour avoir parlé aux spectateurs, c’est très apprécié... même si les coureurs aiment un petit peu moins ça », mentionne en riant l’instigateur et DG du circuit, Frédéric Gagné.

Évidemment, la tenue de tels événements génère des retombées économiques intéressantes dans chaque site hôte d’une étape, car « un coureur amène au moins trois personnes avec lui », fait valoir Frédéric Gagné. 

Quant au championnat de fin de saison, il aura lieu le 14 avril, mais l’endroit reste à déterminer. « On a reçu des offres de plusieurs montagnes et on ne sait pas si on va le tenir dans la région ou à l’extérieur. Nous sommes présentement en discussions », explique le grand manitou du circuit. Jusqu’à maintenant, la formule de championnat tenu à l’extérieur de la région semble en avance. Toutefois, s’il est tenu à l’extérieur, il ne comptera pas au cumulatif régional. 

Nouvelles catégories

Frédéric Gagné s’attend à attirer plus de 100 participants chaque fois, ce qui requiert une bonne gestion des courses. Car plusieurs coureurs sont inscrits dans deux ou trois catégories. « On se penche déjà sur la situation, car ça fait beaucoup trop de monde, mais c’est un heureux problème et moi, je ne veux refuser personne », assure le DG du circuit, tout en rappelant que les inscriptions se font sur place.

Au début de l’aventure, les pilotes pouvaient s’amuser avec des motoneiges moins performantes. Mais au fil des ans, des équipes professionnelles se sont ajoutées. « On est super contents de ça, mais on ne veut pas perdre les amateurs non plus. Il fallait prendre une décision parce qu’on perdait nos premiers coureurs qui nous ont supportés dans les débuts. On a donc ajouté une classe amateur parce que le calibre commence à être vraiment fort », dit-il en soulignant que certaines motoneiges ont contribué à ce que leurs pilotes remportent les honneurs aux X Games américains.

Outre la classe amateur, on retrouve également une classe féminine (dont l’organisateur espère doubler le nombre de participantes), la classe junior 16-20 ans pour la relève, la 600 cc Open, la 800 Stock, la classe Montagne, et le Snowbike.

Des bourses alléchantes sont remises. « Plus la classe est grosse, plus la bourse est importante. 100 % de l’argent des inscriptions sont remis en bourses. C’est pourquoi on est à la recherche de nouveaux commanditaires », plaide le DG du circuit. 

Retombées

Maire d’Hébertville, Marc Richard s’est dit heureux d’accueillir ce type de compétition au Mont-Lac-Vert qui est développement, et « que cela permettait de faire connaître la montagne à d’autres clientèles et autres coins de pays ».

« L’an passé, c’était une première année-test et ç’a été une réussite, donc on va essayer d’améliorer davantage (la tenue de l’événement) parce que le défi est toujours la cohabitation avec les skieurs et les motoneigistes. On va encore le réussir beaucoup mieux cette année », souligne Sandra Fortin DG du Centre récréotouristique du Mont-Lac-Vert. Deux partenaires de la première édition, Dallaire Équipement et Gobeil Équipement, étaient aussi présents et l’organisation a rappelé l’importance « des partenaires sans qui il serait impossible d’organiser un tel circuit ».