Victime d'une commotion juste avant le début des sélections olympiques, la Félicinoise Marianne St-Gelais a finalement été retenue pour participer aux Jeux olympiques de 2018, en Corée du Sud, tout comme la Baieriveraine Valérie Maltais. Kasandra Bradette et Samuel Girard avaient confirmé leur place lors des sélections olympiques canadiennes.

Quatre Bleuets aux Jeux

La région sera encore fort bien représentée aux Jeux olympiques de PyeongChang en février 2018, avec la présence des Félicinoises Marianne Saint-Gelais et Kasandra Bradette ainsi que la Saguenéenne Valérie Maltais sur l'équipe féminine, en plus de Samuel Girard de Ferland-et-Boilleau sur l'équipe masculine. À cela s'ajoute le Chicoutimien d'origine Frédéric Blackburn qui sera l'entraîneur de l'équipe féminine.
Mercredi, le Comité haute performance de Patinage de vitesse Canada a dévoilé les cinq hommes et cinq femmes qui composeront l'équipe nationale aux Jeux olympiques du 10 au 22 février, en Corée du Sud. Si Bradette et Girard ont confirmé leur place lors des sélections olympiques canadiennes, il en était autrement pour Saint-Gelais et Maltais, victimes de commotions cérébrales. Dans le cas de Marianne, une chute à l'entraînement juste avant le début des sélections l'a mise hors de combat, tandis que Valérie a elle aussi été victime d'une chute durant la sélection. Les deux athlètes ont soumis une demande d'exemption. Marianne Saint-Gelais a vu sa demande retenue, tandis que Valérie Maltais, 4e au classement avant sa blessure, a été le choix discrétionnaire pour compléter l'équipe.
« Ça y est ! Ma participation aux Jeux de PyeongChang est confirmée et j'en suis très heureuse. Cette nomination représente une étape décisive en vue de mon dernier tour de piste olympique. Je tiens à remercier Patinage de vitesse Canada et son comité de sélection pour leur confiance à la suite de ma demande d'exemption lors des Sélections de l'équipe. Je me sens super bien. Je suis déjà de retour sur la glace, prête physiquement et mentalement pour les premières épreuves de la Coupe du monde. Notre équipe olympique est un heureux mélange qui réunit l'expérience et la jeunesse. Nous serons des adversaires coriaces, croyez-moi ! », a commenté la vice-championne du monde par voie de communiqué.
Pour sa part, Valérie Maltais était bien sûr heureuse de sa sélection, mais surtout d'être de retour à l'entraînement sur glace depuis mardi, comme elle l'a souligné sur sa page Facebook. « Pendant deux semaines, je n'ai rien pu faire. C'est maintenant le temps de se remettre en forme pour le prochain voyage », a-t-elle déclaré au collègue de La Presse.
Rappelons que Kim Boutin, Jamie McDonald, Charles Hamelin et Charle Cournoyer avaient aussi obtenu leur billet pour les Jeux 2018 à l'issue des sélections de la mi-août. Outre Saint-Gelais et Maltais, le Comité haute performance a attribué les deux dernières places disponibles chez les hommes à François Hamelin et Pascal Dion.
Patinage de vitesse Canada précise que ces nominations sont provisoires. À compter de la fin septembre, les athlètes devront confirmer leur place avec leurs résultats aux quatre Coupes du monde d'ici les Jeux, dont la première aura lieu à la fin septembre en Hongrie. Ils tenteront ainsi d'obtenir le nombre maximum de places fixées pour satisfaire au quota dans chacune des épreuves, dont le relais 5000 m chez les hommes et le relais 3000 m chez les femmes. Ces places s'obtiennent au moyen du classement des qualifications spéciales des Jeux olympiques, lequel s'appuie sur trois des quatre meilleurs résultats inscrits pour chaque épreuve concernée à l'occasion d'une compétition de Coupe du monde de patinage de vitesse sur courte piste.