Audrey Robichaud a assuré sa place en finale des bosses en prenant la 10e place à Bokwang.

Robichaud passe en finale aux bosses

BOKWANG — Avec la mésaventure qu’elle a vécue à son arrivée, en début de semaine, Audrey Robichaud était ravie d’avoir réussi une descente «de haut en bas» à la première séance de qualifications de l’épreuve des bosses en ski acrobatique, vendredi matin (jeudi soir, heure du Québec), au Parc à neige Phoenix.

Sa 10e place sur les 30 participantes lui donnait son laissez-passer pour la finale féminine, lundi. Elle a donc franchi une étape importante, autant sportive que psychologique, en terminant parmi les 10 premières après avoir effectué une violente chute à l’entraînement, lundi dernier.

«J’ai fait un gros crash à ma première journée d’entraînement sur le premier [saut] de 360 degrés. Ça m’a ébranlé et ce fut une bataille avec moi-même pour m’en remettre. Il s’agit d’une épreuve en soi de revenir de ça», disait-elle dans la zone mixte réservée aux médias.

La bosseuse de Val-Bélair ne s’est pas fait mal lors de sa chute, mais elle a dû chasser le doute de son esprit. «Ça été difficile de revenir, et ça quand même bien été en qualifications. Ce fut plus une blessure mentale que physique.»

Le parcours de Bokwang est différent de celui de la Coupe du monde disputée au même endroit, l’an passé, et Robichaud s’en est vite rendu compte. «Il est beau de loin, mais “ouache”, les bosses sont comme des pyramides, elles sont pointues et aiguisées. L’an passé, j’avais eu plus de difficulté avec mon ski, ici, mais cette année, ç’a été avec les sauts», notait celle qui a ramené 72,48 points. Elle avait été la 16e à s’élancer et a réussi à conserver sa place dans le top 10.

Elle voyait sa présence en finale comme un grand soulagement. Après la qualification féminine, elle s’est retrouvée parmi ses proches au pied de la pente, prenant quelques photos, sourire aux lèvres.

Audrey Robichaud en est à sa troisième participation aux Jeux olympiques, après des présences à Turin (2006) et Sotchi (2014). À 31 ans, sa carrière tire à sa fin. Elle avait fini 8e en Italie et 10e en Russie. «On verra la stratégie à adopter», ajoutait-elle avant de connaître son rang.

Trois skieuses canadiennes ont réussi à passer directement en finale, soit Andi Naude (2e) et Justine Dufour-Lapointe (4e). Sa sœur, Chloé, a pour sa part pris le 13e rang et devra se farcir la deuxième qualification, dimanche, pour se retrouver en finale, où 20 participantes seront du départ. C’est la Française Perrine Laffont qui a pris le premier rang avec une récolte de 79,72 points.