Laurie Blouin, de Stoneham, célèbre sa médaille d'argent, après l'épreuve de slopestyle des Jeux de PyeongChang, au Parc à neige Phoenix, lundi.

Laurie Blouin remporte l'argent malgré le vent

BOKWANG — Ce n’est pas seulement un œil au beurre noir que Laurie Blouin ramènera en souvenir des Jeux de PyeongChang! La planchiste de Stoneham affichera surtout un regard argenté à son retour à la maison en raison de sa deuxième place à l’épreuve de slopestyle en snowboard, tard dimanche soir, au Parc à neige Phoenix.

Face au vent qui faisait des ravages parmi les inscrites à cette épreuve annulée, la veille, et retardée d’une heure, le matin même, la jeune femme de 21 ans s’est tenue debout pour obtenir la médaille d’argent, une troisième en deux jours pour l’équipe canadienne de snowboard.

À lire aussi: Les proches rassemblés à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier: «Il faut croire en nos enfants»

Elle se relevait donc d’une brillante façon après avoir frôlé la catastrophe, vendredi, à l’entraînement à la suite d’une vilaine chute. Après quelques jours d’incertitude, la voilà sur la tribune d’honneur.

«Je ne m’y attentais pas pantoute. Honnêtement, c’est fou, je ne le réalise pas encore. Je suis fière, j’ai tellement travaillé fort avec mon entraîneur et tout le monde qui m’entoure», disait-elle après avoir grimpé sur le podium dans l’aire d’arrivée.

Comme d’autres doivent le faire, elle n’a pas eu à attendre pour recevoir sa médaille puisque la cérémonie de son épreuve avait lieu à 5h42, ce matin au Québec, à la Plaza des médailles.

Son entourage immédiat n’étant pas en Corée du Sud, elle s’est fait un devoir de contacter sa mère, son coach et son père avant même de faire la tournée des médias.

«C’était la première fois que j’entendais mon père pleurer, ça m’a fait pleurer moi aussi…», avouait-elle avec émotion.

Un objectif clair

Son objectif était clair: franchir les qualifications et tout donner en finale pour obtenir une médaille. Mais le scénario a changé lorsque la qualification a été annulée à cause des vents. Ironie du sort, il ventait encore plus en ce lundi midi coréen de finale.

«J’ai réussi à bien gérer le vent. C’était un défi, mais il y a toujours quelque chose à chaque compétition. Quand j’ai senti le vent après mon deuxième saut, j’ai décidé de faire un simple périlleux au lieu d’un double sur le dernier. Mais je n’étais vraiment pas certaine de l’atterrir, parce que j’étais à l’envers et j’ai senti le vent me ramasser. Ça ne valait pas la peine de l’essayer, je suis contente d’avoir pris la bonne décision», expliquait la championne du monde en titre, qui donnait plus de valeur à sa médaille olympique.

«Un peu oui, après tout, ce sont les Jeux olympiques, ça n’arrive qu’aux quatre ans.»

Laurie Blouin tient un drapeau canadien soulevé par le vent, à la suite de l'épreuve de slopestyle des Jeux de PyeongChang, au Parc à neige Phoenix, lundi.

Laurie n’a été devancée que par l’Américaine Jamie Anderson, inspirée par ses huiles essentielles, tandis que la Finlandaise Enni Rukajarvi méritait la médaille de bronze.

La championne n’était pas particulièrement satisfaite de sa descente, mais elle a obtenu la meilleure note avec 83,00 points, tandis que Blouin en a reçu 76,33 pour sa deuxième descente.

«Considérant les conditions, c’était quand même pas mal bien. Tout ce qui peut arriver, c’est un œil au beurre noir ou un nez qui saigne, et vous revenez comme cette petite guerrière l’a fait», rigolait Anderson en pointant Blouin.

Pendant un instant, en fin de semaine, la guerrière pensait cependant devoir ranger les armes.

«Après ma chute, j’étais couchée par terre et je me sentais vraiment bien. J’avais un peu mal à la tête, mais on est allé à l’hôpital pour évaluer mon cou, voir si rien n’était déplacé et tout était correct. J’ai pleuré, j’ai eu peur de ne pas pouvoir participer aux Jeux, mais j’ai repris sur moi et je me suis dit que je traverserais le pont en arrivant à la rivière. Notre médecin m’a fait passer des tests et m’a permis de faire des pratiques pour voir comme ça allait, et ç’a super bien été. Même moi, j’étais surprise que ça aille aussi bien. Finalement, à part mon œil au beurre noir, j’étais top shape!»

Les jeux — et les espoirs de médailles — de Laurie Blouin ne sont pas terminés puisqu'elle participera à l'épreuve de big air, qui se déroulera, le jeudi 22 février.