Charles Hamelin au terme de la course

Hamelin ne peut défendre son titre

Charles Hamelin n’est pas parvenu à défendre son titre olympique sur 1500 mètres acquis à Sotchi, il y a quatre ans. Samuel Girard, de Ferland-et-Boileau, à ses premiers Jeux olympiques, a terminé au pied du podium au quatrième rang.

Hamelin a conclu la course en sixième position avant d’être pénalisé par les officiels.

«J’ai essayé de faire mon chemin [...] pour essayer de me repositionner vers l’avant du peloton, et un de mes dépassements a été callé pour être pénalisé», a expliqué l’athlète de Sainte-Julie dans une entrevue à Radio-Canada. «Ça arrive, c’est le courte piste. Je veux juste me concentrer sur les prochains jours, les prochaines pratiques pour être prêt pour le 1000 mètres et le 500 mètres et le relais avec les gars, donc le focus va être mis sur les prochaines distances.»

Il devra donc patienter avant d’ajouter une cinquième médaille à sa récolte et d’égaler la marque canadienne de Marc Gagnon et François-Louis Tremblay en patinage courte piste. Il est également à deux médailles de rejoindre Cindy Klassen et Clara Hughes en tant qu’athlètes le plus décorés de l’histoire du Canada aux Olympiques.

Hamelin n’avait que de bons mots pour son coéquipier. «Avoir fait une finale avec Samuel Girard c’est quelque chose d’assez exceptionnel. J’ai vraiment aimé la journée avec lui aujourd’hui, on a vraiment fait ça côte à côte. C’est un très bon feeling

De son côté, Girard affirme que «c’est peut-être pas une médaille, mais pour moi c’est beaucoup d’expérience. C’est ma première finale A olympique, donc je suis vraiment content de ce résultat-là.»

C’est le Sud-Coréen Hyojun Lim qui a procuré à son pays la première médaille d’or à ces Jeux à la suite de sa victoire avec un record olympique de deux minutes 10,485 secondes, battant celui établi en 2010, à Vancouver.

Le Néerlandais Sjinkie Knegt s’est classé deuxième, devant l’athlète olympique de Russie Semen Elistratov.

Au grand plaisir de la foule locale, deux Sud-coréens prenaient le départ de l’ultime course.

Samuel Girard pouvait encore espérer monter sur la troisième marche du podium après la course, puisque les arbitres ont dû revoir quelques moments de la course pour déterminer s'il y avait des pénalités à décerner.

Beaucoup d’action

La finale a été disputée entre neuf participants en raison de trois avancements octroyés par les officiels.

«La course à neuf, ç’a été pour moi une première, je pense, à vie. Un 1500 mètres à neuf j’avais jamais fait ça», raconte Hamelin.

Même chose pour Samuel Girard qui «savait que ça allait bouger beaucoup. Mais on est entraîné pour ça.»

Les deux hommes avaient tous deux remporté leur vague de qualifications, alors que Pascal Dion, de Montréal, a été avancé en demi-finales par les arbitres. Ces derniers ont jugé qu’il avait été gêné par un de ses concurrents quand il était en position de se qualifier. Il a par la suite dû se contenter d’une place en finale B, lors de la ronde suivante.

Dans une demi-finale des plus serrées, Charles Hamelin a dû se défendre à plusieurs reprises des attaques de ses adversaires. Il est finalement parvenu à se tailler une place en finale A de justesse, puisqu’on a dû avoir recours au photo-finish pour le départager du Sud-coréen Seo Yira. Quant à Girard, il a chuté, mais a été avancé en finale A par les officiels. 

Bon départ pour les femmes

Marianne St-Gelais a complètement dominé sa vague de qualifications.

Chez les femmes, les Québécoises Kim Boutin et Marianne St-Gelais ont obtenu leur billet pour les demi-finales du 500 mètres. Jamie MacDonald, de la Colombie-Britannique n’a pas eu cette chance, elle qui a chuté. 

L’équipe du relais 3000 mètres a augmenté ses chances de médaille en terminant deuxième de la demi-finale. En 2014, le Canada était devenu le seul pays à monter sur le podium à chacun des Jeux olympiques d’hiver depuis l’introduction du patinage de vitesse courte piste.  Avec la Presse canadienne

+

Hyojun Lim rend hommage à Ahn, écarté par le CIO

Hyojun Lim, qui a offert à la Corée du Sud sa première médaille d’or des Jeux de Pyeongchang sur 1500 m samedi, a rendu hommage au Russe Viktor Ahn, légende de la discipline écartée par le CIO.

«C’est quand j’ai vu Ahn courir en 2006 que j’ai commencé à rêver de devenir médaillé olympique. Viktor m’a dit que je pouvais le faire, j’ai reçu beaucoup de conseils de sa part. J’ai un grand respect pour lui. Je le remercie pour cette victoire», a déclaré Lim en conférence de presse.

Ahn, sextuple champion olympique de short-track d’origine sud-coréenne naturalisé Russe avant les JO-2014, fait partie d’un groupe de 47 sportifs russes auxquels le CIO n’a pas adressé d’invitation pour les JO-2018, sur la base des soupçons de dopage qui pèsent sur la Russie et qui ont valu une suspension au Comité olympique russe.

«Quand j’ai appris la nouvelle, c’était vraiment terrible. Ça aurait été un honneur de courir contre lui», a ajouté le patineur sud-coréen.

Médaillé de bronze Semen Elistratov a lui rapporté aux «athlètes olympiques de Russie» leur premier podium de la quinzaine.

«Cette médaille de bronze, je la dédie à tous les sportifs qui n’ont pas pu venir aux JO», a-t-il souligné.

«Toute cette situation autour du sport russe est très difficile. Avant les JO, on m’a dit que je pouvais choisir d’y aller ou non. Ce n’était pas une décision facile du tout», a-t-il expliqué, en se disant «très reconnaissant envers les fans russes qui ont réussi à venir ici pour nous soutenir». Avec AFP