Vladimir Poutine a appelé les athlètes russes à se soumettre aux règlements du Comité international olympique aux Jeux de PyeongChang. Le CIO a demandé aux Russes de concourir avec des uniformes sans symboles nationaux et les empêche de faire des gestes comme de prendre un drapeau national des mains de spectateurs pour célébrer.

Dopage: la Russie veut tourner la page, affirme Poutine

MOSCOU — Tout en qualifiant le principal témoin de l’Agence mondiale antidopage d’individu dérangé, Vladimir Poutine a déclaré qu’il espérait que la Russie pourrait bientôt tourner la page sur les années de scandales de dopage.

Ce sont 168 athlètes russes qui participeront aux Jeux olympiques de PyeongChang sous un drapeau neutre à la suite des sanctions décernées dans la foulée du scandale de dopage.

«J’espère que la page sera tournée, et d’ailleurs, dans un avenir rapproché», a déclaré le président russe lors d’un rassemblement de ses partisans à Moscou dans la foulée des élections présidentielles de mars.

Poutine a toutefois continué de dépeindre la Russie comme une victime de l’intrigue politique destinée à ternir la réputation de ses athlètes. Les vrais problèmes de dopage en Russie, a-t-il dit, ont été exagérés pour des raisons politiques en utilisant des preuves suspectes.

«Ce fou de Rodchenkov»

Il a réservé des remarques cinglantes à Grigory Rodchenkov, l’ancien responsable du laboratoire antidopage de Moscou, qui a dévoilé les détails du programme de dopage et les dissimulations pendant plusieurs années sur les ordres des fonctionnaires du gouvernement russe.

Se référant à lui comme «ce fou de Rodchenkov», Poutine a déclaré qu’il était un témoin peu fiable qui «devrait être mis en prison». Il a également réitéré une déclaration qu’il avait faite le mois dernier que Rodchenkov, qui est sous la protection des témoins aux États-Unis et dit craindre pour sa vie, est «sous le contrôle des services secrets américains».

Poutine a également appelé les athlètes russes à se soumettre aux règlements du Comité international olympique aux Jeux de PyeongChang. Le CIO a demandé aux Russes de concourir avec des uniformes sans symboles nationaux et les empêche de faire des gestes comme de prendre un drapeau national des mains de spectateurs pour célébrer.

Le CIO a été critiqué par certains responsables sportifs russes ces dernières semaines lorsque quelques espoirs de médaille de haut niveau n’ont pas franchi son processus de sélection. Poutine a toutefois déclaré que la Russie continuerait à travailler avec les organisations sportives internationales.

Un athlète russe qui n’a pas reçu d’invitation du CIO, le champion du monde de biathlon Anton Shipulin, était dans le public en compagnie du boxeur Alexander Povetkin, qui a perdu deux fois ses titres après des contrôles antidopage positifs.

+

LE CIO «TRÈS PRÉOCCUPÉ» PAR LES NOUVEAUX FLACONS ANTIDOPAGE

Le Comité international olympique se dit «très préoccupé» par les allégations selon lesquelles les nouveaux flacons antidopage pour les Jeux de PyeongChang pourraient être ouverts. Les nouveaux flacons ont été mis en service l’année dernière pour augmenter la sécurité après que des enquêteurs eurent découvert que les Russes étaient en mesure d’ouvrir subrepticement les flacons aux Jeux olympiques de Sotchi et d’échanger des échantillons d’urine «sales» par des échantillons «propres» fournis précédemment par le même athlète. L’Agence mondiale antidopage (AMA) examine maintenant les nouveaux flacons après avoir reçu des rapports d’un laboratoire indiquant que les bouteilles peuvent être ouvertes manuellement lorsqu’elles sont congelées. Le CIO déclare dans un communiqué qu’il «est très préoccupé par cette question» et a demandé à l’AMA d’assurer l’intégrité des contrôles de dépistage à PyeongChang. Le CIO ajoute qu’il a «pleinement confiance que l’AMA trouvera une solution.»  Associated Press

+

UNE PATINEUSE DE VITESSE RUSSE REFUSE SON INVITATION POUR PYEONGCHANG

Olga Graf

MOSCOU — Une patineuse de vitesse russe a refusé son invitation aux Jeux olympiques de PyeongChang, réagissant au fait que plusieurs de ses coéquipières ne l’ont pas été.

Olga Graf, double médaillée de bronze aux Jeux de Sotchi en 2014, constituait un espoir de médaille dans la poursuite par équipe. «Tous mes espoirs de monter sur le podium olympique sont voués à ne pas se concrétiser parce que le sport est devenu une monnaie d’échange dans des manœuvres politiques dégoûtantes», a déclaré Graf dans un communiqué sur les médias sociaux.

Graf est la première athlète russe à refuser une invitation du CIO à concourir à PyeongChang. Cela laisse 168 «athlètes olympiques de Russie» qui doivent y prendre part sous un drapeau neutre en raison des sanctions du CIO liées au dopage aux Jeux olympiques de Sotchi.

Dans le cadre des sanctions, les athlètes russes peuvent participer aux JO sur invitation seulement. Certains espoirs de médailles ont été exclus de la liste.

La Russie se retrouvait avec seulement trois patineuses de vitesse admissibles, dont Graf. Trois femmes disputent la poursuite par équipe, mais des trois athlètes, l’une est une spécialiste du sprint, ce qui ne convient pas à une épreuve plus longue. Graf aurait pu participer à certaines courses individuelles.

«Je suis heureuse que la commission du CIO m’ait déclaré ‘‘propre’’, ce que je suis, mais je suis attristée que plus de la moitié de notre équipe nationale de patinage de vitesse n’ait pas été invitée aux Jeux olympiques. Et je ne doute pas qu’elles soient aussi propres, a écrit Graf. Puisque nous avons été privées de l’occasion de nous battre pour le podium olympique dans le sprint par équipe, je n’accepte pas l’invitation du CIO.»

Graf a gagné la médaille de bronze dans la poursuite par équipe ainsi que dans l’épreuve individuelle du 3000 mètres en 2014.

Les athlètes russes rateront également d’autres relais. La poursuite par équipe messieurs n’est plus une option avec seulement un patineur admissible, et il n’y a que trois patineurs pour le relais 5000 mètres en courte piste.

En biathlon, la Russie compte deux hommes et deux femmes admissibles. Cela exclut les relais masculin et féminin, qui ont besoin de quatre compétiteurs de chaque sexe, bien que le relais mixte demeure une option.  Associated Press