Le cycliste aux racines régionales Guillaume Boivin d'Équipe Canada (à gauche) s'est fait surprendre par Steve Fisher (Canyon Bicycles) dans les 200 derniers mètres de la première étape du Grand Prix cycliste de Saguenay courue à La Baie. Même s'il aurait préféré célébrer une victoire d'étape devant les siens, Boivin compte se reprendre lors des trois autres étapes, dont la 2e aujourd'hui, courue de nouveau à La Baie.

Première étape du grand prix cycliste: Guillaume Boivin doublé à 200 m du fil

Guillaume Boivin (Équipe Canada) nourrissait des sentiments partagés, jeudi, à l'issue de la première étape du Grand Prix cycliste de Saguenay, lui qui a conclu les 166,1 kilomètres au 2e rang, surpris dans les 200 derniers mètres par l'Américain Steve Fisher (Canyon Bicycles) qui a enfilé le maillot jaune après 4 h 06mn10 d'efforts. L'athlète de 28 ans aurait évidemment préféré célébrer la victoire devant les siens, lui qui a effectué toute une remontée avec trois tours à faire dans la course pour se hisser dans l'échappée finale.
« Je me sentais quand même vraiment bien et les autres coureurs le savaient aussi et dans le dernier tour, il n'y avait pas grand monde qui voulait rouler avec moi. On a essayé d'attaquer et ça niaisait pas mal. Dans les deux derniers kilomètres, tout le monde voulait prendre ma roue et me forçait en avant. Je me suis fait attaquer et ils attendaient que je réagisse parce qu'ils savaient que j'étais assez rapide au sprint. Fisher a fait un super beau sprint et il a attendu le bon moment pour aller chercher la fraction de seconde (jump) qui lui a permis de partir avant moi. Il m'a surpris un peu et je n'ai pas réussi à le remonter, Je suis venu mourir dans sa roue à la ligne d'arrivée », de résumer celui qui a grandi au Saguenay.
Avec environ 50 kilomètres à faire, le vétéran de l'équipe nationale a constaté que sa formation était « un peu dans l'eau chaude » en n'ayant pas de coureur dans le groupe de 10 fuyards dont la majorité a tenu jusqu'à la fin. Avec un écart de près de deux minutes à combler, Boivin a réussi à rattraper le groupe en échappée. « Durant la descente, je suis quand même un des plus pesants et j'ai pris un petit trou et j'ai vu qu'il y avait un petit écart et j'ai pesé sur le gaz. Après une dizaine de kilomètres de chasse, je me suis retrouvé en avant », a-t-il raconté. Mince consolation, malgré les bonifications en temps, il n'a que quatre secondes d'écart sur Fisher au classement général, mais il est à égalité avec Ulisis Castillo Soto (Jelly Belly), qui a fini 3e de l'étape.
Cela dit, Boivin a livré toute une course puisque l'échappée finale comptait trois membres de Canyon Bicycles. Le vainqueur du jour, Steve Fisher, a avoué que Boivin était celui qu'il redoutait le plus, surtout quand ils s'est retrouvé avec lui dans le trio du dernier effort. « Cette course était très difficile à contrôler. Nous avons placé plusieurs de nos coureurs à l'avant du groupe et nous en avions trois dans l'échappée finale. Nous avons roulé intelligemment ensemble et j'ai été en mesure de gagner le sprint. (Boivin) est très fort et il a été définitivement celui qui risquait le plus de me donner du fil à retordre, mais j'ai eu un bon sprint. J'ai opté pour le côté gauche de la route qui était bon pour le sens du vent » a indiqué celui qui avait remporté le Tour du Delta à Vancouver, plus tôt cette saison.
Toujours dans le coup
Avec un peu de recul, Guillaume Boivin a gardé les points positifs de la première étape.  « On est encore dans la course pour le classement général, mais comme nous n'étions pas dans l'échappée du jour, nous n'avons pas compétitionné pour les sprints intermédiaires avec des temps de bonification. Je ne sais pas combien Fisher a pris de temps de bonification, mais nous avons une équipe forte et il reste encore trois étapes, alors on va essayer de combler l'écart d'ici dimanche. C'est sûr que j'aurais aimé gagner, mais j'imagine que demain matin (vendredi), nous serons contents d'être encore dans la ''game''. Alors nous allons essayer de gagner une étape et de nous placer au classement général », a-t-il conclu.
À noter que parmi ses coéquipiers, James Piccoli était dans le petit groupe de chasse de l'échappée et il a pris le 11e rang. Le vice-champion de l'an dernier, Ben Perry, s'est chargé d'avoir à l'oeil son ancien coéquipier, le champion défendant Ryan Roth (Silber Pro). Perry a conclu au 13e rang. L'Almatois Léandre Bouchard, qui fait aussi partie de l'équipe nationale, a pris le 28e rang. Mauvaise journée pour Raphaël Auclair qui n'était visiblement pas au meilleur de sa forme et qui a abandonné.