Pierre Lavoie avant le départ de l’Ironman de Lake Placid

Pierre Lavoie qualifié pour Hawaï, mais....

Pierre Lavoie pourrait être de retour à Hawaï en octobre pour la 40e édition du Championnat du monde d’Ironman, mais le Saguenéen préférait s’accorder une nuit de repos avant d’officialiser sa décision, lundi matin, avant l’heure limite de 11 h. L’athlète, qui fait son entrée dans la classe des 55-59 ans, a en effet terminé premier de sa catégorie, dimanche, à l’Ironman de Lake Placid, avec un temps de 10 h 14min14 et une 37e position au classement général, sur un total de 2308 participants.

Toutefois, si on se fie à ses propos en entrevue téléphonique dimanche soir, il y a fort à parier qu’il fera l’impasse sur ce rendez-vous mondial de la crème de la crème. Pas seulement parce qu’il avait déjà annoncé, en 2013, qu’il s’agissait de sa 10e et dernière présence au Championnat du monde d’Hawaï, mais aussi parce qu’il a un automne beaucoup plus chargé que ce qu’il avait prévu quand il s’est lancé dans le projet avec des amis ce printemps et qu’il devient très difficile d’intégrer un entraînement pour un défi de cette envergure dans un agenda déjà très serré.

« C’est le 40e Championnat du monde Ironman cette année, rappelle celui qui avait pris part à la 20e édition. J’étais avec une gang de chums qui voulaient se qualifier, mais ils ne se sont pas qualifiés. Et pour ma part, depuis quelques années, j’ai un problème avec le côté d’un de mes petits orteils. J’ai essayé de trouver des solutions, car ça me cause des problèmes, même durant le Grand Défi. Mais (aujourd’hui), il m’a fait souffrir pas mal, et j’ai une méchante ampoule. Oui, je suis qualifié pour Hawaï, mais j’ai jusqu’à 11 h lundi matin pour décider si j’y vais ou pas. Je vais y réfléchir durant la nuit et je vais consulter quelques acolytes demain avant de donner ma réponse. »

C’est avec un sourire de soulagement que Pierre Lavoie a franchi l’arrivée de l’Ironman de Lake Placid après 10h14min14 d’efforts. Le Saguenéen a remporté l’épreuve dans sa catégorie (55-59 ans) et pris le 37e rang au classement général. Il s’est qualifié pour le Championnat du monde à Hawaï, mais il se donnait la nuit avant d’officialiser sa décision, à savoir s’il y prendra part ou non.

Dimanche, Pierre Lavoie a nagé les 3,9 km de nage en 58min46, a roulé les 180 km de vélo en 5 h 34min50 et a couru le marathon de 42,2 km en 3 h 33min17. Il s’est forgé une confortable avance de près de près de dix minutes (9min56,59, plus précisément) sur son plus proche poursuivant, le Canadien Greg Hallman.

Éprouvant
Si Pierre Lavoie semblait tout sourire en franchissant l’arrivée, c’était davantage parce qu’il était soulagé d’avoir terminé l’épreuve, nuance-t-il, en riant. La course a été très éprouvante, puisque les participants ont dû composer avec de la pluie et de forts vents, en plus d’un indice humidex très élevé pour la portion de la course à pied. Les portions de vélo et de course comportaient également de bonnes montées.

« C’est un parcours extrêmement difficile. J’ai déjà couru le marathon en 2 h 56 quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, je me demandais comment j’avais fait pour faire ça à l’époque. Tout ça pour dire que c’est un parcours extrêmement difficile [...] Avec mes blessures au pied, ça m’incite à me mettre des bémols. [...] Quand je me suis entraîné, je me suis rendu compte que c’est très difficile à rentrer dans l’agenda. Et quand j’arrive en course, oui, je performe, mais je souffre tout le long ! », explique celui qui « n’aura aucun problème à dire non » pour Hawaï, s’il en vient à cette conclusion.

« Dans les circonstances, j’ai fait un bon temps. On y a goûté pas mal. Il pleuvait à verse et il faisait 23-24 degrés Celsius. Et dès qu’il a cessé de pleuvoir, on ne s’en rendait pas compte, mais c’était hyper humide », a indiqué celui qui était sorti momentanément de sa retraite en 2016 pour participer à l’Ironman du Mont-Tremblant, à la demande des organisateurs. Bien qu’il se soit qualifié pour Hawaï à ce moment-là, il ne s’était pas prévalu de son laissez-passer.