Nicolas Blanchard

Un vent de changement souffle sur la LNAH

CHRONIQUE / L’un des sujets des dernières semaines dans la Ligue nord-américaine de hockey est le retrait de plusieurs joueurs considérés comme des hommes forts. Sur les réseaux sociaux, plusieurs déplorent le départ de ces joueurs qui sont, il faut le dire, très populaires à travers la ligue.

La semaine dernière, la transaction effectuée par Marc Boivin, qui envoyait Hubert Poulin au Cool FM de Saint-Georges, a fait réagir plusieurs partisans des Marquis de Jonquière. Même si on sait que les Marquis ont obtenu beaucoup. Et je dis bien beaucoup, parce que je considère que le retour est tout à fait extraordinaire pour Jonquière. Nicolas Blanchard sera un joueur dominant dans ce circuit s’il revient en santé et ce sera toute une acquisition. En plus, les Marquis obtiennent un choix de première ronde, ce qui n’est pas à dédaigner.

La réaction de l’échange a été telle que Marc Boivin et son adjoint Lucien Paquette ont dû intervenir par l’entremise d’articles, soit sur les réseaux sociaux ou encore dans les médias. L’article de Lucien Paquette est très révélateur sur l’avenir du circuit Martel. On doit maintenant mettre les beaux dollars sur les bons joueurs de hockey.

Si vous rencontrez par hasard un de ces jours des anciens propriétaires des Marquis de Jonquière, que ce soit des gars comme Michel Thiffault, Denis Potvin, Laval Ménard et même Marc Boivin, ils vous diront combien coûtaient les hommes forts à l’époque où ils étaient une priorité. Ces joueurs coûtaient une fortune, vous répondront ces anciens propriétaires.

Quand on regarde leur utilisation, avec deux ou trois présences par partie, les amateurs restaient souvent sur leur appétit. Il faut être réaliste, être un homme fort dans cette ligue est un métier. Ils doivent souvent jouer même si leur condition physique n’est pas optimale.

D’ailleurs, regardez dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il n’y a presque plus de bagarres dans le circuit Courteau, tout comme la Ligue nationale de hockey qui a emboîté le pas il y a quelques années.

Les bons joueurs ont décidé de revenir dans la Ligue nord-américaine de hockey, au cours des deux dernières années, et c’est exactement parce que les hommes forts sont moins présents. En plus, l’argent disponible jadis pour les durs à cuire est maintenant placé sur les bons joueurs qui donnent un spectacle sur la glace avec leurs habiletés et non avec des batailles.

Les gens parlent bien entendu des assistances qui sont à la baisse un peu partout à travers la LNAH depuis le début de la saison. Je continue de penser que ce n’est nullement dû à la disparition des hommes forts. On n’a qu’à se rappeler que la saison dernière, pendant les séries éliminatoires, le Palais des sports était rempli à craquer. Il y avait entre 2500 et 3000 spectateurs. Il y avait à ce moment deux ou trois combats par match et parfois, il n’y en avait aucun.

Il ne faut pas se le cacher, même avec le départ d’Hubert Poulin, les Marquis demeurent quand même une équipe bien nantie au niveau de la robustesse sur la glace. On peut penser à Luis Tremblay, Jean-Michel Bolduc et les frères Danick et Jérémy Malouin. Ils sont capables de faire face à la musique.

Les gens vont souvent à l’aréna quand une équipe gagne et donne un très bon spectacle. La victoire est encore le meilleur marketing pour remplir les amphithéâtres, surtout le Palais des sports de Jonquière. 

D’ailleurs, je regardais le match des Marquis vendredi soir sur la webdiffusion de la LNAH. Pélo (Gilles Péloquin), qui était le descripteur de cette rencontre, faisait des comparaisons des assistances entre l’an passé et cette saison. La moyenne est de moins 60 spectateurs par rencontre comparativement à la saison dernière, ce qui n’est pas catastrophique.

En parlant de la webdiffusion, je trouve que c’est une belle initiative de la Ligue nord-américaine. Avec la présentation de plus 25 matchs, c’est-à-dire un par semaine, je suis convaincu que ça va rapporter des dividendes. Des gens qui n’ont jamais vu le calibre de la LNAH pourront alors y jeter un œil.

Saguenéens

Dans les 10 dernières parties, avec le départ de leur meilleur joueur German Rubtsov, les Saguenéens jouent quand même pour ,500. Dans ces 10 matchs, une grande partie a été jouée sur la route. Yanick Jean est sûrement content de la performance de sa troupe.

La révélation au cours de cette séquence est probablement le gardien de but Alexis Shank. Chaque fois qu’il a été devant le filet, il a donné aux Saguenéens une chance de remporter la victoire. Semble-t-il qu’il est maintenant devenu le gardien numéro un de l’équipe. Il ne faut pas oublier qu’il est âgé de seulement 17 ans.

Je suis convaincu que l’avenir des Sags devant le filet est entre bonnes mains avec Shank, et même Zachary Bouthillier. Ce dernier aura certainement l’occasion de reprendre sa place entre les poteaux au cours des prochaines rencontres. Avec le début de saison qu’il a connu, je pense que l’espoir est là.

Cette semaine, la Ligue de hockey junior majeur du Québec a imposé une amende de 2500 $ aux Wildcats de Moncton, après que l’entraîneur-chef Darren Rumble eut convié ses joueurs à un entraînement immédiatement après une rencontre parce qu’il était insatisfait de la performance de son équipe. Bravo à la ligue pour l’amende, mais je suis persuadé qu’il aurait été mieux d’imposer une suspension à l’instructeur, plutôt qu’une amende de 2500 $ qui, à mon avis, n’est rien pour la formation de Moncton.

Il faut rappeler à ces entraîneurs que les années 90 sont maintenant passées. La réaction de l’instructeur doit être difficile à accepter pour les joueurs. D’ailleurs, les Wildcats ont subi un autre revers dimanche malgré la pratique punitive. Ils ont été battus 2-1 par les Sea Dogs de Saint-Jean, qui sont actuellement en 17e position sur 18 équipes.

Propos recueillis par Jonathan Hudon