Les Marquis ont confirmé que Benoit Gratton sera de retour comme entraîneur-chef.

Un repêchage prometteur

CHRONIQUE / C’est à Sorel, en fin de semaine, que se tenait la première activité importante en vue de la prochaine saison de la Ligue nord-américaine de hockey avec le repêchage universel. L’événement se déroulait beaucoup plus tard que d’habitude, et on connaît les raisons.

La ligue a connu des moments plutôt difficiles avec la démission du commissaire Richard Martel. Les propriétaires avaient misé beaucoup sur son arrivée à la tête du circuit. En cours de route, une opportunité s’est présentée pour lui: faire carrière en politique. On peut le comprendre d’avoir saisi l’occasion et il a gagné son pari. Richard est actuellement député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord. Un peu plus tard, un autre dur coup est survenu pour la LNAH avec le retrait de la concession de Trois-Rivières. Le circuit est donc tombé à cinq équipes et la majorité des experts prédisaient sa mort. Les propriétaires n’ont pas abdiqué. Ils voulaient absolument poursuivre les activités pour une autre saison. Ils ont donc décidé de démarrer avec cinq clubs et de passer à la nouvelle étape, trouver un nouveau commissaire. Trois candidats ont souhaité diriger la ligue. C’est ainsi qu’un ancien joueur, Jean-François Laplante, a obtenu le poste. C’est dans les prochaines années qu’on saura vraiment si les propriétaires ont fait le bon choix.

Un peu plus tard, on a accepté une équipe américaine comme sixième formation, à Berlin. Les dirigeants se montraient intéressés depuis deux ans. On verra si cette équipe pourra donner un deuxième souffle à la LNAH.

En fin de semaine, avec près de deux mois de retard, c’était donc le fameux repêchage. C’est le moment où les équipes tentent de convaincre des joueurs professionnels ou des jeunes qui viennent de quitter les rangs juniors. Cette année, c’était plus difficile pour les choix, car plusieurs joueurs qui intéressaient des équipes ne savaient pas s’il y allait vraiment avoir une saison, donc avaient déjà signé ailleurs. Les Marquis de Jonquière avaient bien préparé ce repêchage en faisant quelques transactions dans le but d’avoir plusieurs choix dès le premier tour, soit trois exactement. On peut dire mission accomplie du côté des hommes de hockey.

Lors des dernières séries, les partisans sont restés sur leur appétit avec une élimination en demi-finale face à Rivière-du-Loup. Ce qu’on reprochait à l’équipe, c’est que les joueurs manquaient de robustesse et de physique, ainsi que leur âge. On l’avait très bien vu face aux 3L. Le directeur général Marc Boivin s’était promis de grossir sa formation. Quand on regarde les choix de samedi dernier à Sorel, les hommes de hockey ont tenu promesse.

Leur premier choix, Jonathan Diaby, un défenseur format géant de 6 pieds 5 et 225 livres, a évolué dans la Ligue américaine. Gabriel Lévesque, un ancien du Titan d’Acadie-Bathurst, a amassé plus de 100 points à sa dernière saison dans la LHJMQ. Mathieu Roy, un autre gros gabarit au-delà de six pieds, est un bon attaquant. Les frères David et Samuel Henley ont également connu de bonnes carrières dans la LHJMQ et sont des gaillards de 6 pieds 4. Jason Bell est également bien bâti à 6 pieds 2. Les Marquis vont amener à Jonquière de bons joueurs de hockey, mais avec des gabarits imposants. Après le repêchage, Marc Boivin et le recruteur-chef Lucien Paquette ont indiqué que de cinq à six joueurs seraient à Jonquière en octobre. On verra ce qui se passera avec le reste de l’équipe. On veut encore être des aspirants sérieux aux grands honneurs. D’ailleurs, les Marquis ont confirmé que Benoit Gratton sera de retour comme entraîneur-chef.

Plus vite sur les allées de golf
Maintenant, parlons un peu de golf et de réglementation. 2019 apportera plusieurs changements. Les dirigeants de Golf Canada travaillaient sur ces modifications dans le but de rendre les règles plus faciles à comprendre et surtout mieux les appliquer pour améliorer la rapidité du jeu. Voici quelques exemples. Pour remettre une balle en jeu, anciennement, on laissait tomber la balle à la hauteur des épaules. Maintenant, on devra se plier aux genoux, ce qui donnera une meilleure position. Pour un hors-limite, le joueur aura deux choix, soit de retourner à son lieu d’origine et frapper une autre balle ou de remettre la balle en jeu à l’endroit où la balle est sortie et ajouter deux coups à son pointage. Les joueurs ne seront plus obligés d’enlever le drapeau sur les verts avant d’effectuer le coup roulé. Ça pourrait aider certains joueurs à avoir une meilleure idée de la distance du trou. Quatrièmement, si la balle est injouable dans une fosse de sable, vous pourrez la déplacer à l’extérieur et ajouter deux coups. Un dernier changement, on sait que les joueurs avaient auparavant cinq minutes pour retrouver une balle perdue. Maintenant, le temps alloué sera de trois minutes, toujours pour accélérer le rythme. Comme vous pouvez le voir, ce ne sont pas des changements majeurs, mais ça va aider certains golfeurs à jouer plus rapidement à compter de 2019.