L’ancien joueur des Alouettes de Montréal, Pierre Vercheval.

Pierre Vercheval prêche par l’exemple

CHRONIQUE / Mardi dernier, j’ai assisté à une conférence donnée par Pierre Vercheval, l’excellent analyste de football du Réseau des sports (RDS). On sait que Pierre est une sommité en football. De plus, dans les dernières années, de par son travail à la télévision, il a continué à franciser le football canadien et le football américain.

Vercheval est un excellent communicateur. Il a prononcé une conférence d’une heure trente, sans pause. Le sujet de sa conférence, l’importance de tous dans une équipe et dans une entreprise pour atteindre l’excellence. Il a fait le lien entre le sport et l’entreprise. Ses exemples étaient percutants.

Le premier exemple que Pierre nous a raconté, c’est le sien. Il a fait le bilan de sa propre carrière. Durant sa carrière de 14 ans dans la Ligue canadienne de football (LCF), il a été choisi à six reprises comme membre de l’équipe d’étoiles et il a été élu au Temple de la Renommée. En l’an 2000, il a été choisi meilleur joueur de ligne au pays et il a gagné deux coupes Grey. Il a ajouté avec humour « et tous ces honneurs, sans avoir touché une seule fois au ballon de football ».

Par son exemple, il voulait démontrer que tous ont un rôle important en tant qu’individu dans son équipe ou dans son entreprise. Nous étions près d’une centaine de personnes qui ont assisté à cette prestation. Même si bon nombre de ses exemples étaient connus de plusieurs, Pierre les a utilisés pour donner du poids à ses arguments et il a été très applaudi par l’assistance.

En novembre 2000, Pierre Vercheval a été choisi meilleur joueur de ligne au pays, dans la Ligue canadienne de football. L’ancien joueur des Alouettes, qui est depuis devenu analyste au Réseau des sports, utilise son parcours pour étoffer sa conférence sur l’importance de chaque élément au sein d’une équipe, que ce soit au sport ou dans une entreprise.

Je suis assuré que Yanick Jean répète régulièrement ces mêmes paroles à ses joueurs. Et quand ces paroles sortent de la bouche d’un athlète qui a évolué chez les professionnels pendant 14 ans, ça donne encore plus de force à ses suggestions. Je propose à plusieurs entreprises que si elles cherchent un invité ou une personnalité pour rencontrer leurs employés, je suis convaincu que Pierre Vercheval serait un excellent ambassadeur et surtout, un candidat exemplaire. Bravo au Club Sags 1973 qui a eu l’idée de faire venir Pierre Vercheval dans la région, car j’ai passé une excellente soirée.

LNAH : inquiétant

Je ne vous en ai pas parlé durant les dernières semaines, mais je suis convaincu que les propriétaires de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) sont très inquiets pour l’avenir du circuit. Les assistances sont réellement très décevantes partout à travers la ligue.

J’écoutais la semaine dernière, via la webdiffusion, les descripteurs de matchs de l’équipe de Thetford Mines. Ils parlaient des assistances en deçà de 1000 personnes au Centre Mario-Gosselin, alors qu’ils ont actuellement la meilleure équipe du circuit et probablement l’une des meilleures de leur histoire. Ils ont de la difficulté à boucler le budget.

Ici, au Palais des sports de Jonquière, on maintient à peine une moyenne de 1200 spectateurs par match, alors qu’on sait que la moyenne pour boucler le budget est un minimum de 1500 spectateurs et probablement plus. Je suis convaincu que le propriétaire Éric Claveau et le DG Marc Boivin surveillent de très très près ce qui se passe actuellement, car il est de plus en plus difficile d’obtenir de l’aide, soit de la ville ou de commanditaires majeurs. Ils espèrent sûrement avoir de longues séries éliminatoires, et surtout que les assistances actuelles soient un peu plus importantes. Il faut le dire, les Marquis n’ont pas gâté leurs fans, au Palais des sports de Jonquière, en encaissant une série de six défaites consécutives. Je suis convaincu que la victoire de vendredi dernier va donner un deuxième souffle à l’organisation des Marquis, car ils en ont grandement besoin. Avec un classement aussi serré, il est à espérer — et ils nous permettent de le croire — que les Marquis puissent faire un bon bout de chemin en séries de fin de saison.

Les Sags

La série de trois en trois des Saguenéens de Chicoutimi remportée la semaine dernière leur permet d’espérer de grimper au classement, soit à la 6e, la 5e position et peut-être même à la 4e position. Il y a toujours cette possibilité pour les Sags et ça ferait certainement toute une différence, plutôt que de terminer 7e. Car au premier tour des séries, ils affronteraient Halifax ou Baie-Comeau, lesquelles sont deux des trois meilleures formations du circuit Courteau. Ils devront continuer à gagner de façon régulière.

Mais ce qui n’aide pas les Saguenéens dans cette course pour la 4e position, c’est que les Saguenéens affrontent le Drakkar de Baie-Comeau, l’une des meilleures formations du circuit, à dix reprises durant la saison, alors que les équipes contre qui on se bat présentement, soit Moncton et Charlottetown, ont affronté les deux pires équipes de la ligue, Saint John et Bathurst, à huit occasions. Ça fait donc toute une différence quand arrive le classement à la fin de la saison.