Pas gênants, les Saguenéens

CHRONIQUE / La saison des Saguenéens est maintenant terminée. Dimanche, lors de la dernière rencontre face au Titan d’Acadie-Bathurst, devant la meilleure foule de la saison au Centre Georges-Vézina avec plus de 4000 spectateurs, les Sags ont offert une bonne performance.

Le meilleur club a gagné et ce n’est pas nécessairement une surprise, mais il a dû travailler beaucoup plus fort que prévu. Il faut dire que le Titan a affronté un gardien à son meilleur. Zachary Bouthillier a été celui qui a permis aux Saguenéens de se rendre à six parties. Il a été magique devant son filet et il a continué sur l’élan qu’il avait en fin de saison.

Encore une fois, les hommes de Yanick Jean ont démontré beaucoup de caractère et à chaque présence au Centre Georges-Vézina, ils ont été dans le coup jusqu’à la fin de la rencontre. 

On va maintenant attendre le bilan de la saison du directeur général et instructeur, Yanick Jean, qui va d’ailleurs avoir lieu ce matin (mardi). Je ferai le mien un peu plus tard.

Si je regarde la série des Saguenéens, qui a été plus longue que prévu, d’autres séries se sont également prolongées. Ainsi, deux séries vont se rendre à la limite de sept parties. On dit souvent que le premier tour éliminatoire est une formalité, mais ce n’est pas le cas cette saison. Il y a eu quelques surprises. On n’a qu’à penser à Rimouski, qui est rendu à la limite contre Moncton. Charlottetown, également, mène 3-2 contre les Remparts au moment où j’écris cet article (N.D.L.R. lundi après-midi), en plus de la série Titan-Sags poussée à six matchs.

Mais revenons un peu sur la série entre les Saguenéens et Bathurst. Noah Dobson, le numéro 53 de 17 ans du Titan, est tout un défenseur. Je suis convaincu que le Canadien l’a regardé de près. Il est listé parmi les 10 premiers en vue du prochain repêchage et Montréal devrait avoir la chance de le sélectionner.

Grosse semaine

Après le premier tour des séries éliminatoires, on se prépare maintenant pour la deuxième ronde dans le circuit Courteau. Mais avant ça, c’est l’intronisation de nouveaux membres au Temple de la renommée de la LHJMQ, mercredi. Pour moi, c’est toujours un souvenir exceptionnel, car le 5 avril 2006, il y a 12 ans déjà, j’avais eu l’honneur d’y être intronisé comme arbitre.

Cette année-là, je l’avais été en même temps que le directeur général Maurice Fillion, le gardien de but Robert Sauvé et le défenseur Robert Picard. C’est une soirée et un honneur qui seront marqués dans ma mémoire pour le reste de mes jours.

Cette année, un ancien membre des Saguenéens sera intronisé. Marc Denis fera son entrée en tant que gardien de but. Il a marqué l’histoire des Sags par ses performances. Maintenant, il est le vice-président hockey au sein de l’organisation. Marc doit profiter de cette soirée avec toute sa famille, car c’est une soirée qui va marquer sa carrière de hockeyeur.

Toujours cette semaine, on connaîtra également la ville hôtesse du tournoi de la Coupe Memorial en 2019. Deux villes sont toujours en lice et ce sont deux gros marchés des Maritimes dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. On parle de Moncton et Halifax, qui comptent sur deux propriétaires très influents. Il s’agit de Robert Irving à Moncton et de l’ancien joueur de centre du Canadien Bobby Smith avec Halifax.

Halifax aura une équipe à maturité et Moncton aura comme alibi un amphithéâtre tout à fait neuf de 9000 places. Selon Mikaël Lalancette de TVA Sports, Halifax est vraiment en avance. On verra bien.

Pour moi, la journée où on fait cette annonce est un mauvais souvenir. Je me souviens très bien de la grande déception que j’avais vécue alors qu’on bataillait avec Québec pour l’obtention de ce fameux tournoi de la Coupe Memorial. C’était l’année de la fermeture du Colisée de Québec. On s’en est remis, mais cette décision conserve toujours un goût amer, que j’ai difficilement prise.

C’est également le 5 avril, en direct à TVA Sports, que l’on déterminera l’ordre des cinq premiers choix au repêchage. Les Saguenéens sont parmi les cinq équipes en lice. Il y aura 21 boules dans le boulier et une équipe ne peut reculer de plus de deux rangs. Par exemple, les Sea Dogs de Saint-Jean, qui ont terminé derniers, ne peuvent se retrouver plus bas que le troisième rang si le boulier ne les avantage pas.

Les Saguenéens, eux, auront deux boules sur 21 dans le boulier, ce qui représente 10 pour cent des chances d’obtenir le premier choix au total. Croisons-nous les doigts, car ça serait intéressant de voir les Sags repêcher les premiers. 

On n’a qu’à se rappeler l’an dernier, alors que Rimouski, qui n’avait qu’une seule boule, avait obtenu le premier choix. À ce moment, il y avait seulement trois équipes dans le boulier. Cette année, il y en a cinq.

Le toit du CGV

Je tiens à vous raconter une petite anecdote avant de terminer, concernant mon passage au Centre Georges-Vézina la semaine dernière. J’étais assis sur la galerie de presse comme à l’habitude, mais cette fois à la place réservée de Michel Thiffault, chroniqueur sportif et échevin à la Ville de Saguenay.

Quand Michel est arrivé, j’ai voulu lui céder sa place, mais il a refusé et il s’est assis deux places plus loin. Devinez quoi ? Je ne sais pas si Michel le savait, mais le fameux toit du Centre Georges-Vézina m’a coulé sur la tête régulièrement pendant la rencontre. Dimanche, c’était notre ami Dave Ainsley qui vivait ce moment. Ce toit nous hante encore.

J’ai hâte de voir les réponses sur le dossier du centre Vézina, mais plus le temps passe, moins je suis confiant quant à la construction d’un amphithéâtre neuf.