Le patineur de Ferland-et-Boilleau, Samuel Girard, a démontré, avec deux médailles, qu'il sera, au cours des prochaines années, l'un des grands athlètes sur courte piste.

Merci pour toutes ces émotions

CHRONIQUE / Ouf ! C’était le temps que se terminent les fameux Jeux olympiques ! Se coucher à minuit tous les soirs et se lever dès 5 h le matin pour voir compétitionner nos athlètes, ça devient dur pour le corps, mais ça en valait vraiment la peine ! Car c’est seulement aux deux ans (Jeux d’hiver et d’été) que ces athlètes amateurs voient leurs performances montrées à toute la planète.

Oui, il y a des championnats du monde, mais la couverture médiatique n’a rien de comparable avec celle des Jeux olympiques. 

Pour les athlètes, les Jeux, c’est vraiment la consécration. Surtout quand ils réussissent à accrocher une médaille à leur cou. Qui, à travers le Canada et partout dans le monde, ou même au Québec, connaissait Kim Boutin ? Elle revient de PyeongChang avec trois médailles individuelles au cou. Qui l’eut cru ?

Pour certains, comme Marianne Saint-Gelais, Charles Hamelin, Alex Harvey et plusieurs autres, c’est la fin d’une carrière. Pour d’autres, c’est aussi le début d’une grande carrière grâce à certaines performances.

On n’a qu’à penser à Samuel Girard qui a démontré, avec deux médailles, qu’il sera, au cours des prochaines années, l’un des grands athlètes sur courte piste.

Pour d’autres encore, c’était également l’occasion de réaliser leur rêve en participant aux Jeux olympiques. Même si on parle souvent de dopage, il n’en demeure pas moins que c’est le summum et le rêve de tous les athlètes de participer à ce rendez-vous. Oui, il y a des médailles, mais là, c’est une consécration dans leur carrière.

Car une médaille, c’est souvent un moment unique pour certains. Mais souvent, pour d’autres, ce sont des années de travail qui leur ont permis de participer à cet événement qui est considéré comme le summum pour tous les athlètes. 

D’ailleurs, j’étais heureux de voir que nos fameux hockeyeurs riches à millions étaient absents, car encore une fois, ils auraient probablement volé la vedette à nos athlètes amateurs. D’autant que ces derniers n’ont pas souvent l’occasion d’avoir leur moment de gloire.

Merci à ces athlètes de m’avoir fait vivre ces deux dernières semaines remplies d’émotions. 

Des salutations spéciales aux athlètes de notre région, Marianne Saint-Gelais, Valérie Maltais, Kasandra Bradette, Frédérick Blackburn, comme entraîneur, et Baptiste Brochu, même si ce dernier n’a pas pu participer en raison d’une blessure. 

Un salut particulier au patineur courte piste Samuel Girard, l’orgueil de Ferland-et-Boilleau, qui réalise un rêve avec deux médailles, dont une d’or. 

Bravo à tous et merci de nous avoir fait vivre de bons moments. Le Canada a bien terminé avec 29 médailles au total.

Centre Georges-Vézina

Revenons maintenant à nos moutons. Ce qui retient l’attention encore une fois, c’est le Centre Georges-Vézina. Je ne sais pas s’il y en a qui sont en manque d’histoires, mais là c’est rendu qu’on ne parle plus de rénovations, mais bien d’un nouvel aréna. On est passé à l’étape suivante, à savoir où on devrait construire ce nouvel amphithéâtre. Certains parlent de Jonquière, d’autres de la route 170, du centre-ville de Chicoutimi ou encore de le reconstruire au même endroit.

Je vous le dis, il faut éliminer dès le départ deux sites : Jonquière pour une unique raison, soit que le secteur est déjà bien nanti avec trois amphithéâtres qui ont été rénovés au cours des dernières années. Quant au centre-ville de Chicoutimi, il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, le groupe Cegerco a voulu bâtir un édifice à étages et, si je me rappelle bien, c’était impensable, car il aurait fallu décontaminer le terrain et le remplir de pieux pour le solidifier. Demandez à la Ville, elle a déjà un rapport à ce sujet. Il en coûterait des millions de dollars, semble-t-il, pour solidifier ce fameux terrain.

Et les soirs où il y aurait 4000 personnes, où va-t-on stationner tout ce beau monde, même si c’est l’idéal pour revitaliser le centre-ville ? Toutefois, le temps joue contre la Ville actuellement, car il faut agir rapidement pour le Centre Georges-Vézina. Moi, ce que je préconise, c’est qu’il reste au même endroit où jouent les Saguenéens.

L’autre sujet qui retient l’attention, c’est la vente des Saguenéens à l’entreprise privée. Je manque d’espace, mais je vous en reparlerai dans une prochaine chronique. Tout ce que je peux vous dire, c’est que Saguenay a, entre les mains, la solution idéale pour garder notre équipe dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Curling Chicoutimi

Un petit mot en terminant concernant le Club de curling de Chicoutimi qui a reçu une excellente nouvelle au cours des derniers jours. Il a obtenu une subvention du gouvernement du Québec d’au-delà de 500 000 $ pour rénover les quatre glaces actuelles. Il s’agit d’un projet d’environ un million de dollars. Le contrat a été accordé dans les dernières semaines et tout devrait se réaliser durant la saison estivale afin que les quatre nouvelles glaces soient prêtes pour septembre prochain.