Phil Desgagné
La mauvaise nouvelle de la fin de semaine pour les Saguenéens, c’est la perte de Samuel Houde. Le #88 était, depuis le début de la saison, le joueur le plus rapide et l’un des plus performants de la formation.
La mauvaise nouvelle de la fin de semaine pour les Saguenéens, c’est la perte de Samuel Houde. Le #88 était, depuis le début de la saison, le joueur le plus rapide et l’un des plus performants de la formation.

L’importance de la profondeur

CHRONIQUE / Le séjour des Saguenéens dans les Maritimes a démontré qu’ils avaient une équipe remplie de talent en attaque avec trois victoires en trois parties. La mauvaise nouvelle, c’est la perte de Samuel Houde. Le #88 était, depuis le début de la saison, le joueur le plus rapide et l’un des plus performants des Saguenéens. De plus, sur notre grande glace, il était l’un des plus dominants. C’est une grosse perte pour les Saguenéens. Mais les blessures font partie du hockey. On ne choisit pas le moment durant la saison régulière.

Précisons qu’au moment d’écrire cette chronique, je ne connais pas la durée de l’absence du #88.

L’autre nouvelle, c’est qu’Hendrix Lapierre peut recommencer à s’entraîner avec l’équipe, mais son retour n’est pas prévu pour demain. On sait qu’il va être de retour avec les Sags d’ici la fin du calendrier régulier. Mais lorsqu’on regarde tous les changements apportés par Yanick Jean avec la période de transactions qui vient de se terminer, on se rend compte qu’avec son expérience, le directeur général et entraîneur-chef a amené beaucoup de profondeur tant à l’attaque qu’en défensive.

Avec les blessures de Houde et de Lapierre, cette profondeur devient encore plus importante. Autre exemple : l’arrivée du gardien de but Anthony Pagliarulo, un gardien d’expérience pour seconder Alexis Shank. C’est encore une preuve que la profondeur sera importante pour les Saguenéens. Ces derniers ont décidé d’y aller all-in, comme le dit l’expression. Donc, le DG n’avait pas trop le choix d’amener de la profondeur à son équipe.

Dawson Mercer

En fin de semaine, le dossier Dawson Mercer a fait jaser. L’attaquant obtenu des Voltigeurs de Drummondville a reçu la permission d’aller passer quelques jours dans sa famille, à Terre-Neuve. Jeudi, il se rendra à Hamilton, en Ontario, pour participer au Match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey (LCH). Même s’il n’a pas joué beaucoup de minutes au Championnat du monde de hockey junior, je crois qu’il méritait un petit moment de répit avec sa famille et je suis convaincu qu’il va aider les Saguenéens d’ici la fin de la saison.

Surtout avec l’absence de Houde et de Lapierre, ça devient encore plus important. N’oubliez pas que Mercer sera un haut choix de repêchage lors de la prochaine sélection de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Course au sommet

Dans une chronique précédente, je vous avais dit que les Saguenéens se devaient de terminer au minimum au premier rang de leur conférence et peut-être même au classement général. Leur priorité, qui est actuellement de huit points sur Moncton, va certainement rassurer les partisans, car en terminant au minimum premiers de leur association, ils sont assurés de jouer avec l’avantage de la patinoire au moins jusqu’en demi-finale. L’équipe qui terminera au premier rang de tout le circuit aura l’avantage de la patinoire jusqu’à la fin des séries éliminatoires.

Au hockey, l’avantage de la glace est important, surtout en séries éliminatoires. Pour les dirigeants, ça signifierait peut-être deux, trois ou quatre recettes supplémentaires aux guichets du centre Georges-Vézina avec 4000 spectateurs. Encore là, c’est d’une importance capitale pour les prochaines années pour les Saguenéens et surtout pour leurs dirigeants.

Si l’on regarde les équipes qui se sont améliorées, elles sont plusieurs à pouvoir rivaliser avec les Saguenéens : Moncton, Rimouski, Sherbrooke et Cap-Breton ont aussi bonifié leur formation.

C’est assez particulier cette saison, car il y a plusieurs équipes qui ont décidé de sacrifier beaucoup d’avenir. Habituellement, on voit un ou deux clubs tenter le coup, mais cette année, il y a cinq équipes! Donc, le chemin pour aller à la Coupe Memorial s’annonce long et extrêmement difficile pour les équipes qui veulent se rendre à Kelowna en Colombie-Britannique en mai prochain.

Soccerdôme et amphithéâtre

Les sujets de l’heure au Saguenay, ce sont bien entendu le fameux soccerdôme (centre multisport) à Jonquière et l’amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi. J’écoute les gens et ces derniers semblent partager. Je pense qu’avant de porter un jugement définitif, on doit attendre que nos élus expliquent à la population quel genre d’implication auront les grands gouvernements dans ces deux gros projets.

Ça va prendre des réponses très claires pour la population. Selon la mairesse Josée Néron, ça devrait se faire rapidement, dans les prochains mois.

Donc, je demande aux gens de se montrer patients avant de porter un jugement sur ces deux projets majeurs pour Saguenay.

Curling

Cette semaine, je participe au tournoi de curling des retraités qui se déroule au club Riverbend, à Alma. Là aussi, comme à Kénogami, la bâtisse du club aurait besoin de grosses rénovations. D’ailleurs, les membres attendent plusieurs subventions de la Ville. Lors de l’ouverture du tournoi dimanche après-midi, l’échevin du coin, sans faire de promesse, a indiqué que la Ville se penchait sérieusement sur la possibilité de mettre les bons investissements au club Riverbend et je suis convaincu que ce n’est pas un luxe.