Phil Desgagné
La brigade défensive des Saguenéens compte au moins trois joueurs qui aiment se porter à l’attaque, soit Artemi Kniazev, Patrick Kyte et Karl Boudrias, ce qui peut générer des buts, mais qui occasionne aussi des surnombres.
La brigade défensive des Saguenéens compte au moins trois joueurs qui aiment se porter à l’attaque, soit Artemi Kniazev, Patrick Kyte et Karl Boudrias, ce qui peut générer des buts, mais qui occasionne aussi des surnombres.

LHJMQ: vers une réduction du nombre de matchs?

CHRONIQUE / Les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) auront une décision importante à prendre au cours des prochaines semaines : réduire ou non le calendrier de 68 parties.

Il y a quelques années, le calendrier était de 72 matchs, mais avec l’arrivée des clubs des Maritimes, le coût du transport et les études des joueurs, le calendrier régulier a été réduit à 68 parties. Ce sujet de discussion revient régulièrement au Bureau des gouverneurs sans qu’aucune décision ne soit vraiment prise.

J’ai assisté à plusieurs de ces discussions et c’est très divisé entre les équipes. Il y a certains gros marchés qui étaient prêts à prendre ce virage pour réduire le calendrier, mais d’autres marchés un peu plus petits, eux, voient leur budget d’exploitation énormément affecté par la présentation de deux ou quatre parties de moins à domicile.

Les gouverneurs hésitaient à prendre cette décision, car ils devaient consulter les propriétaires et les entraîneurs, entre autres. C’était beaucoup de monde à convaincre. Mais depuis cette année, ce sont uniquement les propriétaires d’équipes qui siègent au Bureau des gouverneurs. Donc, c’est plus facile de prendre une décision aussi importante, car ils sont les premiers directement impliqués sur le plan financier.

Concurrence américaine

Depuis quelques années, le circuit Courteau oblige tous les joueurs à aller à l’école. C’est maintenant obligatoire. Dans leurs discours, les dirigeants parlent toujours d’athlètes-étudiants. Il y a aussi la concurrence féroce des universités américaines, ce qui oblige le circuit à s’ajuster. Comme on dit souvent : il faut que les babines suivent les bottines.

Le circuit se dit le meilleur chemin pour les hockeyeurs qui aspirent à jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH), en plus d’obtenir un diplôme, soit collégial ou universitaire. De plus, la LHJMQ met d’excellentes bourses d’études à la disposition des joueurs qui ont terminé leur carrière junior majeur.

Pour atteindre cet objectif, le circuit doit prendre des mesures qui s’imposent. On me dit que la ligue a fait faire par une firme d’experts indépendante une étude sur les impacts d’une réduction du nombre de matchs au calendrier. Je crois qu’on parle de quatre ou de six parties en moins, au maximum. Ça devra faire un consensus entre les formations. Le rapport devrait fournir plus de détails de l’impact sur les équipes et de la façon dont on devrait procéder à cette réduction du calendrier. Il est assuré qu’il y aura beaucoup moins de parties disputées en cours de semaine, mais probablement que les deux voyages dans les Maritimes pour les équipes du Québec vont demeurer.

Je suis convaincu qu’il y aura des discussions très serrées entre les propriétaires de plusieurs formations, mais je suis assuré que la ligue est maintenant rendue là. Elle n’a pas le choix. On devrait se retrouver avec un calendrier de 64 ou de 62 parties, et ce ne sont certainement pas les joueurs ni les instructeurs qui vont s’en plaindre. Car plus de temps pour les études et pour les pratiques, c’est souvent ce que réclament les instructeurs.

Le rapport sera déposé lors du prochain rendez-vous du Bureau des gouverneurs, ce mois-ci, et il sera probablement accepté lors de l’assemblée générale annuelle qui aura lieu en juin, à Sherbrooke. Est-ce que l’entrée en vigueur sera pour la saison 2020-21 ? Je crois que oui. Mais ça va demander une refonte du calendrier au complet et peut-être même des divisions ! Ce seront deux beaux dossiers à suivre dans les prochains mois.

Défenseurs offensifs

Les Saguenéens ont accumulé trois points sur quatre durant la dernière fin de semaine. On peut dire que les spectateurs qui se sont donné rendez-vous au centre Georges-Vézina en ont eu pour leur argent. Beaucoup de buts ! C’était spectaculaire !

Mais ce qui est inquiétant, c’est de donner quatre à cinq buts par partie. Ce n’est pas le genre de statistiques qui plaisent aux entraîneurs des Saguenéens, j’en suis convaincu. Ils devront se raffermir en défensive. Nos joueurs en défensive se lancent constamment à l’attaque, de sorte qu’on se retrouve régulièrement avec des deux contre un. En fin de semaine, on a fait la preuve que les gardiens ne peuvent pas tout arrêter.

Il faut dire que nos deux nouveaux défenseurs, Karl Boudrias et Patrick Kyte, aiment bien se lancer à l’attaque, comme le fait Artemi Kniazev, mais ça donne ce qu’on a vu en fin de semaine, beaucoup de surnombres.

Ça prend toujours quelques parties pour mettre une stratégie en place, car il ne faut pas oublier que les Saguenéens ont ajouté six nouveaux joueurs à leur alignement, au cours des dernières semaines.

On devra donc peaufiner la stratégie d’équipe. Toutefois, pour la foule présente au centre Georges-Vézina, ç’a été un rendez-vous tout à fait spectaculaire.