Le nouveau format des séries de la LHJMQ continue de susciter des questionnements. Avec l’ancienne formule, les Sags auraient eu l’avantage de la patinoire contre Moncton et ils auraient donc débuté la série au Centre Georges-Vézina, ce qui aurait fait toute une différence, en plus d’amasser une recette de plus au CGV.

LHJMQ: le nouveau format des séries laisse perplexe

CHRONIQUE / Après le premier tour des séries de fin de saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), je me posais la question à savoir si les dirigeants du circuit ont posé le bon geste en changeant le format des séries. Après le premier tour, plusieurs ont remis en question la nouvelle formule, surtout avec l’élimination rapide de certains clubs comme le Drakkar de Baie-Comeau et les Saguenéens de Chicoutimi.

Toutefois, le fait que trois séries se sont rendues à la limite de sept parties nous donne le bon côté de cette première ronde. Plus de spectateurs, car il y a eu plus de parties, et moins de dépenses, car on jouait dans les mêmes conférences. Mais si on revient à l’ancienne formule, où Baie-Comeau aurait joué contre Val-d’Or, ça aurait été pas mal plus facile pour le Drakkar et il serait déjà rendu en deuxième ronde.

Quant aux Saguenéens, ils auraient eu l’avantage de la patinoire contre Moncton et ils auraient donc débuté la série au Centre Georges-Vézina, ce qui aurait fait toute une différence. De plus, les Sags auraient eu la chance d’amasser une recette de plus au Centre Georges-Vézina, ce qui aurait représenté au moins un 50 000 $ de plus dans les coffres de l’équipe. Mais rien ne nous dit que les Saguenéens auraient pu passer au deuxième tour. Ce sont toutes des spéculations, mais on a le droit de se poser la question concernant la nouvelle formule des séries.

Maintenant, au deuxième tour, alors qu’on s’attendait à des séries plus importantes et plus longues qu’au premier tour, c’est tout à fait l’inverse qui s’est produit. Moncton a été éliminé en quatre parties. Même chose pour les Tigres de Victoriaville. Et les deux autres séries se sont terminées en cinq matchs. Autant on a eu une belle compétition en première ronde, au deuxième tour, ç’a été tout l’effet contraire. Probablement que le carré d’as aurait été le même, mais on aurait certainement eu de meilleurs affrontements au deuxième.

C’est aussi assuré que le comité hockey de la LHJMQ fera un retour sur cette formule aux Assises du circuit, en juin prochain, à Québec. Mais maintenant, place aux demi-finales où l’on retrouve quatre bonnes formations. Je crois cependant que la finale devrait opposer les Huskies de Rouyn-Noranda aux Voltigeurs de Drummondville. Même si on met encore en doute la nouvelle formule des séries éliminatoires, imaginez l’an prochain!

Selon les experts, quatre des cinq meilleurs clubs de la ligue vont se retrouver dans la même conférence, soit celle des Saguenéens de Chicoutimi. Encore une fois, la nouvelle formule sera mise en cause et il y aura encore beaucoup de discussions autour de ce nouveau format des séries éliminatoires.

Le curling

Ma saison de curling est maintenant terminée depuis samedi soir, avec la tenue du tournoi de fermeture du Club de curling de Chicoutimi. Les dirigeants se sont montrés très satisfaits lors de la soirée de clôture. Le tournoi de fermeture a accueilli un nombre record d’équipes, avec 40 formations qui ont participé à l’événement. Au cours de la soirée, il y avait au-delà de 200 personnes pour souligner l’événement. On a également souligné le travail de l’ancien dirigeant du club, Claude Girard, qui en était à ses derniers miles comme joueur. Claude prend une pause dans sa carrière de joueur. On a surtout voulu souligner son travail et son implication au club de curling.

Il reste plus qu’un seul gros tournoi dans la région, soit le Super cashpiel qui aura lieu au club Kénogami, du 22 au 28 avril. Selon les dirigeants, le curling se porte bien, d’autant plus que beaucoup de nouveaux jeunes joueurs pointent à l’horizon. C’est donc intéressant pour l’avenir du curling.

Maintenant, place au golf en espérant que dame Nature collaborera avec les surintendants de terrain.

Décès de Denis Dupéré

J’ai été très attristé d’apprendre le décès de Denis Dupéré. J’ai eu l’occasion de jouer avec lui au hockey alors que j’évoluais pour les Marquis de Jonquière. À l’époque, Denis était âgé de 16 ans seulement et déjà, à ce moment-là, on décelait en lui un joueur du calibre de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Il y a quelques semaines, on avait organisé une rencontre des anciens joueurs des Marquis, mais en raison de son état de santé, Denis n’avait pu assister à la réunion. À toute la famille, je désire offrir mes plus sincères condoléances.