Natif de Kénogami, Joe Hardy (au centre) a été inspirant pour de nombreux jeunes joueurs, lui qui a évolué dans la Ligue nationale de hockey dans les années 60. Il a aussi été joueur/entraîneur des Jaros de Beauce (LNAH), en plus d’avoir dirigé les Cataractes de Shawinigan et les Harfangs de Beauport dans la LHJMQ. Il est entouré des animateurs Dominic Bolduc et de Michel Thiffault, de l’émission Dans le vestiaire à CKAJ. Michel Thiffault avait organisé des retrouvailles en l’honneur de M. Hardy.

Les Saguenéens sont là pour rester

CHRONIQUES / Un total de 1500 victoires ! C’est un chiffre assez impressionnant pour l’organisation des Saguenéens de Chicoutimi, qui en sont à leur 46e saison dans le circuit Courteau. C’est un bel accomplissement ! Il y a seulement trois équipes qui ont autant d’années d’expérience. Outre les Sags, on parle de Shawinigan, la plus vieille formation, et de Gatineau, qui en est aussi à sa 46e saison.

Je vous parle de cela parce que depuis quelques jours, on parle de la survie de l’équipe dans le circuit Gilles Courteau. Je trouve déplorable que l’on mette en doute la viabilité des Saguenéens, que l’on associe avec le dossier de l’amphithéâtre. Je trouve que ce sont deux choses totalement différentes. La viabilité des Saguenéens n’est pas en cause, même si on parle d’une ligue de hockey canadienne. Oubliez ça ! Car les Saguenéens n’auront pas à se promener à travers tout le pays pour disputer des matchs de hockey.

Oui, il pourrait y avoir quelques rencontres avec des équipes du circuit de l’Ontario, mais le Québec en joue déjà. Gatineau dispute déjà deux parties par années contre les 67’s d’Ottawa. Val-d’Or et Rouyn-Noranda sont plus près de certains clubs de l’Ontario qu’ils ne le sont de Saguenay ou de Baie-Comeau. Les Saguenéens pourraient jouer deux ou quatre parties par saison contre des formations de l’Ontario et on pourrait donc éliminer un voyage dans les Maritimes au lieu d’en faire deux.

Il y a aussi de l’intérêt pour une ligue pancanadienne sur le plan administratif. Il n’y aurait qu’un seul commissaire au lieu de trois. Même chose au niveau de l’arbitre en chef et plusieurs services pourraient être relocalisés, ce qui générerait des économies importantes. Donc, je ne crois pas qu’il y aurait des changements importants pour les formations actuelles de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Fausse alerte

Concernant les Saguenéens, on sait que la Ville investit de l’argent dans l’organisation, mais il faut se rappeler que les Sags demeurent probablement le plus bel outil promotionnel pour la municipalité, tant sur le plan québécois que canadien.

Pour ceux qui s’inquiètent que les gros marchés dirigent tout, je peux les rassurer. Ce sont les petits et les moyens marchés qui sont en majorité. Et quand on regarde d’un peu plus près, il n’y a que cinq gros marchés dans la LHJMQ, soit Halifax, Moncton, Saint John, Québec et Blainville-Boisbriand. Les deux derniers sont des propriétés de Québecor. Donc, ceux qui croient qu’il y a un danger pour les Saguenéens, soyez sans inquiétudes. Il y a quelques années, plusieurs gros marchés voulaient réduire le nombre de parties au calendrier régulier à 60. Pour eux, trois ou quatre parties de moins n’affectaient pas vraiment leur budget. Un vote a été pris et cette proposition n’a pas passé. Et je pourrais vous donner encore plusieurs exemples.

L’avenir des Saguenéens n’est pas en danger. Quant au projet d’amphithéâtre ou de rénovations du Centre Georges-Vézina, prenons le temps de voir ce que Saguenay va proposer à ses citoyens dans les prochains mois et arrêtons de spéculer ou de faire peur aux gens avec ce projet. Le financement demeure le nœud du problème. J’espère que ce projet sera plus rassembleur qu’un sujet de division pour la grande ville de Saguenay.

Renouer avec Joe Hardy

Vendredi dernier, Michel Thiffault avait organisé des retrouvailles avec les anciens joueurs des Marquis de Jonquière avec Joe Hardy. Ce dernier était l’invité d’honneur du match des Marquis en soirée, au Palais des sports de Jonquière. Nous étions près d’une trentaine pour ce fameux dîner. Ce fut très agréable d’ailleurs de retrouver plusieurs anciens joueurs et de se rappeler de bons souvenirs de ces superbes saisons des années 1963-64 et 64-65. Pour ma part, il y avait plusieurs joueurs que je n’avais pas revus depuis de nombreuses années. Le plus âgé du groupe était le préposé à l’équipement, Charley Kearney, avec ses 87 ans. Il est en excellente santé. D’ailleurs, il assiste encore régulièrement aux matchs des Marquis dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH).

J’ai aussi parlé avec plusieurs de mes anciens coéquipiers qui jouaient sur le même trio que moi. Je parle ici de Ghislain Jomphe, de Denis Pilote et également de Richard Côté. Ce dernier vient de vivre des mois plus difficiles, mais il recouvre la santé graduellement. Il va retrouver toute son énergie.

C’était également un plaisir de rencontrer des anciens que je n’avais pas revus depuis de nombreuses années : Normand Côté, Edgar Dumont, Claude Cyr et quelques autres. Que de souvenirs on s’est rappelés. Tous étaient là pour écouter Joe Hardy qui nous a raconté ses premières années chez les professionnels.

Marquis : traitement-choc

Parlant des Marquis, avec cinq défaites consécutives à Jonquière, ce n’est pas très bon pour attirer du monde au Palais des sports. Une moyenne de 1200 spectateurs, c’est peu. Je suis convaincu que les propriétaires sont inquiets. Ça va prendre un traitement-choc pour relancer ce club. Quel pourrait être ce traitement, je ne le sais pas, mais les dirigeants ont certainement regardé ça de près.

Balayage des Sags

Voyage exceptionnel pour les Saguenéens dans les Maritimes. Du jamais-vu dans l’histoire des Sags ! Trois victoires ! Et la défensive n’a accordé que deux buts en trois rencontres, il faut le faire. De plus, ils ont signé une septième victoire consécutive. Ça commence à ressembler à un club qui aura beaucoup de plaisir au centre Vézina dans les prochaines années.