Richard Martel a animé une conférence de presse, lundi, à Trois-Rivières, à quelques jours du début de la nouvelle saison de la Ligue nord-américaine de hockey.

Les bottines suivent les babines

CHRONIQUE / À quelques reprises au cours des dernières semaines, j’ai écrit que plusieurs clubs de la Ligue nord-américaine de hockey s’équipaient en hommes forts en prévision de la prochaine saison. J’ai écrit également que le préfet de discipline et Richard Martel auraient beaucoup de travail au cours de la saison qui débutera en fin de semaine.

J’avais hâte de voir comment le nouveau commissaire Richard Martel allait réagir à cette situation. Je ne sais pas si certains clubs ont voulu tester le nouveau commissaire au cours du calendrier préparatoire, mais ceux qui l’ont fait en ont payé le prix. J’ai bien aimé la première réaction du commissaire et du préfet de discipline. Il ne fallait pas rater ce premier test. Lors d’une rencontre entre Trois-Rivières et Jonquière, il y a eu de la bagarre durant la période d’échauffement et durant le match.

Face à cela, Richard Martel a voulu démontrer que l’ère des « goons » est terminée. Depuis qu’il a accepté son mandat, il a dit sur toutes les tribunes que cette période est terminée. Il veut redonner de la crédibilité à la ligue. Comme le dit l’expression, les bottines ont suivi les babines.

Plusieurs suspensions importantes ont été imposées et il s’est attaqué aussi aux entraîneurs. Ça, c’est important, car ce sont eux qui donnent les directives derrière le banc. J’ai remarqué que les joueurs impliqués sont toujours les mêmes. Il était important d’agir dès le début de la saison.

Déjà j’ai vu plusieurs critiques sur les décisions de Richard Martel. Aux personnes insatisfaites, je rappelle que ce sont les propriétaires qui ont donné le mandat au commissaire de donner une nouvelle direction à la ligue. Au moment d’écrire ces lignes, je ne connais pas les grandes lignes de la conférence prononcée par Richard Martel, lundi, pour le lancement de la nouvelle saison. Mais on parle de plus en plus de webdiffusion, de reprises vidéo pour aider les arbitres et de plusieurs nouveaux commanditaires. J’ai hâte de voir. La prochaine saison sera importante pour le circuit et tout un travail attend Richard Martel.

LHJMQ

Est-ce que les Cataractes de Shawinigan vont vivre pour une deuxième année consécutive la perte de leur joueur vedette ?

On se rappelle qu’Anthony Bouvillier est demeuré avec les Islanders de New York, l’an passé, ce qui fut un dur coup pour l’équipe qui était alors dirigée par Claude Bouchard. Cette année, au moment d’écrire cette chronique, Samuel Girard, le meilleur défenseur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, est toujours à Nashville. Ce serait toute une perte pour Shawinigan. Ce n’est pas un secret, les Cataractes aimeraient bien se servir de Samuel pour rebâtir leur formation à la période des Fêtes.

Les Mooseheads de Halifax vivent un problème similaire avec Nico Hischier, qui demeure avec les Devils du New Jersey. Les Mooseheads veulent aller très loin, mais ce sera presque mission impossible sans le joueur suisse.

Ces deux cas nous donnent un bel exemple qu’il est difficile de faire du hockey junior.

Les Saguenéens ne connaissent pas le début de saison attendu avec une fiche de trois défaites et un revers en prolongation. Alors que tous croyaient que l’offensive serait la force des Sags et que le problème serait devant le filet, c’est tout le contraire qui se produit. On marque très peu de buts alors que les gardiens font de l’excellent travail.

En espérant un retour rapide de German Rubtsov. Il est très attendu et sa présence placera certains joueurs dans le bon rôle. On se croise les doigts chez les dirigeants et on espère que le dossier Rubtsov sera réglé pour vendredi. Les Sags recevront alors les Tigres de Victoriaville, une des meilleures équipes de la ligue.

Condoléances

Je voudrais offrir mes sincères condoléances aux parents et amis de Pierre Fellice et de Normand Tremblay. J’ai côtoyé Pierre Fellice pendant plusieurs années et j’ai longtemps eu le plaisir d’arbitrer avec Normand Tremblay.