En échangeant German Rubtsov et Olivier Galipeau, Yanick Jean (photo) n’a pas pensé à son statut personnel, mais à l’avenir de l’équipe. Il devient donc logique que le travail effectué avec ses acolytes pour l’avenir des Saguenéens soit reconnu.

Le travail de Yanick Jean reconnu

CHRONIQUE / Quand les Saguenéens de Chicoutimi ont annoncé, la semaine dernière, le renouvellement du contrat de Yanick Jean comme directeur général et entraîneur-chef, ce n’était pas réellement une surprise. En effet, Yanick Jean a travaillé très fort depuis son retour avec les Sags.

Quand Alain Deschênes et son groupe avaient congédié Marc Fortier (DG) et Patrice Bosch (entraîneur-chef), Yanick Jean avait réfléchi pendant quelques jours avant de rendre sa décision finale. Il a dû convaincre son épouse et toute sa famille de revenir au Saguenay.

À ce moment-là, Yanick Jean a dû rebâtir, de A à Z, presque tout l’organigramme hockey des Saguenéens. Le premier avec lequel il s’est associé a été Rénald Nepton (Neppy). Il a également convaincu Daniel Demers de quitter les Tigres de Victoriaville pour devenir son dépisteur-chef. Ce sont d’ailleurs les deux hommes clés de Yanick Jean dans l’organisation. Donc, quand l’organisation a confirmé le retour de ce trio pour les trois prochaines années, c’était la logique dans le cheminement tracé par Jean pour l’avenir des Saguenéens.

Je suis convaincu que durant la période des transactions des Fêtes, sans nécessairement confirmer que Yanick Jean serait de retour pour les trois prochaines années, il a certainement été question de son avenir. Car en échangeant German Rubtsov et Olivier Galipeau, Yanick Jean n’a pas pensé à son statut personnel, mais à l’avenir de l’équipe. Il devient donc logique que le travail effectué avec ses acolytes pour l’avenir des Saguenéens soit reconnu et on l’a confirmé en renouvelant les trois contrats avec l’organisation.

Attentes élevées
Il y a quelques années, on ne pouvait peut-être pas mettre l’insuccès de l’équipe sur le dos de Yanick Jean. Par contre, l’an passé, avec les nouveaux gestionnaires, on a dû faire un petit bout de chemin en séries éliminatoires pour plaire aux partisans qui n’avaient pas été gâtés dans les dernières années. Cette année, on a préparé l’équipe pour le futur. Mais si Yanick Jean veut récolter ce qu’il a préparé, il devait avoir un peu plus de temps et c’est pourquoi le contrat de trois ans est tout à fait justifié.

Maintenant, il a la responsabilité d’obtenir des résultats sur la glace. Je ne dis pas nécessairement de gagner la coupe du Président, mais les Sags devront se retrouver parmi les équipes élites du circuit Courteau.

Le travail pour les trois prochaines années est déjà amorcé depuis quand même quelques semaines, voire quelques mois. En juin, lors du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) à Shawinigan, les Saguenéens auront deux choix de première ronde — et probablement un troisième choix qui sera annoncé très bientôt —, en plus d’un choix du début de la deuxième ronde. Donc, l’avenir des Sagueneéns pour les prochaines années se jouera à Shawinigan le 2 juin. Et il n’y a pas beaucoup de marge d’erreur pour l’organisation, car les partisans ont de grandes attentes pour les deux prochaines années. Comme les partisans de Bathurst, on est en droit de s’attendre à vivre des séries éliminatoires super intéressantes jusqu’au mois de mai. D’ailleurs, on doit féliciter Bathurst qui vient de remporter la coupe du Président.

Place au golf
La saison de golf est maintenant commencée dans la majorité des clubs de la région. Espérons que dame Nature collaborera un petit peu, car on n’a pas été très gâtés, au cours des dernières semaines. Ce sont surtout les surintendants des clubs qui veulent de la chaleur pour être en mesure de bien travailler leur terrain. Car en début de saison, ce sont eux et les employés des terrains qui subissent la pression des membres et des bureaux de direction des clubs de golf pour avoir rapidement un très très beau terrain.

La semaine dernière, j’ai eu l’occasion de jouer dans la région de Montréal et je peux vous dire que déjà, là-bas, les terrains sont en excellentes conditions. J’en ai même été impressionné. Donc, ce que je peux souhaiter à tous, c’est une saison de golf tout à fait extraordinaire. Mais s’il vous plaît, faites preuve d’un peu de patience et dans quelques semaines, on aura de beaux terrains pour profiter pleinement de notre saison de golf.