Le stade plein à craquer pour les Voyageurs

CHRONIQUE / La semaine dernière, j’étais parmi les gens qui ont rempli le stade Richard-Desmeules, à Jonquière, pour encourager les Voyageurs vers la victoire lors du match de bris d’égalité face aux Diamants de Québec.

C’était très agréable de voir autant de personnes au baseball pour un match dans la région. Ça me rappelait les bonnes années du baseball senior alors que la rivalité entre les équipes d’Arvida, Jonquière, Kénogami, Port-Alfred et Alma était à son meilleur. À ce moment, les stades étaient régulièrement remplis à pleine capacité.

Les Voyageurs semblaient un peu intimidés, en début de rencontre, mais en cinquième manche, un coup sûr chanceux au troisième but leur a permis de revenir de l’arrière et se sauver avec la victoire pour mettre la main sur le titre de la division Sun Life.

La formation de l’entraîneur Martin Pouliot était seule sur le terrain à partir de ce moment. Comme tous les amateurs de baseball, j’espère que les Voyageurs iront loin en séries éliminatoires.

Le seul petit hic, au cours de cette soirée, c’était la longue file d’attente pour mettre la main sur l’un des fameux billets. Quand je suis entré dans la file, j’étais presque dans l’entrée du Palais des sports. Je crois qu’on aurait pu trouver un moyen d’avoir un ou deux guichets supplémentaires pour éliminer cette attente, en sachant qu’il y aurait énormément de monde. Avec la superbe température, les amateurs avaient la tête à la fête plutôt qu’à la critique. J’espère que les Voyageurs pourront remplir à nouveau le Stade Richard-Desmeules d’ici la fin de la saison. Les joueurs méritent grandement l’intérêt des amateurs.

Solutions à trouver au golf
Chaque saison, les clubs de golf veulent connaître le champion et la championne de leur terrain respectif.

Il y a quelques années, c’était facile de recruter des membres pour participer à la compétition sur deux jours. Mais depuis quelques années, le nombre d’inscriptions a grandement diminué. Il y a toujours énormément d’inscriptions dans les classes AA et A, ce qui est tout à fait normal. Ces joueurs demeurent de gros compétiteurs. Dans les autres classes, il y a peu d’inscriptions. Pourquoi cette diminution ? Il y a toutes sortes de raisons.

D’abord dans le AA et A, les joueurs sont beaucoup plus jeunes et veulent tester leurs habiletés. Pour les gens un peu plus âgés, ils préfèrent s’amuser et avoir du plaisir.

Dans une compétition, la réglementation est beaucoup plus rigide. En temps normal, la majorité des joueurs ne se préoccupent pas trop des règles. Ça devient donc un stress qu’ils ne veulent pas vivre. Ça s’applique chez les hommes, mais aussi chez les femmes.

On devra trouver de nouvelles alternatives pour faire participer les membres à ces championnats.

Cette baisse s’applique également à différents tournois. Je parle ici des tournois sociaux pour financer des organismes qui connaissaient beaucoup de succès avec 200 à 250 golfeurs.Ce n’est plus le cas.

L’une des seules exceptions est le tournoi de la Fondation de l’Hôpital de La Baie qui, en fin de semaine dernière, attirait au-delà de 250 golfeurs. Les dirigeants des clubs devront trouver des solutions, notamment avec des coûts plus que raisonnables. Il ne faut pas oublier que les cotisations régulières sont quand même assez élevées. Il est bien facile de dire de trouver une solution, mais la trouver n’est pas nécessairement une chose facile.

Parlons un peu de performance avec trois trous d’un coup dans la même semaine au Club de golf de Chicoutimi. Le premier a été réalisé par le président du club, Marc Tremblay, le deuxième par la capitaine Annie Boudreault, mais c’est le troisième qui a vraiment retenu mon attention. Il a été réussi par Claude Lessard, son huitième trou d’un coup en carrière ! Il en a fait sept à Chicoutimi et un autre à Port-Alfred alors que je rêve toujours d’en réussir un seul après 30 ans de carrière.

Un autre exploit remarquable a été réalisé, cette fois au Club de Port-Alfred. Claude Dumas a enregistré une ronde de 65, le record du parcours. -7, il faut le faire ! Dans le cas de Claude, c’est un excellent joueur et on est peut-être pas surpris. 65, ça demeure un pointage tout à faire extraordinaire.

Camp des Saguenéens
Un petit mot en terminant sur le début du camp des Saguenéens. J’ai assisté à la première partie intra-équipe, jeudi soir, entre recrues. Première constatation, il y avait beaucoup de spectateurs dans les estrades du centre Georges-Vézina et les gens étaient là pour voir à l’œuvre les deux premiers choix de l’équipe au dernier repêchage, Hendrix Lapierre et Théo Rochette. Comme plusieurs, j’ai été assez impressionné. Lapierre a un bon physique et un superbe passeur. Rochette est moins imposant physiquement, mais un très bon patineur et surtout excellent manieur de rondelle. L’avenir est intéressant de ce côté.

Celui que j’ai remarqué le plus, c’est Louis Crevier, un défenseur au format géant de 6 pieds 5. Malgré son physique imposant, le choix de 5e ronde en 2017 possède un très bon coup de patin. J’ai l’impression qu’il peut devenir un rouage important de la brigade défensive chez les Saguenéens.