Le curling régional attire l’attention

CHRONIQUE / Cette semaine, je débute cette chronique en parlant de curling. La région s’est mise en évidence, en fin de semaine, alors qu’une équipe junior du club Riverbend d’Alma a surpris la planète curling avec une victoire en finale contre les championnes de l’année dernière, l’équipe menée par Ève Bélisle. Le tournoi Scotties se déroulait au club Etchemin, dans la région de Québec. L’équipe, composée d’Émilia Gagné, de Mélina Perron, de Marie-Pier Harvey, de Chloé Arnaud et de leur entraîneur, Joël Gagné, ira représenter le Québec en Colombie-Britannique pour ce championnat canadien Scotties (aussi appelé Tournoi des Cœurs).

C’est la première fois qu’une équipe junior québécoise participera à ce championnat. L’équipe du club Riverbend a battu les trois équipes favorites du tournoi pour se sauver avec le titre. Bravo, c’est une excellente performance et c’est surtout une belle visibilité pour le curling régional junior ! Ce sera une expérience tout à fait exceptionnelle pour ces jeunes joueuses que de participer à ce championnat canadien.

Toujours parlant de curling, je veux revenir sur la performance de Robert et Émilie Desjardins lors des essais olympiques de curling double mixte à Portage La Prairie au Manitoba, au début du mois. Parlons d’abord de leur performance qui a tout simplement été au-delà des prévisions des experts. On parlait d’une 15e position. Or, ils étaient à une victoire de se qualifier pour les quarts de finale. Mais ce que je retiens surtout, c’est qu’ils ont été des ambassadeurs tout à fait exceptionnels pour tout le curling au Québec. Ils ont eu droit à une entrevue le samedi après-midi au réseau national de CBC, et ce, même s’ils étaient éliminés. De plus, Robert a été demandé pour agir comme analyste à CBC sur Internet pour les demi-finales. On garde des souvenirs extraordinaires de la participation du duo père-fille. Je suis convaincu qu’ils seront à surveiller en curling double mixte dans les prochaines années. Dans le cas d’Émilie, il ne faut pas oublier qu’elle n’est âgée que de 18 ans. D’ailleurs, c’était la plus jeune participante à cette compétition.

Inquiétudes dans la LNAH

D’autre part, dans la Ligue nord-américaine de hockey, je constate que le classement est toujours aussi serré. On ne connaît pas encore qui pourra se sauver avec le titre de champion de la saison régulière. Les Marquis de Jonquière sont toutefois en bonne position. L’arrivée de Yannick Riendeau apportera certainement plus de profondeur à l’équipe, et ce, sans faire de transactions. Et quand on regarde les statistiques cette année, l’équipe locale domine régulièrement les clubs visiteurs. C’est pourquoi l’avantage de la patinoire sera un atout important en séries.

Toutefois, ce qui retient le plus l’attention, c’est la baisse marquée des assistances dans tous les amphithéâtres de la ligue, alors qu’en début de saison, avec l’arrivée de Richard Martel comme commissaire, on espérait que la ligue obtienne beaucoup plus de visibilité. Oui, on parle un peu plus de la LNAH, mais les spectateurs ne sont pas au rendez-vous dans les amphithéâtres.

Je suis convaincu que les propriétaires sont inquiets. Par exemple, à Trois-Rivières, un nouveau propriétaire a tout mis en place pour attirer de bonnes foules, mais ça ne répond pas. Certains joueurs admettaient la semaine dernière qu’ils désespéraient d’attirer des foules. On parle de 300 à 400 spectateurs par rencontre ! Impossible pour un propriétaire de faire ses frais dans de telles conditions.

Lorsqu’on regarde du côté du Palais des sports de Jonquière, je ne sais pas si c’est le départ de Richard Martel comme coach qui a cet effet, mais on parle de 300 à 400 spectateurs de moins à chaque rencontre. Et si ça continue comme ça jusqu’à la fin de la saison, on pourra dire que ça représente un 100 000 $ de moins dans les coffres des propriétaires. Tous savent très bien que même avec la série finale du printemps dernier, on avait eu peine à boucler le budget. Je trouve cette situation déplorable, car actuellement, les équipes, en plus de se livrer une lutte serrée, attirent de nouveaux joueurs, dont certains très importants. Mais malheureusement, les résultats ne sont pas au rendez-vous.

J’ai hâte de voir ce que les propriétaires en pensent, mais je suis convaincu qu’ils sont tannés de sortir de l’argent de leurs poches pour avoir du hockey senior un peu partout au Québec.

Toujours en ce qui concerne la LNAH, on devrait connaître, au cours des prochains jours, ce qui arrivera avec Richard Martel et son rôle de commissaire de la Ligue. On avait dit que ça devait se régler au début janvier et on est rendu là. Je pense que Richard va demeurer commissaire du circuit, mais ses responsabilités seront un peu moins grandes. Toutefois, la priorité de Richard Martel demeure toujours l’expansion du circuit pour la prochaine saison.