Phil Desgagné

L’attente doit cesser et les réponses arriver

CHRONIQUE / Au cours des derniers jours, j’ai eu l’occasion de discuter avec plusieurs intervenants dans le domaine du sport. J’ai l’impression que la majorité des gens sont tous au même niveau : aucune réponse à leurs questionnements!

Je peux comprendre que le premier ministre François Legault et le Dr Horacio Arruda ne peuvent pas tout régler les problèmes en même temps et qu’ils ont aussi des priorités. Mais à ce que je sache, plusieurs députés et fonctionnaires doivent aussi préparer le terrain pour le futur. On ne veut pas laisser tout ce monde-là dans le néant, car il y a des réponses qui doivent être données de façon rapide aux gens qui se posent des questions.

Par exemple, le monde du golf attend une réponse depuis trois semaines déjà. L’Association de golf du Québec parle de pertes de 5 M$ par jour pour cette industrie au Québec. De plus, le monde du golf est un environnement en difficulté depuis plusieurs années qui a de la difficulté à rentabiliser ses opérations chaque saison.

Pourtant, l’association a déjà fourni au gouvernement toutes les mesures que les clubs sont prêts à appliquer pour la protection de leur personnel et de leurs membres. Surtout que le golf permet facilement de respecter le deux mètres de distance comme le demandent le premier ministre et Dr Arruda. Plus on retarde l’ouverture, plus les propriétaires de clubs vont voir leurs dépenses s’accumuler et gonfler leur déficit. Car il est déjà assuré que la majorité des clubs auront un fameux déficit.

Hockey en attente
La semaine dernière, je vous parlais des problèmes que vivent les Élites midgets AAA et le hockey mineur. Eux aussi sont en attente des directives du gouvernement, car ils sont à préparer la prochaine saison. Dans leur cas aussi, ils ne peuvent pas attendre indéfiniment.

J’ai également eu l’occasion dernièrement de discuter avec le DG et entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, pour connaître sa vision concernant son club pour l’an prochain. Lui aussi table sur différentes avenues sans toutefois savoir laquelle sera à retenir.

Il y a trois scénarios possibles pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). De un, un début de saison régulière en septembre ou en octobre, mais au moment d’écrire ces lignes, c’est peu probable. De deux, le début de saison en janvier semble être une forte possibilité. En troisième lieu, certaines personnes pensent même qu’il pourrait ne pas y avoir de saison en 2020-21.

Quand on regarde ces trois possibilités, il est extrêmement difficile de faire des plans pour l’avenir du club.

Repêchage
J’ai demandé à Yanick Jean quelle sera sa stratégie au prochain repêchage, qui aura lieu les 5 et 6 juin. Il n’a pas voulu révéler de secrets. Yanick Jean, c’est Yanick Jean. Il est toujours extrêmement prudent dans ses affirmations. Je lui ai aussi demandé s’il avait une stratégie précise advenant le cas où la saison s’amorcerait en octobre ou encore en janvier. Toujours la même réponse : difficile à prévoir. Je n’ai toutefois pas abordé avec lui la possibilité qu’il n’y ait pas de saison.

Yanick Jean affirme qu’il a actuellement sous la main l’un des meilleurs clubs de la ligue. Il n’y a aucun doute : trois joueurs de 20 ans de très grande qualité et probablement le meilleur gardien du circuit Courteau en Alexis Shank. Il a aussi probablement le meilleur défenseur de toute la ligue en Artemi Kniazev en plus de deux attaquants qui seront probablement repêchés au premier tour de la sélection de la Ligue nationale de hockey (LNH), soit Hendrix Lapierre et Dawson Mercer.

« Donc, j’ai un très bon club de hockey, à la différence que je n’ai peut-être pas la même profondeur que l’an dernier. Mais ça demeure quand même un excellent club », assure-t-il.

Je lui ai posé la question concernant la possibilité que la saison ne débute qu’en janvier avec un calendrier de seulement 30 parties : « Serais-tu tenté d’échanger une partie de tes très bons joueurs pour une demi-saison, afin de rebâtir rapidement l’équipe pour les années futures ou tout simplement dire encore une fois qu’on y va encore une fois “all-in” pour la coupe du Président ? » Il ne m’a pas donné de réponse à cette question également.

Ce sont toutes des possibilités. Mais quand viendra le temps du repêchage les 5 et 6 juin, il sera extrêmement difficile pour les équipes de préparer une stratégie à long terme quand elles ne sont même pas en mesure d’avoir des réponses précises en ce qui concerne la saison prochaine.

Personnellement, j’ai l’impression que le repêchage du début juin sera assez tranquille. On est habitué de voir beaucoup de transactions se dérouler sur le plancher et ce sera certainement intéressant à suivre.

Et comme vous pouvez le constater, Yanick Jean ne m’a pas fourni d’informations ni de précisions sur ses intentions. Mais je connais Yanick et je doute qu’il n’ait pas de plan en tête, car il est du genre à avoir toujours quelque chose de prévu.

Concernant les possibilités pour les Sags, ce sont celles que je vois et la façon dont je crois que le club pourrait prendre ses décisions. Mais ce n’est pas facile, surtout après avoir misé gros et compte tenu de la façon dont la saison s’est terminée. C’est certainement très décevant et dur de prédire le futur. Car le circuit Courteau évolue dans plus de quatre provinces et pas une d’elles ne voit le déconfinement de la même façon. Harmoniser ce déconfinement sera tout un casse-tête pour le commissaire Gilles Courteau.

Parlant de M. Courteau, j’ai hâte de voir le genre de réponse que les gouvernements vont faire à la LHJMQ pour l’aider financièrement en raison des impacts de la pandémie. Tout un casse-tête pour les élus pour venir en aide à la ligue. Car il y a des propriétaires qui sont des multinationales, d’autres comme Baie-Comeau et Chicoutimi qui appartiennent à des villes et d’autres sont des OBNL (organismes à but non lucratif).