Phil Desgagné a eu le plaisir de jouer au Tournoi de la Brosse d’argent du Club de curling Kénogami en compagnie de Camille Villeneuve.

Lancer la pierre pour le plaisir

CHRONIQUE / J’ai participé la semaine dernière au tournoi de la Brosse d’argent, au Club de curling Kénogami. Soulignons dès le départ que c’est le plus gros tournoi de toute la saison avec 64 équipes, 256 joueurs et plus de six clubs de la région y participaient. C’est un tournoi recherché par tous les joueurs de la région. D’ailleurs, l’année dernière, je m’étais inscrit avec mon équipe, mais malheureusement, il y avait trop de participants et nous avions été exclus du tournoi faute de place.

Cette année, j’ai parlé avec le président Gilles Deschênes qui m’expliquait que sur les 64 équipes, 32 sont réservées pour le club hôte (Kénogami). Par la suite, on répartit le nombre d’équipes par club en fonction du nombre de membres. Par exemple, cette année, Alma (Riverbend) avait droit à 10 équipes, Chicoutimi à 9, etc. D’ailleurs, à Alma, 20 équipes souhaitaient participer à la présente édition, alors qu’il y avait seulement 10 places. Ils ont donc dû procéder par tirage pour déterminer les 10 équipes participantes au tournoi.

Vous allez me dire : pourquoi un tel engouement ? Parce que c’est le plus gros de la saison et surtout qu’il est rodé au quart de tour. C’est donc un très beau tournoi.

Centenaire

Parlant du Club de curling Kénogami, il va fêter en 2020 son 100e anniversaire. Le club compte actuellement autour de 400 membres et ça joue du matin jusqu’au soir. C’est donc un club très fréquenté. Mais actuellement, ce club aurait besoin d’un peu d’amour. Car des rénovations seront nécessaires dans les prochaines années. Pas nécessairement au niveau des glaces, mais la bâtisse est en fin de règne.

Camille Villeneuve

D’ailleurs, il y a un projet sur la table de 1,4 million $ prêt à être réalisé. Mais il y a un hic et c’est encore une fois le financement. Des dirigeants me disaient qu’ils avaient eu des promesses de certains politiciens pour réaliser le projet. Mais il y a des doutes, du côté de la direction, de voir ce projet se réaliser rapidement, car il y a actuellement deux gros projets dans le secteur de Jonquière, soit le Centre multisport (soccerdôme) et Le Patro de Jonquière. C’est un peu pourquoi certains dirigeants ont des doutes.

Mais quand on regarde la bâtisse, on constate qu’il y a urgence. Et il ne faut pas oublier que le Club de curling Port-Alfred a reçu une aide de 1,2 million $ il y a deux ans et que l’an passé, le Club de Chicoutimi a obtenu 1,4 million $. Les gens de Kénogami pensent que maintenant, c’est à leur tour.

Que du plaisir !

Je vais maintenant vous parler de mon expérience de tournoi. Ma formation a été nommée l’équipe Cendrillon du tournoi. On a été battu en demi-finale dans la grosse catégorie, la classe A. Personne n’avait prévu que notre équipe ferait aussi bien. J’ai eu le plaisir de jouer avec « l’homme à la baguette magique », Camille Villeneuve. Ce dernier était mon capitaine. Il est âgé de 91 ans et compte 70 ans d’expérience. Et c’est tout un compétiteur ! Avec sa baguette magique, il est encore plus redoutable.

Monsieur Villeneuve, tout le monde le connaît pour son talent et son caractère également. Il veut absolument gagner à chaque rencontre. Je dirais même qu’il avait la réputation d’être un mauvais perdant à un certain moment. Mais avec l’âge, il accepte maintenant mieux la défaite.

On a eu un plaisir fou à compétitionner avec les autres formations. Notre équipe Cendrillon était complétée par Mme Éliette Plourde, qui vient tout juste d’avoir 77 ans, M. Gaétan Bilodeau, 61 ans, et votre humble serviteur, au-delà de 70 ans. Même après notre défaite, M. Villeneuve me disait que ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu autant de plaisir à compétitionner au curling. Il m’a convaincu de reprendre l’action avec lui dès le début du mois mars, au Club de curling Port-Alfred. C’est donc un rendez-vous !

L’Amphithéâtre +

Vous savez que le sujet de l’heure, c’est le fameux Amphithéâtre +. Au cours des derniers jours, j’ai eu l’occasion de discuter avec plusieurs personnes de Jonquière durant le tournoi de curling. À ma grande surprise, 70 à 75 % des gens du secteur sont très favorables à un nouvel amphithéâtre dans le secteur de Chicoutimi. Le seul hic, c’est bien entendu l’endroit où il est projeté de le situer, soit le centre-ville. Les gens ont bien des doutes qu’on puisse réussir un tel projet au centre-ville.