Laissons les coudées franches aux élus

CHRONIQUE / La semaine dernière, je vous avais promis de ne pas revenir sur le sujet du centre Georges-Vézina (CGV), mais les événements des dernières heures m’obligent à en reparler. Je ne me réjouis pas nécessairement de ce qui est arrivé avec les installations du centre Vézina, mais je ne suis nullement surpris de cette annonce.

Depuis plusieurs années, la toiture du vénérable bâtiment revient régulièrement dans les conversations. On n’a qu’à se rappeler le temps où on a décidé d’installer un nouveau tableau indicateur. Ç’a été tout un casse-tête avant de recevoir l’aval des ingénieurs et des instances de la Ville. Il y a quelques années, on a procédé à l’achat d’un nouveau « set de lumières » pour améliorer celui en place actuellement. On a dû se résigner à le laisser dans ses boîtes parce que la toiture n’était pas idéale pour installer ces nouvelles lumières. Il y a quelques semaines, pour installer la nouvelle bannière du chandail d’Éric Fichaud, ç’a pris au-delà de quatre semaines avant d’obtenir le feu vert officiel de la Ville.

Depuis deux ans, on est obligé, durant la saison hivernale, de déneiger la toiture du CGV dès qu’il tombe quelques centimètres de neige. Ça coûte des milliers de dollars chaque saison pour nettoyer ce fameux toit. Mais il faut maintenant faire face à la réalité. On n’était pas prêt à une fermeture temporaire, voire permanente. Mais il faut le dire, Saguenay et le gouvernement du Québec ont rapidement pris les choses en mains. En l’espace de moins de 24 heures, il y a eu un consensus entre la mairesse Josée Néron et le premier ministre Philippe Couillard. Il a été convenu qu’on ne discutait plus de rénovations, mais bien d’un aréna neuf. On est passé en mode solution.

Le premier ministre a été très rapide. Saguenay mérite, a-t-il dit (et écrit), un centre sportif du 21e siècle ! On va donc de l’avant avec un aréna neuf. M. Couillard a ajouté en outre qu’il fallait sécuriser les installations actuelles du centre Vézina afin que les utilisateurs actuels, soit le patinage de vitesse courte piste et les Saguenéens de Chicoutimi, puissent retrouver leur domicile le plus rapidement possible en attendant bien entendu le nouvel amphithéâtre, lequel ne sera pas nécessairement pour demain.

Bravo donc aux politiciens qui ont agi rapidement et qui sont passés en mode solution. J’espère maintenant que sur les médias sociaux, les gens vont arrêter de critiquer et de mettre en doute les décisions de nos politiciens. On les a élus pour prendre des décisions, alors maintenant, laissons-les aller ! Quand ils ne prennent pas de décisions, on les critique, et quand ils en prennent, on met en doute les décisions prises. Pour ma part, je suis très fier de la décision annoncée. Enfin, Saguenay aura des installations adéquates soit pour le hockey, le patinage de vitesse ou encore pour les groupes de musique qui vont un peu partout au Québec. Les fans de musique attendent cette annonce depuis longtemps.

Il reste maintenant à voir combien de temps ça prendra pour sécuriser le centre Vézina pour les Saguenéens afin qu’ils puissent retrouver leur domicile le plus rapidement possible. Oui, le Palais des sports de Jonquière peut dépanner pour quelques semaines, mais pour une longue période, j’ai des doutes. Le Palais des sports, c’est le domicile des Marquis de Jonquière et les installations sont faites pour eux. On ne peut pas tout transformer pour accommoder l’organisation des Sags.

Reste maintenant à espérer que les bottines vont suivre les babines !

Hockey mineur

Le dossier du hockey mineur de Saguenay fait encore parler de lui. À Jonquière et à La Baie, les gens sont prêts à accepter la nouvelle structure et à passer à la prochaine étape. Mais à Chicoutimi, encore la semaine dernière, les dirigeants du Hockey mineur de Chicoutimi se sont présentés à une réunion d’information avec la nouvelle organisation et le directeur du Service des loisirs en compagnie de leur aviseur légal. Oui, un avocat !

On me dit que les dirigeants de la Commission du sport de Saguenay n’ont pas beaucoup apprécié et qu’ils ont même été très mal à l’aise d’avoir la présence de cet avocat sur place. Mais la bonne nouvelle est venue de Michel Thiffault, le responsable des sports chez les élus, qui a confirmé que la ville passait maintenant à la deuxième étape et qu’on irait de l’avant dans ce dossier de fusion.

Club de golf Chicoutimi

Dans un autre ordre d’idée, le conseil d’administration du Club de golf de Chicoutimi aura beaucoup de pain sur la planche, au cours des prochaines semaines. En effet, il faut renouveler la convention collective des employés syndiqués qui est échue depuis quelques mois déjà. De plus, le chef cuisinier Michel Daigle a remis sa démission il y a quelques semaines. On pense maintenant à opter pour un restaurant de concession. Par ailleurs, j’ai appris il y a quelques jours que la directrice générale, Sonia Potvin, a remis sa démission. Démission qui sera effective au début mars.

Avec tous ces changements et les années difficiles que vit le club, je me demande s’il y aura encore un DG à temps pour la prochaine saison. Bonne question !

Arbitres de hockey

Marc Simard et Olivier Cimon, deux juges de lignes qui évoluent régulièrement dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et que l’on voit régulièrement au centre Georges-Vézina, ont vécu une belle expérience, samedi dernier, à Drummondville, dans le cadre de la Classique hivernale de la ligue. Ils étaient sur place pour officier le match en plein air opposant les Voltigeurs aux Tigres de Victoriaville. Je suis convaincu qu’ils en garderont un excellent souvenir.