Phil Desgagné
Le Quotidien
Phil Desgagné
Le dernier «vrai» match des Saguenéens remonte au 11 mars, dans une victoire de 5-0 face au Drakkar de Baie-Comeau. C’est d’ailleurs le dernier match officiel de la LHJMQ, avant la suspension des activités en raison de la COVID-19.
Le dernier «vrai» match des Saguenéens remonte au 11 mars, dans une victoire de 5-0 face au Drakkar de Baie-Comeau. C’est d’ailleurs le dernier match officiel de la LHJMQ, avant la suspension des activités en raison de la COVID-19.

La mission de la LHJMQ: commencer la saison en octobre

CHRONIQUE / Gilles Courteau et les équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) ont reçu le OK de la Santé publique pour débuter la saison le 1er octobre prochain, comme il était proposé dans le plan de relance soumis par la LHJMQ.

Le début des camps d’entraînement est prévu pour le 26 août pour les équipes qui évoluent au Québec. Dans le cas des provinces des Maritimes, nous sommes toujours dans l’attente des réponses des instances de chacune, à l’exception du Nouveau-Brunswick, où les trois équipes pourront lancer leurs activités comme au Québec. Il semblerait que nous sommes sur la bonne voie pour les autres.

L’Ontario et l’Ouest canadien ne débuteront pas avant le premier décembre. Le problème du côté de ces deux ligues, c’est la présence d’équipes sur le territoire des États-Unis, six pour l’Ouest, et deux pour l’Ontario.

L’autre sujet que M. Courteau a évoqué est la possibilité d’augmenter la limite à quatre joueurs de 20 ans pour chacune des équipes, au lieu de trois comme dans les années antérieures. Il faut cependant l’accord de la Ligue nationale de hockey (LNH) et on devrait connaître la réponse très bientôt.

Une question se pose et c’est le nombre de spectateurs accueillis dans les amphithéâtres. Je suis convaincu que la règle actuelle de 250 personnes ne peut pas être viable pour les équipes de la LHJMQ. Je suis assuré que si la Santé publique ne change pas son fusil d’épaule, certains clubs ne pourraient pas débuter leur saison pour des raisons financières. Ce serait catastrophique et plusieurs équipes ne peuvent pas se le permettre.

D’ailleurs, j’ai eu l’occasion de jouer au golf avec le directeur des opérations chez les Saguenéens de Chicoutimi, Serge Proulx. Pour lui, le nombre minimum doit se situer entre 1000 et 1200 spectateurs et les loges corporatives remplies.

Les 1200 détenteurs de billets de saison de l’année dernière seront privilégiés au départ, mais Serge espère qu’il pourra satisfaire tout le monde. La réponse dans les prochaines semaines du côté du gouvernement et de la Ligue.

J’ai beaucoup de difficulté à croire que les deux autres ligues veulent garder le même calendrier, soit 68 parties, et ce, même si la saison débuterait en décembre. Avec un tel calendrier, comment les joueurs pourront-ils concilier le sport et les études ? C’est impossible à mon avis.

C’est pourquoi j’espère que Gilles Courteau va réussir dans sa mission de commencer la saison le 1er octobre, en plus du calendrier réduit à 60 rencontres et l’élimination des voyages dans les Maritimes. Depuis plusieurs années, le circuit Courteau prêche en faveur des études, il faut maintenant que les bottines suivent les babines. Donc, que tout va être fait pour que les joueurs réussissent à poursuivre leurs études, même dans cette période difficile.

Toujours dans la LHJMQ, c’est difficile à croire, mais à Gatineau, l’aréna sert actuellement à loger des sans-abri, et il semblerait que la Ville veut poursuivre dans cette voie. Il n’y aurait donc aucun amphithéâtre pour les Olympiques de Gatineau. Un dossier à suivre...

La perte d’un gros morceau

Ce dont tout le monde se doutait depuis quelques semaines, c’était l’annulation du Challenger Banque Nationale de Saguenay. Le président, Jean Delisle, connaissait la réponse depuis quelques semaines, mais c’était à Tennis Canada d’en faire l’annonce, ce qui a été fait la semaine dernière. M. Delisle croyait qu’il aurait pu y avoir un tournoi seulement entre joueuses canadiennes, dans le but de donner l’occasion à ces joueuses de faire quelques tournois. Tennis Canada en a décidé autrement. L’équipe de Jean Delisle se tient cependant prête à poursuivre l’aventure l’an prochain.

Les paris sont ouverts

Régulièrement, on dit que les séries éliminatoires, c’est une autre saison. La LNH vient de le vivre avec son nouveau format d’après-saison. Les deux meilleurs joueurs de la LNH, Sydney Crosby et Connor McDavid, se retrouvent déjà en vacances et leur équipe, dans la loterie Alexis Lafrenière.

Au moment d’écrire ces lignes (lundi après-midi), je ne connais pas encore le résultat de la loterie, mais je sais très bien que l’on connaîtra rapidement la prochaine destination du jeune prodige, ainsi que l’ordre de sélection des choix 8 à 15. Lafrenière est déjà assuré qu’il ne sera pas avec le Canadien. Il devrait se retrouver avec un club qui pourrait, dès l’an prochain, aspirer aux grands honneurs. Ce sera beaucoup moins de pression pour lui avec une de ces équipes qu’avec une formation du bas du classement.

Quant au Canadien, il doit sa victoire à un Carey Price à son meilleur et un Claude Julien qui a mieux joué ses cartes que l’entraîneur des Penguins, Mike Sullivan. Quand on regarde les résultats, il y a plusieurs surprises. Quelles sont les équipes favorites pour soulever la Coupe Stanley ? Les paris sont ouverts.