Phil Desgagné
En raison du confinement imposé par la pandémie, l’ouverture des terrains de golf, mercredi dernier, a non seulement permis aux golfeurs et golfeuses de renouer avec leur sport, mais ce fut aussi l’occasion de joyeuses retrouvailles, dans le respect des consignes sanitaires, bien sûr!
En raison du confinement imposé par la pandémie, l’ouverture des terrains de golf, mercredi dernier, a non seulement permis aux golfeurs et golfeuses de renouer avec leur sport, mais ce fut aussi l’occasion de joyeuses retrouvailles, dans le respect des consignes sanitaires, bien sûr!

Golf: le bonheur de retrouver ce que l’on croyait perdu

CHRONIQUE / Je ne pensais pas revivre ça un jour : me coucher le soir avec excitation en pensant à tout ce qui va arriver le lendemain matin. J’avais déjà vécu ça, toutefois, la veille de mon mariage, la veille de l’arrivée d’un nouvel enfant ou l’excitation d’amorcer un nouveau travail. Étant depuis quelques années à la retraite, ça ne m’était jamais arrivé, mais mardi soir, je me suis endormi aux petites heures du matin en pensant que mercredi matin, j’aurais enfin l’occasion d’aller jouer au golf !

Vous me direz que ce n’était sûrement pas une première dans mon cas et c’est exact ! Je suis membre d’un club de golf depuis au-delà de 40 ans. Mais ce 20 mai 2020, c’était assez particulier. Ça faisait neuf semaines que nous étions confinés et réduits à prendre une marche de quelques kilomètres dans le quartier chaque jour, sans presque parler à personne. Donc, mercredi matin, premier départ à 7h36 et dame Température était au rendez-vous. J’étais excité d’arriver au club pour voir comment allait se dérouler la nouvelle façon de procéder pour notre départ du matin. Pour nous souhaiter la bienvenue, le directeur général du club Chicoutimi, Carl Bouchard, était sur place avec les préposés aux départs, Dominic et Marcel. Ils étaient là pour nous indiquer la nouvelle façon de procéder.

Je n’étais pas le seul à être excité et heureux de revoir mes partenaires depuis de nombreuses années. Serge et Gilles étaient au rendez-vous, mais malheureusement, notre ami Pierre, qui était avec nous depuis plusieurs années, a décidé de prendre une année sabbatique. C’est Jean Delisle, que tout le monde connaît bien, qui s’est joint à notre groupe. Tout le monde avait le sourire et était content de débuter la saison !

J’ai été impressionné par les nouvelles procédures. Tous ont respecté les nouvelles consignes sanitaires et étaient heureux de parler à des gens qu’ils n’avaient pas vus depuis plusieurs mois. Je me suis rendu à l’évidence que je n’étais pas le seul à être excité à l’idée de débuter une nouvelle saison de golf !

Et il y avait aussi beaucoup de nouveaux visages ! Plusieurs voyant que l’été et la période de vacances pourraient être tranquilles, ils ont décidé de prendre leur carte de membre et de jouer au golf. Il semble que c’est exactement ce qui s’est produit pour la majorité des clubs un peu partout dans la région.

Je suis convaincu que les dirigeants des clubs vont se réjouir de cette nouvelle vague de nouveaux membres. Les déficits devraient être moins importants que prévu, car il semble que tous les clubs ont connu un début de saison canon. D’autant plus que dame Météo a énormément collaboré. C’est une belle nouvelle pour les clubs de golf. Mais un petit conseil pour ceux et celles qui voudraient prendre des départs à l’occasion, prenez-vous à l’avance, car avec l’arrivée de nouveaux membres, le nombre de plages disponibles pour jouer va devenir un peu plus difficile à obtenir. Soyez donc prévoyants !

Quant à ma gang du samedi matin, Ghislain, Claude et Richard, ils étaient tous là aussi. Richard Létourneau, le président des Saguenéens, nous a dit : « Vous êtes chanceux que je sois là ce matin. Je devrais être à Kamloops, en Colombie-Britannique, pour la coupe Memorial ! » C’est malheureusement un rendez-vous manqué. On y croyait énormément fort dans l’organisation des Saguenéens.

Règlement de la LCH

L’un des sujets qui a beaucoup fait parler, la semaine dernière, c’est le règlement survenu entre la Ligue canadienne de hockey (LCH) et les anciens joueurs qui réclamaient un salaire qui aurait dû leur être versé alors qu’ils évoluaient dans le circuit canadien de hockey junior majeur. On parlait d’une poursuite de 180 millions $.

Après des années de discussions et des millions de dollars engloutis dans des firmes d’avocats, la LCH a décidé de régler le dossier hors cour pour une somme de 30 millions $. La moitié de cette somme sera assumée par les assurances et la LCH, tandis que les autres 15 millions $ seront absorbés par les clubs. C’est toute une claque sur la gueule pour les clubs qui viennent de vivre une année extrêmement difficile en raison de la pandémie. Mais je crois que la LCH n’avait pas le choix. Il fallait régler ce dossier, car ça faisait huit ans que les dirigeants des clubs se battaient en cour pour régler cette fameuse poursuite. On devait passer à autre chose.

Réveil tardif

Ce qui m’a fait sourire un peu, cependant, c’est de voir plusieurs joueurs se manifester sur la place publique pour décrier le jugement rendu. Une entente qu’ils trouvent extrêmement exagérée, car ils disent qu’ils étaient très gâtés lorsqu’ils évoluaient dans la LCH.

Mais où étaient ces joueurs dans les dernières années, quand la LCH se débattait en cour à coup de millions de dollars ? Maintenant, ces joueurs se disent même prêts à remettre un certain montant qu’ils vont recevoir, soit entre 7000 $ et 8000 $, aux organisations qui les ont soutenus pendant de nombreuses années. Bravo pour le geste ! Mais pendant huit ans, la LCH a dépensé des millions de dollars en frais d’avocats pour régler le dossier, alors que ces mêmes joueurs profitaient de l’argent des propriétaires pour faire carrière ou recevoir des centaines de milliers de dollars en bourses d’études pour leur formation universitaire et préparer leur avenir.

Mais oublions tout cela, car la bonne nouvelle, c’est que maintenant, avec le règlement, le débat est terminé, on va se mettre à faire du hockey junior. Espérons que les propriétaires des 60 clubs vont tous être en mesure de rester en affaires !

Golf Saguenay Arvida

Au cours des dernières heures, j’ai appris que le Club de golf Saguenay Arvida avait décidé de changer en par cinq les trous #9 et #15 et ainsi faire une normale 72, alors que cette normale était de 70 auparavant. C’est une très bonne nouvelle, car il faut dire que ces deux trous étaient extrêmement difficiles. Donc, bravo ! Je suis assuré que les golfeurs et golfeuses vont apprécier !