Du pain sur la planche pour la nouvelle direction des Marquis

CHRONIQUE / Il était presque impossible que Jonquière ne garde pas son équipe de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Dans les dernières années, Éric Claveau et Marc Boivin ont procuré de l’excellent hockey aux partisans, avec une très bonne équipe qui a remporté les grands honneurs à trois reprises.

Chaque année, il devient lourd de prendre cette charge sur les épaules de deux seuls hommes, soit Marc et Éric. Je peux comprendre qu’après quelques saisons, ils aient voulu passer le flambeau à d’autres, car ça devenait très difficile sur le plan financier et personnel. Bravo pour le travail effectué! Sans eux, il y a longtemps que le hockey senior à Jonquière serait terminé.

Maintenant, parlons un peu de l’avenir des Marquis de Jonquière avec Bob Desjardins. Ça ne me surprend pas qu’il ait voulu prendre la relève. Bob a fait renaître le hockey junior et senior à Jonquière et il a également connu beaucoup de succès. Mais beaucoup de travail l’attend. Il doit bâtir une équipe de direction solide. Il a déclaré qu’il voulait regrouper une bonne dizaine d’hommes d’affaires pour administrer le club.

La bonne nouvelle, c’est qu’Éric Claveau, qui a beaucoup d’expérience dans la LNAH, va demeurer avec le groupe pour faire la transition. Toutefois, je déplore un peu que Marc Boivin ne soit pas là pour aider les nouveaux propriétaires. Car Marc était celui qui négociait avec tous les joueurs dans le circuit et ça, ce n’est pas nécessairement facile dans le hockey senior. Oui, Bob a de l’expérience, mais la crédibilité de Marc Boivin partout dans la ligue a été un atout important pour cette formation.

Le recruteur en chef des Marquis de Jonquière, Lucien Paquette (2e à partir de la gauche), est entouré de trois des nouveaux propriétaires, Éric Gravel, Bob Desjardins et Martin Gravel. Les dirigeants ont misé sur la défensive, du muscle et du talent local lors du repêchage de la Ligue nord-américaine de hockey tenue samedi à Sorel-Tracy.

J’ai maintenant hâte de voir qui sera choisi pour diriger l’équipe. Je crois que malgré son expérience, Bob Desjardins doit se concentrer sur son rôle de directeur des opérations hockey. Avec son travail régulier, ses équipes junior AA et senior (LHSLF), Bob doit trouver un entraîneur qui aura comme mission de diriger la formation. Je ne pense pas que Benoit Gratton sera de retour même s’il a accompli de l’excellent travail avec les Marquis.

Bob Desjardins peut-il trouver quelqu’un de local pour diriger la formation? J’ai énormément de doute, car il n’est pas facile de diriger une équipe dans la LNAH.

Samedi, c’était le repêchage du circuit Laplante et Desjardins avait à ses côtés Lucien Paquette, qui travaille pour les Marquis depuis quelques années. C’était la décision à prendre pour la nouvelle direction, car le recruteur en chef connaît très très bien la ligue et il possède une bonne filière de joueurs qui reviennent au Québec pour terminer leur carrière. On verra l’automne prochain les résultats de ce repêchage.

Les Saguenéens

J’ai eu l’occasion de jouer au golf avec le président des Saguenéens de Chicoutimi, Richard Létourneau. Ce dernier s’est dit très heureux du travail effectué par ses hommes de hockey lors du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il dit que Yanick Jean a travaillé énormément pour transiger avec d’autres formations pour améliorer son club. Mais comme on dit souvent dans le langage de hockey, il faut être deux pour danser. Richard me faisait part qu’il a été impressionné par le leadership du nouveau venu, Rafaël Harvey-Pinard. Déjà, au repêchage, le nouveau capitaine des Sags était sur place avec la formation pour parler aux nouveaux joueurs de l’équipe et les rassembler. Il se sentait déjà comme un vrai membre des Saguenéens.

L’arbitrage de la LNH

J’ai également eu l’occasion de rencontrer Justin St-Pierre, l’arbitre de la Ligue nationale de hockey (LNH), et de discuter de la situation des arbitres dans les séries. Justin me faisait part de la difficulté d’accepter toutes les critiques faites envers les officiels. Comme il me disait, l’intensité n’est pas la même pour les matchs en saison régulière que ceux en fin de saison et c’est beaucoup plus difficile pour le travail des officiels.

Selon lui, on devrait quand même revenir à ce qui se fait durant la saison régulière, c’est-à-dire appliquer les règlements à la lettre et appeler toutes les punitions. Oui, les dirigeants de la ligue ont peut-être donné un nouveau mandat aux arbitres d’être un plus cool durant les séries de fin de saison, mais selon lui, les joueurs s’ajusteraient et on assisterait probablement à du meilleur hockey et à moins de critiques envers les officiels.