Avec tous les changements apportés au sein de l’équipe dans le dernier mois, les attentes sont extrêmement grandes envers les Saguenéens.

Des attentes inégales pour 2020

CHRONIQUE / L’année 2020 débutera dans quelques heures. Est-ce que les attentes pour nos équipes du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont là ? Je parle ici des Saguenéens de Chicoutimi, des Marquis de Jonquière et des Voyageurs de Saguenay.

Voyageurs

Je commence par les Voyageurs de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ). La dernière saison a été extrêmement difficile. L’équipe était en reconstruction avec Martin Pouliot dans le rôle de grand manitou pour cette période de transition.

Il y a quelques semaines, Martin Pouliot a décidé de tirer sa révérence et de passer à autre chose. Est-ce que c’était trop pour Martin ? Ou bien la reconstruction de l’équipe s’annonçait-elle trop longue ? On connaît Martin Pouliot ; c’est un gagnant et il ne se voyait probablement pas comme celui qui allait rebâtir cette formation. Il s’est donc entendu avec la direction de l’équipe pour quitter, et ce, malgré qu’il avait toujours un contrat de quelques saisons en main.

Étant donné la situation, l’équipe a été dans l’obligation de prendre une autre direction. Je ne connais pas le nouveau directeur général, Dany Coulombe, ni le nouvel instructeur, Michaël Bélanger, et non plus son adjoint, Rylan Sandoval. Mais quand je regarde le curriculum vitae de ces individus, l’avenir est prometteur pour la reconstruction de l’équipe.

Les gens du Saguenay pourront sans doute à nouveau être fiers de leur équipe pour les prochaines années.

Marquis

Maintenant, parlons des Marquis de Jonquière dans la Ligne nord-américaine de hockey (LNAH). C’est une équipe qui a beaucoup changé, cette année, surtout au niveau de la direction. L’été a été chargé pour Éric Gravel et Bob Desjardins, afin de trouver un groupe d’hommes d’affaires désireux de s’engager dans la relance de l’équipe.

On doit admettre qu’après une moitié de saison, les résultats sur la glace sont très décevants. Les attentes étaient grandes pour les Verts. On est effectivement habitués de voir les Marquis dans le haut du classement, et non dans le bas.

La semaine dernière, on apprenait que Lucien Paquette, l’homme de hockey avec Bob Desjardins, quittait la formation jonquiéroise, car sa vision ne concordait pas avec les nouveaux dirigeants de l’équipe. Je crois que c’est une lourde perte pour les Marquis. Lucien Paquette était celui qui avait beaucoup de contacts avec les joueurs, notamment ceux qui quittaient le hockey professionnel pour rejoindre la LNAH.

En plus, depuis de début de la saison, il manque régulièrement des joueurs d’impact. On parle, bien entendu, d’obligations personnelles. J’ai cependant l’impression que l’année dernière, il y avait moins de ces cas-là, mais c’est la réalité de LNAH. Il faut vivre avec.

La direction devra donner un grand coup de barre. Je ne suis pas assez près de l’équipe pour avoir les solutions précises, mais pour avoir parlé avec quelques dirigeants, il semble y avoir beaucoup d’insatisfaction, d’autant plus que les résultats ne sont pas là.

Cette situation va se ressentir aussi dans les assistances.

De plus, les Saguenéens risquent d’attirer bon nombre de partisans en deuxième moitié de saison.

Les Sags iront chercher l’attention des amateurs de hockey et des gens des médias. Il y aura sûrement des décisions importantes à prendre au cours des prochaines semaines pour redonner espoir aux partisans des Marquis en vue du reste de la saison.

Saguenéens

Je termine avec les Saguenéens.

Avec tous les changements apportés au sein de l’équipe dans le dernier mois, les attentes sont extrêmement grandes. La pression est forte sur les joueurs, mais également sur le personnel d’entraîneurs.

Partout à travers la ligue, on considère les Saguenéens comme l’équipe qui a tout en main pour jouer très tard au printemps prochain.

Je ne dis pas que les Saguenéens sont les seuls favoris, mais il y a de l’espoir pour rafler les grands honneurs et accéder à la Coupe Memorial.

D’ici ce temps, avec tous les changements, l’entraîneur Yanick Jean devra se donner du temps pour, bien entendu, implanter un système de jeu avec les nouveaux venus et apprendre à connaître les forces et les qualités de ses joueurs.

De leur côté, les nouveaux joueurs devront s’habituer à la grande patinoire du centre Georges-Vézina, une patinoire de dimension olympique.

Chez les anciens, certains joueurs verront leur temps de glace diminuer avec l’arrivée des nouveaux éléments. Ce n’est pas toujours facile à accepter pour ces athlètes.

La course au premier rang sera extrêmement importante, autant dans la division que pour le classement général. La marge de manoeuvre sera très limitée et les Saguenéens devront gagner de façon régulière d’ici la fin de la saison. Reste qu’on devrait avoir du hockey jusqu’en mai. Je le souhaite aux partisans des Saguenéens, car ils le méritent.

À tous, bonne année 2020 !