L’ancien patron de Rio Tinto en Amérique du Nord, Étienne Jacques, pourrait être un excellent candidat pour diriger un comité indépendant dans le dossier de l’amphithéâtre à Saguenay.

Amphithéâtre: le statu quo impensable

CHRONIQUE / Le dossier de l’amphithéâtre à Saguenay fait parler de plus en plus les gens. C’est un dossier très émotif et très politisé. Mais un fait est clair, c’est que l’on doit régler ce projet rapidement. Soit on oublie ça, soit on rénove le centre Georges-Vézina, soit on y va avec un nouvel amphithéâtre.

Tout le monde sait très bien que le statu quo est presque impensable. Les demandes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) pour être aux normes au niveau des bandes ne sont pas un caprice du commissaire Gilles Courteau, mais bien celles des assurances de la ligue et des équipes.

Les risques de blessures sont extrêmement importants, et les possibilités de poursuite sont bien réelles également.

Même chose pour l’éclairage. Ce sont les réseaux de télévision qui donnent des dizaines de milliers de dollars aux équipes.

Il est tout à fait normal qu’ils veuillent un éclairage de grande qualité.

Comité indépendant

Mais revenons au projet. Je crois que pour le bien-être de tous, la Ville devrait former un comité indépendant dont les responsables auront le mandat de rencontrer tous les intervenants au dossier, pour ensuite soumettre un rapport aux élus municipaux.

Car si on continue comme c’est le cas présentement, ça risque encore une fois de diviser tous les arrondissements.

Vous me demandez comment former un tel comité et qui pourrait le diriger ? À mon avis, ça prend des personnes crédibles et expérimentées et des intervenants qui vont utiliser le nouvel amphithéâtre ou qui sont déjà des utilisateurs du centre Georges-Vézina. Il faut que ce comité soit formé rapidement, car les planètes sont alignées pour les prochains mois en ce qui concerne le financement de ce projet. Financement qui est d’ailleurs le noeud du problème.

La circonscription de Chicoutimi compte actuellement une ministre avec Mme Andrée Laforest. Ça compte énormément dans les décisions du provincial. Au fédéral, on aura une autre élection très bientôt, donc un autre moment important.

Quant à savoir qui pourrait faire partie de ce comité, je verrais très bien autour de la table des producteurs de spectacles tels Robet Hakim ou Robert Doré, de Québec Issime, Diffusion Saguenay, qui est responsable de trois salles de spectacle, des représentants des Saguenéens de la LHJMQ et du hockey mineur de Saguenay, ainsi que des gens de l’Université du Québec à Chicoutimi et des cégeps. Ça prendrait également trois échevins, un de chaque arrondissement, des représentants de la chambre de commerce et, bien entendu, des gens de la Société d’agriculture, qui sont eux aussi impliqués.

Étienne Jacques ?

Ça prend toutefois un grand manitou pour gérer un tel groupe. On pourrait suggérer plusieurs noms, mais pour ma part, un nom me vient en tête, celui d’un vrai leader qui peut rassembler tout ce beau monde. Je ne lui en ai pas parlé, mais pour avoir eu l’occasion de travailler avec lui dans le dossier de la Coupe Memorial il y a cinq ans, je verrais bien Étienne Jacques, l’ancien grand patron de Rio Tinto en Amérique du Nord, dans ce rôle.

M. Jacques a géré des projets importants et connaît très bien tout ce milieu politique. C’est une personne qui amène également beaucoup de respect en raison de son leadership. Il vient de prendre sa retraite, il y a quelques mois. Eh bien, je suis convaincu que M. Jacques est un habitué de la gestion de dossiers assez complexes. Il a très bien réussi chez Rio Tinto.

Je vous rappelle que j’avance ce nom sans même lui avoir parlé et sans savoir s’il aurait un intérêt. Mais je suis convaincu que s’il était choisi, cela ferait l’unanimité chez tous les gens de la région.

Vous me direz qu’il y a certainement d’autres personnes qui pourraient être intéressées. Bien sûr, mais c’est le nom que je vous suggère au moment où on se parle. Toutefois, le point final reviendra bien entendu au conseil de ville de Saguenay.

En passant, un groupe a créé une page Facebook pour le projet du nouvel amphithéâtre. Près de 1000 personnes y ont adhéré, et je trouve que les discussions y sont intéressantes et civilisées. Espérons que ça continue de cette façon.

Frasques au hockey mineur

Le hockey mineur fait parler de lui, mais encore une fois pour les mauvaises raisons. Vous avez sûrement vu, sur Facebook et à la télévision, un entraîneur qui engueule un jeune joueur qui revient au banc après avoir commis une erreur. Dans un autre dossier, on a dû annuler un match du junior AA entre Chicoutimi et Jonquière au cours des derniers jours. Je suis convaincu que les dirigeants de la ligue ont pris les bonnes décisions à la suite des présumées menaces proférées envers d’autres joueurs. La semaine dernière, on a aussi vu un père de La Baie passer en cour pour des menaces faites à l’égard de l’entraîneur et des joueurs du club adverse de l’équipe de son fils.

Ce que je trouve malheureux, c’est que les associations de hockey mineur travaillent très fort pour éliminer ce genre de débordement, mais chaque saison, ça revient toujours. Je rappelle toujours aux gens de ne pas oublier que c’est un jeu et que les jeunes sont là pour s’amuser.