Phil Desgagné

Les opposants déçoivent

CHRONIQUE / Je vous l’avais prédit, la semaine dernière, dans le cadre de ma chronique: il était clair qu’une division s’annonçait entre les élus de Jonquière et de Chicoutimi concernant le nouvel amphithéâtre. Il restait aux élus de La Baie de se brancher. Le résultat, tel qu’annoncé par la mairesse Josée Néron, a été de 8-7 pour aller de l’avant avec le projet, car il n’y a pas eu de vote officiel devant public. Je n’étais pas dans la salle, mais on me dit que -comme par hasard-, six élus de Jonquière ont voté contre et six de Chicoutimi ont été pour. Toutefois, ce n’est pas ce qui m’a le plus déçu.

Dans un premier temps, je voudrais préciser à ceux et celles qui m’ont envoyé des courriels que je ne cultive d’aucune façon l’esprit de clocher. Je constate simplement les résultats. 

Oui, ma déception est grande, notamment en ce qui concerne l’argumentation de certains élus pour refuser le projet: Michel Thiffault parle d’un luxe et d’un caprice; Julie Dufour dit qu’elle ne jouera pas à la mère Noël et Jean-Marc Crevier nous annonce que le Centre Georges-Vézina (CGV) est encore bon pour 25 à 30 ans!

Qui a confirmé une telle longévité du CGV? C’est du nouveau pour moi! Mais n’oublions pas qu’il y a quelques semaines à peine, on a fermé le centre Vézina en catastrophe parce qu’on craignait que le toit tombe sur la tête des gens. 

L’ancien conseil de ville a presque été blâmé au passage d’avoir mis la vie des gens en péril en le gardant ouvert. Quelques semaines plus tard, voilà qu’on nous parle d’une durée de vie en terme de décennies! Difficile de suivre dans ce dossier.

J’ai aussi hâte de voir la suite, mais disons que pour le premier gros dossier de la mairesse Josée Néron, son leadership est mis à rude épreuve. J’ai l’impression que, comme le disait Marc Saint-Hilaire dans son éditorial du Quotidien samedi, elle devra afficher plus fermement son leadership, sinon les quatre prochaines années pourraient être difficiles pour diriger cette ville.

Couillard insistant

Le premier ministre Philippe Couillard, lui, s’est montré encore une fois très insistant en réitérant à Saguenay son invitation à profiter de son offre. Je le dis depuis le début, c’est une opportunité qui n’est pas près de se représenter. Je demande aux élus d’arrêter d’investir dans un édifice de plus de 70 ans. 

D’ailleurs, combien d’entre eux sont allés visiter le centre Vézina avant de prendre une telle décision? À mon avis, c’est de l’argent gaspillé de vouloir investir à nouveau dans ce vieil amphithéâtre. La porte est ouverte et le premier ministre a été très clair: il est prêt à passer à l’action.

D’autre part, le premier ministre a aussi confirmé que le stade de soccer intérieur n’a rien à voir avec le projet d’un nouvel amphithéâtre. Je pense que les élus de Jonquière peuvent aspirer à avoir un stade de soccer intérieur. Il doit être construit, car c’est un réel besoin pour la population.

Patrick Roy

Le départ de Philippe Boucher comme DG et entraîneur-chef des Remparts de Québec n’est pas nécessairement une surprise pour moi. Premier élément: une rapide élimination au premier tour des séries contre Charlottetown. Ç’a été une très grande déception dans la ville de Québec. Il y a également une baisse d’assistance, depuis deux ans, combinée à des résultats qui ne plaisent pas à la direction de Québecor.

D’ailleurs, après l’élimination, le président Jacques Tanguay avait déclaré que la baisse d’assistance découlait tout simplement des faibles résultats sur la glace. C’est certainement un blâme direct aux gens de hockey. D’ailleurs, lors du point de presse de Philippe Boucher, Jacques Tanguay a déclaré: «On n’a rien fait pour convaincre Philippe de rester. C’est sa décision et on la respecte.»

Immédiatement après un point de presse des Remparts, Mikaël Lalancette de TVA Sports a déclaré que Patrick Roy pourrait être le candidat #1 à la succession de Philippe Boucher. Sur ce sujet, Jacques Tanguay a dit qu’il n’avait pas parlé à Patrick Roy depuis le début janvier. «Il est en Floride et il joue au golf», dit-il. J’ai des doutes... Jacques Tanguay et Patrick Roy sont de très grands amis dans la vie. Même que dimanche dernier (15 avril), le gouverneur des Remparts, Julien Gagnon, et Roy sont allés assister au 5e match de la série entre Drummondville et Victoriaville. Patrick Roy et Julien Gagnon sont aussi de grands amis et souvent, durant la période hivernale, Gagnon passe du temps en Floride pour aller jouer au golf avec son ami Patrick. Donc, il n’y a certainement pas de fumée sans feu.

Toujours concernant Patrick Roy, il a rencontré la direction des Remparts de Québec et c’est à lui de prendre la décision. Ce serait toute une nouvelle pour les Remparts de Québec et surtout pour le circuit Courteau. Parce que partout où est passé Patrick Roy antérieurement, il remplissait les arénas. Que voulez-vous, Patrick Roy, c’est plus gros que la Ligue de hockey junior majeur du Québec!

Parlant de la LHJMQ, une rumeur veut que le Bureau des gouverneurs prendra une décision importante au cours des prochaines semaines concernant la confection d’un nouveau calendrier des séries de fin de saison. Le but: rapprocher les équipes, surtout durant le premier tour. Car les fameux longs voyages coûtent énormément cher aux formations. C’est donc un dossier à suivre.

Quant aux Marquis de Jonquière, la saison est maintenant terminée. On s’en reparle dans une prochaine chronique. 

Phil Desgagné

Guerre de clocher en vue entre Jonquière et Chicoutimi

CHRONIQUE / C’est cette semaine que le conseil de ville de Saguenay va se réunir pour statuer sur le sort du Centre Georges-Vézina. On me dit que ce sera le seul sujet à l’ordre du jour.

Pour avoir parlé avec plusieurs personnes près du dossier, il est clair qu’il se dessine une guerre de clocher entre l’arrondissement Jonquière et celui de Chicoutimi. Pour le secteur de Jonquière, on est contre le projet tandis qu’à Chicoutimi, on est favorable à un projet au centre-ville qui inclurait la rénovation du stationnement de l’autogare.

Si je compte bien, on se retrouvera avec six conseillers de Jonquière défavorables au projet et six à Chicoutimi qui seront pour. Que feront les élus du secteur de La Baie ? Car en y regardant de plus près, ce sont eux qui auront le sort du projet entre leurs mains. C’est exactement ce que m’a dit un conseiller de La Baie pas plus tard que la semaine passée.

Toujours au conseil, le projet de stade de soccer intérieur, lui, semble plutôt faire l’unanimité autour de la table. Ça prend toutefois l’argent du provincial et du fédéral pour le réaliser. Ma seule interrogation concernant le Centre Georges-Vézina, c’est l’offre du premier ministre Philippe Couillard qui est toujours en place. Je ne suis pas certain qu’une telle offre va se représenter dans les prochaines années. C’est un pensez-y-bien pour le conseil de ville de Saguenay. J’ai hâte de voir comment la mairesse Néron va négocier avec les gens autour de la table. Elle s’est toujours montrée favorable au projet d’un nouvel amphithéâtre. De bonnes discussions en vue, mais mon petit doigt me dit que ce n’est pas demain la veille que l’on verra la première pelletée de terre.

Les Marquis peinent

Les Marquis étaient à deux minutes d’égaler la série demi-finale 2-2, samedi soir, à Rivière-du-Loup. Mais une erreur en défensive a permis aux 3L d’obtenir une échappée et de créer l’égalité 2-2. Malheureusement, les Marquis ont subi la défaite en prolongation. Pour avoir regardé le match en direct, il faut avouer que les Marquis ont joué trop prudemment en défensive, surtout en fin de troisième période. Et maintenant, ils tirent de l’arrière 3-1 dans cette série. Ce sera extrêmement difficile pour les hommes de Benoit Gratton de revenir de l’arrière contre Rivière-du-Loup pour gagner trois matchs consécutifs. Car depuis le début de cette série, il faut avouer que toutes les rencontres entre les deux formations ont été très serrées. Mais comme le disent souvent les instructeurs : « Une période à la fois ! »

On a également pu remarquer, lors des dernières rencontres, qu’il y a de plus en plus de spectateurs dans les amphithéâtres des équipes de la Ligue nord-américaine de hockey. Rivière-du-Loup a attiré près de 3000 spectateurs samedi et Jonquière en avait un peu plus de 2000, vendredi. Ça démontre qu’il y a quand même une clientèle intéressée par ce calibre de jeu.

Une 2e chance pour Thetford

Dans l’autre série, l’équipe de Thetford, qui avait été éliminée au premier tour par Rivière-du-Loup, a pu se qualifier pour les demi-finales lors d’une série entre les perdants, en vainquant Saint-Georges de Beauce. L’Assurancia de Thetford a une deuxième chance et elle ne veut pas la rater. Thetford mène 3-1 contre les champions de la saison régulière, les Éperviers de Sorel-Tracy. On pourrait se retrouver avec une finale Rivière-du-Loup contre Thetford, ce qui serait la reprise du premier tour.

Comme quoi tout peut arriver dans la Ligue nord-américaine de hockey ! 

Mais attendons encore un peu. Souvent les bonnes équipes trouvent le moyen de gagner et de revenir de l’arrière. C’est à espérer pour Jonquière, mais aussi pour Sorel.

Salon du golf

J’ai eu l’occasion d’aller faire une petite visite au Salon du golf qui en était à sa première édition. Les organisateurs André Tremblay et Jonathan Moreau se sont montrés très satisfaits de la réponse du public. Dès l’ouverture, près de 300 personnes avaient l’occasion de se procurer un panier gratuit pour frapper des balles. Trente minutes plus tard, il n’y avait plus de paniers de balles disponibles, ce qui démontre l’intérêt pour ce genre d’événement.

Parlant de cette exposition, presque tous les clubs de golf de la région étaient représentés, soit pour rencontrer leurs membres ou leurs futurs membres. 

Pour avoir parlé à plusieurs, j’ai eu l’occasion de discuter avec Keven Fortin-Simard, le DG et pro du Club de golf Lac-Saint-Jean. Il a hâte de reprendre le boulot au club de Saint-Gédéon. J’en ai profité pour lui demander s’il était intéressé à participer à quelques tournois provinciaux et il m’a répondu que cela dépendrait de son emploi du temps. 

« Si j’ai du temps disponible, je le ferai. J’ai le goût de reprendre la compétition. Toutefois, ma priorité demeurera toujours le Club de golf Lac-Saint-Jean », m’a-t-il répondu.

Phil Desgagné

Pas gênants, les Saguenéens

CHRONIQUE / La saison des Saguenéens est maintenant terminée. Dimanche, lors de la dernière rencontre face au Titan d’Acadie-Bathurst, devant la meilleure foule de la saison au Centre Georges-Vézina avec plus de 4000 spectateurs, les Sags ont offert une bonne performance.

Le meilleur club a gagné et ce n’est pas nécessairement une surprise, mais il a dû travailler beaucoup plus fort que prévu. Il faut dire que le Titan a affronté un gardien à son meilleur. Zachary Bouthillier a été celui qui a permis aux Saguenéens de se rendre à six parties. Il a été magique devant son filet et il a continué sur l’élan qu’il avait en fin de saison.

Encore une fois, les hommes de Yanick Jean ont démontré beaucoup de caractère et à chaque présence au Centre Georges-Vézina, ils ont été dans le coup jusqu’à la fin de la rencontre. 

On va maintenant attendre le bilan de la saison du directeur général et instructeur, Yanick Jean, qui va d’ailleurs avoir lieu ce matin (mardi). Je ferai le mien un peu plus tard.

Si je regarde la série des Saguenéens, qui a été plus longue que prévu, d’autres séries se sont également prolongées. Ainsi, deux séries vont se rendre à la limite de sept parties. On dit souvent que le premier tour éliminatoire est une formalité, mais ce n’est pas le cas cette saison. Il y a eu quelques surprises. On n’a qu’à penser à Rimouski, qui est rendu à la limite contre Moncton. Charlottetown, également, mène 3-2 contre les Remparts au moment où j’écris cet article (N.D.L.R. lundi après-midi), en plus de la série Titan-Sags poussée à six matchs.

Mais revenons un peu sur la série entre les Saguenéens et Bathurst. Noah Dobson, le numéro 53 de 17 ans du Titan, est tout un défenseur. Je suis convaincu que le Canadien l’a regardé de près. Il est listé parmi les 10 premiers en vue du prochain repêchage et Montréal devrait avoir la chance de le sélectionner.

Grosse semaine

Après le premier tour des séries éliminatoires, on se prépare maintenant pour la deuxième ronde dans le circuit Courteau. Mais avant ça, c’est l’intronisation de nouveaux membres au Temple de la renommée de la LHJMQ, mercredi. Pour moi, c’est toujours un souvenir exceptionnel, car le 5 avril 2006, il y a 12 ans déjà, j’avais eu l’honneur d’y être intronisé comme arbitre.

Cette année-là, je l’avais été en même temps que le directeur général Maurice Fillion, le gardien de but Robert Sauvé et le défenseur Robert Picard. C’est une soirée et un honneur qui seront marqués dans ma mémoire pour le reste de mes jours.

Cette année, un ancien membre des Saguenéens sera intronisé. Marc Denis fera son entrée en tant que gardien de but. Il a marqué l’histoire des Sags par ses performances. Maintenant, il est le vice-président hockey au sein de l’organisation. Marc doit profiter de cette soirée avec toute sa famille, car c’est une soirée qui va marquer sa carrière de hockeyeur.

Toujours cette semaine, on connaîtra également la ville hôtesse du tournoi de la Coupe Memorial en 2019. Deux villes sont toujours en lice et ce sont deux gros marchés des Maritimes dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. On parle de Moncton et Halifax, qui comptent sur deux propriétaires très influents. Il s’agit de Robert Irving à Moncton et de l’ancien joueur de centre du Canadien Bobby Smith avec Halifax.

Halifax aura une équipe à maturité et Moncton aura comme alibi un amphithéâtre tout à fait neuf de 9000 places. Selon Mikaël Lalancette de TVA Sports, Halifax est vraiment en avance. On verra bien.

Pour moi, la journée où on fait cette annonce est un mauvais souvenir. Je me souviens très bien de la grande déception que j’avais vécue alors qu’on bataillait avec Québec pour l’obtention de ce fameux tournoi de la Coupe Memorial. C’était l’année de la fermeture du Colisée de Québec. On s’en est remis, mais cette décision conserve toujours un goût amer, que j’ai difficilement prise.

C’est également le 5 avril, en direct à TVA Sports, que l’on déterminera l’ordre des cinq premiers choix au repêchage. Les Saguenéens sont parmi les cinq équipes en lice. Il y aura 21 boules dans le boulier et une équipe ne peut reculer de plus de deux rangs. Par exemple, les Sea Dogs de Saint-Jean, qui ont terminé derniers, ne peuvent se retrouver plus bas que le troisième rang si le boulier ne les avantage pas.

Les Saguenéens, eux, auront deux boules sur 21 dans le boulier, ce qui représente 10 pour cent des chances d’obtenir le premier choix au total. Croisons-nous les doigts, car ça serait intéressant de voir les Sags repêcher les premiers. 

On n’a qu’à se rappeler l’an dernier, alors que Rimouski, qui n’avait qu’une seule boule, avait obtenu le premier choix. À ce moment, il y avait seulement trois équipes dans le boulier. Cette année, il y en a cinq.

Le toit du CGV

Je tiens à vous raconter une petite anecdote avant de terminer, concernant mon passage au Centre Georges-Vézina la semaine dernière. J’étais assis sur la galerie de presse comme à l’habitude, mais cette fois à la place réservée de Michel Thiffault, chroniqueur sportif et échevin à la Ville de Saguenay.

Quand Michel est arrivé, j’ai voulu lui céder sa place, mais il a refusé et il s’est assis deux places plus loin. Devinez quoi ? Je ne sais pas si Michel le savait, mais le fameux toit du Centre Georges-Vézina m’a coulé sur la tête régulièrement pendant la rencontre. Dimanche, c’était notre ami Dave Ainsley qui vivait ce moment. Ce toit nous hante encore.

J’ai hâte de voir les réponses sur le dossier du centre Vézina, mais plus le temps passe, moins je suis confiant quant à la construction d’un amphithéâtre neuf.

Chroniques

Le curling gagne à être connu

CHRONIQUE / La popularité du curling est en croissance au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les gens qui me connaissent savent très bien que je suis un fan de golf. Je joue régulièrement une centaine de parties par saison. Mais je vous avoue que j’ai découvert une autre passion, le curling.

J’avais déjà joué au curling pendant plusieurs années, mais depuis quelque temps, je suis régulièrement le Réseau des sports (RDS) qui nous présente des tournois importants, que ce soit les championnats canadiens ou les championnats internationaux.

Guy Hemmings, qui analyse le curling à RDS, me fait découvrir un peu plus ce sport. Cet ancien champion canadien nous fait apprécier le sport, mais surtout, il nous parle des stratégies qui existent pendant un match.

Cette année, je me suis investi au curling. J’ai joué de façon très régulière, à la fréquence de quatre fois par semaine, ce qui a fait en sorte que j’ai trouvé l’hiver un peu moins long que d’habitude. En plus, avec la popularité du curling dans la région, on a vu d’excellents résultats sur le plan national.

On n’a qu’à penser à la performance d’Émilia Gagné, une skip d’Alma qui, avec son équipe junior, a représenté le Québec au Tournoi des Coeurs Scotties. C’était une première pour la province que d’être représentée par une équipe junior au championnat canadien. Les filles ont joué contre les meilleures joueuses au pays, parfois même contre les meilleures au monde, et elles ont impressionné bien des observateurs. J’ai l’impression qu’on va les revoir très bientôt dans ce championnat.

En curling mixte, c’est Robert Desjardins et sa conjointe Véronique Bouchard qui vont représenter le Québec au championnat canadien. L’an passé, Isabelle Néron, une autre du Club de curling de Chicoutimi, avait également participé à ce tournoi.

La semaine dernière, Annkatrin Perron et ses partenaires ont remporté le Championnat provincial de curling U18. Elles vont donc également participer à un championnat canadien.

En double mixte, deux équipes de la région vont représenter le Québec. Je parle de Robert Desjardins, encore lui, et sa fille Émilie, ainsi que Jesse Mullen et Roxanne Perron. 

Comme vous pouvez le voir, le Saguenay-Lac-Saint-Jean est presque la Mecque du curling au Québec au niveau des performances. De plus, dans les dernières années, on a vu que les clubs ont rafraîchi leurs installations. Au Club Port-Alfred de La Baie, on a mis près de 1,4 M$ pour refaire les glaces. Cette année, le Club de curling de Chicoutimi va consacrer 1,2 M$ pour refaire les glaces également.

J’ai parlé à Gilles Deschênes, du Club de curling de Kénogami, et il me disait que dès l’an prochain, il pourra probablement investir 800 000 $ dans le but d’agrandir le club et le mettre aux normes actuelles.

Par ailleurs, le membership va plutôt bien. À La Baie, on parle de 150 membres, à Chicoutimi près de 300, à Kénogami près de 400 membres et à Alma près de 350 membres. Je ne connais pas les résultats du côté de Roberval et de Dolbeau, mais on dit que le membership est aussi en progression à ces deux clubs.

Une autre popularité qu’on doit regarder, ce sont les fameux tournois seniors qui existent un peu partout dans la région. J’ai même été refusé dans certains tournois !

À Kénogami, on parlait de 250 joueurs inscrits et à Chicoutimi, il y en avait 225. À La Baie, avec seulement trois glaces, 170 joueurs ont participé à la compétition. Comme vous pouvez le voir, il y a énormément de gens.

Maintenant, pourquoi cette popularité, si on fait abstraction à la présentation des tournois à la télévision ? D’abord, les coûts sont quand même intéressants. On parle de moins de 500 $ pour jouer une saison. Si on compare avec le golf, c’est toute une différence.

On peut également jouer en couple, et ça prend très peu d’équipement, soit une bonne paire de souliers et une brosse. On peut également jumeler des joueurs avec différentes aptitudes. On peut parler d’un débutant jusqu’à un expert. La majorité des retraités ont également le loisir de choisir à quel moment ils veulent jouer, que ce soit en avant-midi ou en après-midi. 

La température n’est pas non plus un facteur et le temps approximatif pour jouer un match de curling est de 2 h à 2 h 30.

Le dernier facteur à prendre en considération, et non le moindre, est le côté social. Les deux équipes s’assoient à la même table après une partie de curling, on boit un café, une liqueur ou une bonne bière dans la majorité des cas, et on se raconte des bonnes histoires. Les gens aiment bien ces rencontres entre les joueurs qui évoluent sur la même glace.

Je rencontre également des gens avec qui j’ai joué au baseball ou que j’ai arbitrés au hockey. Ce sont toujours de belles retrouvailles. Il y a donc énormément de social de ce côté.

Je me suis beaucoup amusé durant le dernier hiver qui a été très long, mais j’ai aussi gardé la forme. Ceux qui pensent que le curling est un sport de « p’tits vieux », je vous suggère d’aller lancer quelques pierres et vous m’en reparlerez après !

Le curling vit également d’autres phénomènes comme on voit au golf, notamment le recrutement chez les 25-54 ans. C’est une problématique dans la majorité des clubs, mais à Chicoutimi, on remarque une recrudescence dans ce type de clientèle et ça donne de très bons résultats.

Chroniques

Bathurst, le pire ennemi des Sags

CHRONIQUE / La saison régulière des Saguenéens est maintenant chose du passé et elle s’est terminée sur une mauvaise note avec trois défaites consécutives. Que peut-on retenir de cette saison 2017-18 ? C’est une saison de transition par suite de la demi-finale de l’an passé. Je suis convaincu que sans le dire ouvertement en début de saison, Yanick Jean et son état-major avaient eu pour mandat de rebâtir l’équipe pour les prochaines années et surtout, de regarnir leur banque de choix qui avait été légèrement amochée pour pouvoir se rendre jusqu’en demi-finale.

Il y avait deux éléments importants qui étaient du bon matériel à transactions, German Rubtsov et Olivier Galipeau. La grande surprise n’est pas qu’ils aient été échangés, mais davantage qu’ils aient été échangés au même club, le Titan d’Acadie-Bathurst. D’ailleurs, ces mêmes joueurs, on va les avoir dans la face dès le premier tour des séries éliminatoires qui va débuter dès cette fin de semaine. On ne connaît pas encore tous les aléas de ces transactions, mais on dit que c’est minimum un choix de premier tour en plus d’un excellent jeune joueur pour l’an prochain. De plus, d’autres éléments devraient être annoncés lors des Assises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en juin prochain, à Shawinigan. Les retours de cette transaction pourraient même s’étaler sur deux ans, selon ce que j’ai entendu entre les branches.

Concernant les séries, j’avais placé les Saguenéens au 12e rang. Je suis convaincu que si les Sags avaient gardé les mêmes éléments durant toute la saison, ils auraient sûrement terminé à ce rang et atteint leur objectif.

Mais malgré le départ de ces joueurs importants chez les Sags, ces derniers ont toujours offert un très bon spectacle au Centre Georges-Vézina ou au Palais des sports de Jonquière. Si j’avais à décerner les trois étoiles de la saison, je débuterais par la troisième étoile, le Russe Vladimir Kotkov. Âgé seulement de 17 ans, ce dernier a connu une saison tout à fait exceptionnelle avec 21 buts, 28 passes et 49 points au total. Une belle surprise. En plus, il a encore deux autres saisons à jouer avec les Sags. Il devrait d’ailleurs être repêché dans les trois premiers tours de la Ligue nationale de hockey (LNH) en juin prochain. Ma deuxième étoile, qui va surprendre bien des gens, va au gardien Zachary Bouthillier. Vous me direz de bien regarder ses statistiques, mais après un début de saison tout à fait exécrable, il est revenu très fort en deuxième moitié de saison qui a été pour lui exceptionnelle. Malgré que le club ait perdu son meilleur défenseur en Olivier Galipeau, il a réussi, dans plusieurs rencontres, à presque gagner seul. Et surtout, il a progressé énormément aux yeux des dépisteurs de la LNH. D’ailleurs, il sera lui aussi au repêchage de la LNH en juin prochain et il sera le gardien partant des Sags au début de la série. Quant à la première étoile, tout le monde la connaît. Sans surprise, il s’agit de Keven Klima, 39 buts, 47 passes et 86 points et +11 au chapitre des plus et des moins. Il a terminé au 4e rang des meilleurs marqueurs de la LHJMQ. Je suis convaincu qu’en début de saison, on ne s’attendait pas à autant de la part du joueur de 20 ans. Certains clubs vont se mordre les doigts de ne pas avoir pris au sérieux Yanick Jean lors de la période des transactions. Il était prêt à le céder pour un choix de repêchage. Passons à autre chose maintenant. Les séries débutent vendredi à Bathurst et, pour moi, c’est à peu près le pire club que les Saguenéens pouvaient affronter en séries éliminatoires. C’est comme ça dans le hockey. On prévoit donc une série très courte de quatre à cinq parties maximum. 

Parlant de prédictions, je prévois que Boisbriand, Rimouski, Victoriaville, Drummondville, Sherbrooke, Halifax et Québec passeront au deuxième tour.

Les Marquis

J’avais prédit une série en sept entre les Marquis et le Cool FM de Saint-Georges de Beauce. C’est maintenant 3-2 pour les Marquis dans la série. Mais honnêtement, la série devrait déjà être terminée. Les Marquis ont vraiment dominé la 4e rencontre sur la route. Seulement en première période, les Jonquiérois ont eu trois échappées contre le gardien Adam Russo qui a tout arrêté. Il y a aussi eu quelques appels bizarres des officiels qui n’ont pas aidé les Marquis. Actuellement, je crois que c’est la profondeur des Marquis qui fait la différence dans cette série. Espérons que la semaine de repos va permettre à certains joueurs de revenir au jeu pour terminer la série en fin de semaine.

Patin de vitesse

Un coup de chapeau tout à fait spécial à Marianne Saint-Gelais (Saint-Félicien) et Valérie Maltais (La Baie) qui ont terminé, en fin de semaine, leur carrière sur courte piste. On peut leur dire merci parce que le Saguenay-Lac-Saint-Jean a vécu de belles choses sur courte piste, au cours des dernières années, avec ces deux filles qui nous ont très très bien représentés.

Chroniques

Ces gardiens qui font la différence

CHRONIQUE / La semaine dernière, je faisais mes prédictions sur la fameuse série opposant le Cool FM de Saint-Georges aux Marquis de Jonquière. Je prévoyais une longue série pas facile pour les hommes de Benoit Gratton. D’ailleurs, j’ai prédit une série en sept. Après les deux premières parties où les Marquis ont été dominants, la série est quand même 1-1.

Et ce qu’on disait dès le départ, c’était que le gardien Adam Russo était l’homme qu’ils devaient absolument battre pour l’emporter. La preuve en a été faite lors de la deuxième rencontre avec 24 lancers pour finalement l’emporter 2-1. Dans la première partie, les Marquis ont subi un revers de 4-1 malgré 37 lancers. C’est exactement ce que doivent faire les Marquis pour l’emporter, c’est-à-dire lancer régulièrement et de façon intensive contre le gardien de Saint-Georges de Beauce. Ça rappelle un peu le début de la série de l’an passé contre Laval.

Par contre, déception au niveau de l’assistance, vendredi dernier, au premier match de la série, avec seulement 1500 spectateurs. Les dirigeants de l’organisation s’attendaient à beaucoup mieux.

D’autre part, l’un des retours au jeu qui s’est fait sentir est celui d’Alexandre Quesnel. Ce dernier s’est montré très intense à l’attaque. Avec Cédrick Desjardins, ce sont certainement les deux joueurs les plus importants de cette série pour les Marquis. Maintenant, j’ai hâte de voir la prochaine fin de semaine avec trois matchs en trois jours. C’est énormément exigeant pour des joueurs qui ne sont pas habitués à jouer des trois en trois.

Saguenéens

Le séjour des Saguenéens au Palais des sports de Jonquière est loin d’être une catastrophe. Je dirais même que ç’a été un succès. Si on regarde au niveau de l’assistance, les Saguenéens ont maintenu leur même moyenne qu’au Centre Vézina, c’est-à-dire autour de 2500 spectateurs. Et les partisans avec qui j’ai eu l’occasion de discuter, la majorité sont contents et ont surtout apprécié l’atmosphère du Palais des sports. 

Le fait que les partisans sont plus près de la patinoire a énormément plus aux fans des Saguenéens. La majorité des partisans me disaient également qu’ils sentaient plus l’action des matchs. Ils ont également apprécié les rencontres, surtout au niveau de la robustesse, les petites dimensions de la patinoire étant très différentes de la grande patinoire du Centre Vézina.

Les partisans ont aussi apprécié le service de navettes mises à leur disposition lors des parties pour le transport au Palais des sports. La majorité espère, advenant un nouvel amphithéâtre pour les Sags, qu’on puisse revenir à une patinoire plus standard, c’est-à-dire de 200x85, et que les estrades soient plus près de l’action sur la glace. Ils ont apprécié ce qu’ils ont vu au Palais des sports.

Maintenant, regardons l’aspect hockey. La fiche des Saguenéens est de quatre victoires et deux revers, dont deux gains contre deux des meilleures formations de la LHJMQ en plus, Drummondville et Halifax. Je suis convaincu que si Yanick Jean devait choisir entre le Palais des sports et le Centre Vézina pour faire les séries, il opterait peut-être pour le Palais des sports de Jonquière, car son équipe a bien joué sur cette patinoire à dimensions réduites. Pour ma part, j’ai surtout aimé le jeu en défensive. Les défenseurs étaient beaucoup plus à l’aise sur la patinoire du Palais des sports.

D’autre part, au moment d’écrire ces lignes, le retour des Saguenéens est toujours prévu au Centre Georges-Vézina pour les matchs du prochain week-end contre la formation de Rouyn-Noranda. C’est important pour les Sags de retrouver leurs repères pour bien débuter les séries à compter de la semaine prochaine.

Parlant des séries, on se dirige vers un duel entre l’Océanic de Rimouski et les Saguenéens. Suite aux dernières performances de ses gardiens de but, j’ai bien l’impression que Yanick Jean va confier le filet à Zachary Bouthillier puisque depuis la deuxième moitié de saison, ce dernier a été tout simplement exceptionnel. Plusieurs fois, il a volé à lui seul les rencontres. 

En séries, les performances des gardiens de but sont importantes et je suis convaincu que Yanick va en tenir compte. Si le décalage est important entre les équipes de tête et le bas du classement, j’ai hâte de voir les Saguenéens en séries.

Avant que ne débutent les fameuses séries, les équipes favorites sont bien entendu Bathurst, Victoriaville et Blainville-Boisbriand. Quant aux équipes qui pourraient surprendre, on pense à Drummondville et surtout Sherbrooke avec de très bons gardiens de but, et l’ajout, à Sherbrooke, de certains défenseurs.

Pour les Sags, si c’est vraiment Rimouski, ça prendra une performance tout à fait exceptionnelle de nos gardiens de but pour prolonger la série.

Chroniques

Vite une décision

CHRONIQUE / On en connaît maintenant un peu plus sur la situation du Centre Georges-Vézina. La mairesse Josée Néron et ses fonctionnaires ont pris la bonne décision en instaurant des mesures temporaires pour permettre aux utilisateurs de retrouver leur centre d’entraînement. On en sait également un peu plus sur la durée de vie de la bâtisse, évaluée de quatre à cinq ans.

Maintenant, ce qui est urgent, c’est que la population et les utilisateurs sachent à quoi s’attendre pour les prochaines années. C’est clair que Mme Néron veut aller dans la direction d’un nouvel amphithéâtre, mais là où j’ai un petit problème, c’est son désir de consulter ses conseillers. Oui, elle est au début d’un mandat de quatre ans et elle ne veut surtout pas faire ce qu’elle reprochait à l’ancien conseil, c’est-à-dire pas de concertation. À tort ou à raison ? Ce n’est pas à moi d’en juger. Mais ce dossier sera l’un des plus importants, sinon le plus important de son premier mandat. Ce n’est pas sur cette décision que la population va juger les échevins de quartier. Mais pour la première dame de Saguenay, c’est là-dessus que les gens jugeront son travail et les autres décisions importantes.

Je ne pense pas qu’au lendemain de la fermeture du Centre Georges-Vézina, le premier ministre Philippe Couillard a téléphoné à tous ses députés pour connaître leur opinion avant d’annoncer qu’il était prêt à aider la Ville à 50 % pour une nouvelle bâtisse, car il est le premier ministre.

Dans le dossier du centre Vézina, Mme Néron peut bien sûr consulter, mais il lui revient de prendre la décision. Même chose dans le dossier du soccerdôme. Que le centre-ville d’Arvida inaugure sa nouvelle bibliothèque avec Carl Dufour comme tête d’affiche, c’est correct, car c’est dans son quartier. Mais quand on parle d’investissements importants et majeurs qui vont affecter toute la population et nos taxes, je crois que c’est la mairesse qui doit prendre la décision finale. 

Emplacement

Quant à l’emplacement du nouveau bâtiment, j’ai déjà proposé qu’il demeure au même endroit. Car je suis convaincu qu’il va y avoir des déchirements entre les conseillers et je vais les laisser se chicaner entre eux. 

Ce que je trouve particulier dans ce débat, c’est le silence quasi total des deux principaux utilisateurs du CGV. Je parle ici des Saguenéens de la LHJMQ et du club de patinage de vitesse des Comètes de Chicoutimi. On entend très peu de commentaires de la part de ces organisations. J’aimerais connaître leur opinion sur les avantages d’un nouvel amphithéâtre à deux glaces.

Très clair, le commissaire Gilles Courteau aimerait avoir un aréna neuf. Le premier ministre Philippe Couillard, lui, veut un aréna digne des années 2020. Quant à Mme Néron, elle penche aussi pour cette option. Alors vite une décision, car la date limite pour le Conseil des ministres actuel est le 31 mars. Pas sûr que l’on aura une offre aussi intéressante après les prochaines élections provinciales. Quand la porte est ouverte, il faut y entrer !

Les Marquis

Parlons de la saison des Marquis de Jonquière qui est maintenant chose du passé. Ils passent en mode séries dès vendredi prochain. Ils auront un gros test dès le départ contre Saint-Georges de Beauce. Les Marquis ont l’avantage de la patinoire et si on regarde la saison régulière, les Jonquiérois sont beaucoup plus productifs à domicile que sur la route. Donc, avec l’avantage de la glace, on doit favoriser les Marquis qui sont les champions défendants. Cependant, ce ne sera pas une tâche facile.

La bonne nouvelle du côté des Marquis, c’est que l’on a une équipe en santé actuellement, ce qui n’a pas été le cas durant la saison régulière. Les hommes clés dans cette série seront les deux gardiens, autant chez les Marquis qu’à Saint-Georges.

Enfin, j’espère que le public sera au rendez-vous au Palais des sports, car durant la saison, on parle d’un impact de 300 à 400 spectateurs de moins par match. Les propriétaires espèrent bien entendu des assistances de 2000 et plus. Je me lance avec mes prédictions : les Marquis en sept à l’issue d’une longue et dure série.

Chroniques

Merci pour toutes ces émotions

CHRONIQUE / Ouf ! C’était le temps que se terminent les fameux Jeux olympiques ! Se coucher à minuit tous les soirs et se lever dès 5 h le matin pour voir compétitionner nos athlètes, ça devient dur pour le corps, mais ça en valait vraiment la peine ! Car c’est seulement aux deux ans (Jeux d’hiver et d’été) que ces athlètes amateurs voient leurs performances montrées à toute la planète.

Oui, il y a des championnats du monde, mais la couverture médiatique n’a rien de comparable avec celle des Jeux olympiques. 

Pour les athlètes, les Jeux, c’est vraiment la consécration. Surtout quand ils réussissent à accrocher une médaille à leur cou. Qui, à travers le Canada et partout dans le monde, ou même au Québec, connaissait Kim Boutin ? Elle revient de PyeongChang avec trois médailles individuelles au cou. Qui l’eut cru ?

Pour certains, comme Marianne Saint-Gelais, Charles Hamelin, Alex Harvey et plusieurs autres, c’est la fin d’une carrière. Pour d’autres, c’est aussi le début d’une grande carrière grâce à certaines performances.

On n’a qu’à penser à Samuel Girard qui a démontré, avec deux médailles, qu’il sera, au cours des prochaines années, l’un des grands athlètes sur courte piste.

Pour d’autres encore, c’était également l’occasion de réaliser leur rêve en participant aux Jeux olympiques. Même si on parle souvent de dopage, il n’en demeure pas moins que c’est le summum et le rêve de tous les athlètes de participer à ce rendez-vous. Oui, il y a des médailles, mais là, c’est une consécration dans leur carrière.

Car une médaille, c’est souvent un moment unique pour certains. Mais souvent, pour d’autres, ce sont des années de travail qui leur ont permis de participer à cet événement qui est considéré comme le summum pour tous les athlètes. 

D’ailleurs, j’étais heureux de voir que nos fameux hockeyeurs riches à millions étaient absents, car encore une fois, ils auraient probablement volé la vedette à nos athlètes amateurs. D’autant que ces derniers n’ont pas souvent l’occasion d’avoir leur moment de gloire.

Merci à ces athlètes de m’avoir fait vivre ces deux dernières semaines remplies d’émotions. 

Des salutations spéciales aux athlètes de notre région, Marianne Saint-Gelais, Valérie Maltais, Kasandra Bradette, Frédérick Blackburn, comme entraîneur, et Baptiste Brochu, même si ce dernier n’a pas pu participer en raison d’une blessure. 

Un salut particulier au patineur courte piste Samuel Girard, l’orgueil de Ferland-et-Boilleau, qui réalise un rêve avec deux médailles, dont une d’or. 

Bravo à tous et merci de nous avoir fait vivre de bons moments. Le Canada a bien terminé avec 29 médailles au total.

Centre Georges-Vézina

Revenons maintenant à nos moutons. Ce qui retient l’attention encore une fois, c’est le Centre Georges-Vézina. Je ne sais pas s’il y en a qui sont en manque d’histoires, mais là c’est rendu qu’on ne parle plus de rénovations, mais bien d’un nouvel aréna. On est passé à l’étape suivante, à savoir où on devrait construire ce nouvel amphithéâtre. Certains parlent de Jonquière, d’autres de la route 170, du centre-ville de Chicoutimi ou encore de le reconstruire au même endroit.

Je vous le dis, il faut éliminer dès le départ deux sites : Jonquière pour une unique raison, soit que le secteur est déjà bien nanti avec trois amphithéâtres qui ont été rénovés au cours des dernières années. Quant au centre-ville de Chicoutimi, il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, le groupe Cegerco a voulu bâtir un édifice à étages et, si je me rappelle bien, c’était impensable, car il aurait fallu décontaminer le terrain et le remplir de pieux pour le solidifier. Demandez à la Ville, elle a déjà un rapport à ce sujet. Il en coûterait des millions de dollars, semble-t-il, pour solidifier ce fameux terrain.

Et les soirs où il y aurait 4000 personnes, où va-t-on stationner tout ce beau monde, même si c’est l’idéal pour revitaliser le centre-ville ? Toutefois, le temps joue contre la Ville actuellement, car il faut agir rapidement pour le Centre Georges-Vézina. Moi, ce que je préconise, c’est qu’il reste au même endroit où jouent les Saguenéens.

L’autre sujet qui retient l’attention, c’est la vente des Saguenéens à l’entreprise privée. Je manque d’espace, mais je vous en reparlerai dans une prochaine chronique. Tout ce que je peux vous dire, c’est que Saguenay a, entre les mains, la solution idéale pour garder notre équipe dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Curling Chicoutimi

Un petit mot en terminant concernant le Club de curling de Chicoutimi qui a reçu une excellente nouvelle au cours des derniers jours. Il a obtenu une subvention du gouvernement du Québec d’au-delà de 500 000 $ pour rénover les quatre glaces actuelles. Il s’agit d’un projet d’environ un million de dollars. Le contrat a été accordé dans les dernières semaines et tout devrait se réaliser durant la saison estivale afin que les quatre nouvelles glaces soient prêtes pour septembre prochain. 

Chroniques

Comme dans le bon vieux temps

CHRONIQUE / J’ai passé un superbe après-midi rempli de souvenirs, dimanche, au Palais des sports de Jonquière, où le hockey junior était en action. Je suis revenu 55 ans en arrière pour me remémorer mes deux années avec les Marquis de Jonquière, dans un Palais des sports presque rempli. Le Palais des sports d’aujourd’hui est beaucoup plus spacieux et mieux organisé qu’en 1963, mais j’y ai retrouvé le même atmosphère.

J’ai eu du plaisir à y rencontrer des anciens comme Réjean Laberge, responsable des banquets à l’hôtel Delta. À l’époque, Réjean était préposé aux bâtons. Je n’ai pas vu Charley Kearney, mais je suis convaincu qu’il était sur place. Je le vois régulièrement aux Marquis ainsi qu’aux Élites.

Phil Desgagné

Laissons les coudées franches aux élus

CHRONIQUE / La semaine dernière, je vous avais promis de ne pas revenir sur le sujet du centre Georges-Vézina (CGV), mais les événements des dernières heures m’obligent à en reparler. Je ne me réjouis pas nécessairement de ce qui est arrivé avec les installations du centre Vézina, mais je ne suis nullement surpris de cette annonce.

Depuis plusieurs années, la toiture du vénérable bâtiment revient régulièrement dans les conversations. On n’a qu’à se rappeler le temps où on a décidé d’installer un nouveau tableau indicateur. Ç’a été tout un casse-tête avant de recevoir l’aval des ingénieurs et des instances de la Ville. Il y a quelques années, on a procédé à l’achat d’un nouveau « set de lumières » pour améliorer celui en place actuellement. On a dû se résigner à le laisser dans ses boîtes parce que la toiture n’était pas idéale pour installer ces nouvelles lumières. Il y a quelques semaines, pour installer la nouvelle bannière du chandail d’Éric Fichaud, ç’a pris au-delà de quatre semaines avant d’obtenir le feu vert officiel de la Ville.

Depuis deux ans, on est obligé, durant la saison hivernale, de déneiger la toiture du CGV dès qu’il tombe quelques centimètres de neige. Ça coûte des milliers de dollars chaque saison pour nettoyer ce fameux toit. Mais il faut maintenant faire face à la réalité. On n’était pas prêt à une fermeture temporaire, voire permanente. Mais il faut le dire, Saguenay et le gouvernement du Québec ont rapidement pris les choses en mains. En l’espace de moins de 24 heures, il y a eu un consensus entre la mairesse Josée Néron et le premier ministre Philippe Couillard. Il a été convenu qu’on ne discutait plus de rénovations, mais bien d’un aréna neuf. On est passé en mode solution.

Le premier ministre a été très rapide. Saguenay mérite, a-t-il dit (et écrit), un centre sportif du 21e siècle ! On va donc de l’avant avec un aréna neuf. M. Couillard a ajouté en outre qu’il fallait sécuriser les installations actuelles du centre Vézina afin que les utilisateurs actuels, soit le patinage de vitesse courte piste et les Saguenéens de Chicoutimi, puissent retrouver leur domicile le plus rapidement possible en attendant bien entendu le nouvel amphithéâtre, lequel ne sera pas nécessairement pour demain.

Bravo donc aux politiciens qui ont agi rapidement et qui sont passés en mode solution. J’espère maintenant que sur les médias sociaux, les gens vont arrêter de critiquer et de mettre en doute les décisions de nos politiciens. On les a élus pour prendre des décisions, alors maintenant, laissons-les aller ! Quand ils ne prennent pas de décisions, on les critique, et quand ils en prennent, on met en doute les décisions prises. Pour ma part, je suis très fier de la décision annoncée. Enfin, Saguenay aura des installations adéquates soit pour le hockey, le patinage de vitesse ou encore pour les groupes de musique qui vont un peu partout au Québec. Les fans de musique attendent cette annonce depuis longtemps.

Il reste maintenant à voir combien de temps ça prendra pour sécuriser le centre Vézina pour les Saguenéens afin qu’ils puissent retrouver leur domicile le plus rapidement possible. Oui, le Palais des sports de Jonquière peut dépanner pour quelques semaines, mais pour une longue période, j’ai des doutes. Le Palais des sports, c’est le domicile des Marquis de Jonquière et les installations sont faites pour eux. On ne peut pas tout transformer pour accommoder l’organisation des Sags.

Reste maintenant à espérer que les bottines vont suivre les babines !

Hockey mineur

Le dossier du hockey mineur de Saguenay fait encore parler de lui. À Jonquière et à La Baie, les gens sont prêts à accepter la nouvelle structure et à passer à la prochaine étape. Mais à Chicoutimi, encore la semaine dernière, les dirigeants du Hockey mineur de Chicoutimi se sont présentés à une réunion d’information avec la nouvelle organisation et le directeur du Service des loisirs en compagnie de leur aviseur légal. Oui, un avocat !

On me dit que les dirigeants de la Commission du sport de Saguenay n’ont pas beaucoup apprécié et qu’ils ont même été très mal à l’aise d’avoir la présence de cet avocat sur place. Mais la bonne nouvelle est venue de Michel Thiffault, le responsable des sports chez les élus, qui a confirmé que la ville passait maintenant à la deuxième étape et qu’on irait de l’avant dans ce dossier de fusion.

Club de golf Chicoutimi

Dans un autre ordre d’idée, le conseil d’administration du Club de golf de Chicoutimi aura beaucoup de pain sur la planche, au cours des prochaines semaines. En effet, il faut renouveler la convention collective des employés syndiqués qui est échue depuis quelques mois déjà. De plus, le chef cuisinier Michel Daigle a remis sa démission il y a quelques semaines. On pense maintenant à opter pour un restaurant de concession. Par ailleurs, j’ai appris il y a quelques jours que la directrice générale, Sonia Potvin, a remis sa démission. Démission qui sera effective au début mars.

Avec tous ces changements et les années difficiles que vit le club, je me demande s’il y aura encore un DG à temps pour la prochaine saison. Bonne question !

Arbitres de hockey

Marc Simard et Olivier Cimon, deux juges de lignes qui évoluent régulièrement dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et que l’on voit régulièrement au centre Georges-Vézina, ont vécu une belle expérience, samedi dernier, à Drummondville, dans le cadre de la Classique hivernale de la ligue. Ils étaient sur place pour officier le match en plein air opposant les Voltigeurs aux Tigres de Victoriaville. Je suis convaincu qu’ils en garderont un excellent souvenir.