Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Phil Desgagné

On commence à trouver le temps long

CHRONIQUE / Comme tout le monde, je surveille tout ce qui se passe avec le fameux coronavirus. Confiné à l’intérieur de mon condo, on est évidemment très confortable. Où je demeure, on retrouve 48 condos, et la semaine dernière, plusieurs « snowbirds » étaient de retour. Ç’a semé un peu d’inquiétude, mais à leur arrivée, ils ont reçu des consignes que tous respectent et ça se passe jusqu’à maintenant très bien. La seule consigne qui était un peu compliquée, c’était de savoir s’ils avaient le droit ou non d’aller marcher à l’extérieur, mais les gens de la santé ont rapidement clarifié la situation.

Je remarque que les consignes à l’intérieur de la bâtisse sont beaucoup plus sévères qu’avant le retour des « snowbirds » et on peut aisément comprendre. Je ne vois presque personne, sauf peut-être pour aller prendre l’air durant une bonne marche, comme bien des gens le font actuellement. Chaque jour, mon épouse et moi marchons entre quatre et cinq kilomètres dans le quartier et on constate que Saguenay est presque devenue une ville fantôme ! On rencontre très peu de gens et lorsqu’on en rencontre, on respecte le fameux deux mètres de distanciation sociale demandé par l’organisation de la santé.

CHRONIQUES

Un printemps surréaliste

CHRONIQUE / Ce que nous vivons actuellement est un peu surréaliste, mais la façon dont le premier ministre du Québec, François Legault, gère la situation est rassurante. On prend les grands moyens pour assurer la santé des Québécois et je pense que c’est tout à fait normal dans les circonstances, et ce, même si ça a un énorme impact sur les milieux culturels et sportifs, entre autres.

J’ai une pensée tout à fait particulière pour toutes les personnes bénévoles qui, depuis plusieurs mois, préparent des événements majeurs.

Chroniques

Espoir et déception des séries

CHRONIQUE / Les séries des Élites de Jonquière dans le midget AAA sont maintenant chose du passé, et ce, beaucoup plus rapidement que s’y attendaient les observateurs.

Avant le début de la saison, les Élites avaient apporté des changements majeurs à leur organisation. Ils ont remplacé Daniel Nepton comme directeur gérant, à sa demande, et il est resté au sein de l’organisation pour s’occuper du Challenge midget AAA, qui a lieu en décembre sur les deux glaces de La Baie et au Foyer des loisirs d’Arvida. Ils ont également remplacé l’entraîneur-chef Steve Thériault.

Phil Desgagné

Justin St-Pierre: un exploit dignement souligné

CHRONIQUE / Au cours des derniers jours, on a parlé plus de Justin St-Pierre que pendant toute sa carrière d’arbitre dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Jeudi dernier, on a souligné de façon particulière son passage dans la LNH, alors qu’il a officié son 1000e match dans la ligue, et ce, en 16 saisons. C’est un exploit tout à fait remarquable ! En plus, cette saison, Justin a été sélectionné pour être l’arbitre du Match des Étoiles de la LNH. Deux faits d’armes qui ont certainement marqué sa carrière.

Ce n’est pas un hasard qu’il était au Centre Bell, jeudi soir, pour ce 1000e match. Il a choisi lui-même l’endroit pour ce moment fort. On peut le comprendre : il est un Québécois et en plus, ça permettait à de nombreux proches de se déplacer pour être avec lui et souligner ce grand moment de sa carrière.

CHRONIQUES

Maintien du nombre de matchs: un recul pour la LHJMQ

CHRONIQUE / À la suite de la réunion des propriétaires d’équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), suis-je surpris des décisions prises — ou non prises — par ces derniers ? Je dirai que je ne suis pas nécessairement étonné. Au cours des prochains mois, vous allez voir une forme de scission qui va se produire entre les propriétaires, ceux des Maritimes d’un côté et ceux du Québec de l’autre. Est-ce une division dangereuse ? Je dirais que non, mais deux philosophies s’opposent.

L’arrivée des propriétaires à la table des gouverneurs n’est pas la meilleure des décisions prises par la LHJMQ, car les propriétaires pensent avant tout à l’aspect monétaire et au bien-être de leur organisation avant de penser au bien-être de la ligue. Revenons à la dernière réunion. J’étais convaincu que l’on réduirait le calendrier d’un minimum de quatre parties. Ça n’a pas été fait. Les propriétaires ont plutôt décidé de devancer le calendrier de deux semaines...

Phil Desgagné

Batailles dans la LHJMQ: l’enfer est pavé de bonnes intentions

CHRONIQUE / La semaine dernière, ma chronique portait sur la réduction ou non du nombre de matchs dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Cette semaine, j’aimerais aborder un autre sujet chaud qui touche encore une fois le circuit Courteau et sur lequel les propriétaires devront aussi se prononcer très bientôt. Doit-on bannir les batailles dans la LHJMQ ? La question va certainement susciter de très fortes réflexions chez les propriétaires des équipes de la ligue.

D’entrée de jeu, je vous dis que je suis contre l’abolition des batailles dans la LHJMQ. À mon avis, c’est un débat qui a lieu pour plaire à certains médias et journalistes qui ne suivent pas régulièrement les activités du circuit Courteau. Et en plus, ce sont ces mêmes personnes qui critiquent régulièrement le circuit junior majeur du Québec, soit sur les batailles, soit sur le calendrier trop long. Les transactions sont trop importantes et trop nombreuses pendant la période des Fêtes, les gros et les petits marchés, etc.

Phil Desgagné

Sags: ce n’est pas le temps de paniquer

CHRONIQUE / Le hockey est un sport qui bouge énormément et les résultats escomptés ne sont pas nécessairement au rendez-vous. Les Saguenéens en ont été un bel exemple, au cours des dernières semaines. Après le 6 janvier, tous les changements apportés par Yanick Jean ont donné aux partisans de beaux espoirs pour la fin de la saison. D’ailleurs, après un voyage parfait dans les Maritimes, une bataille s’annonçait entre les Saguenéens et le Phoenix de Sherbrooke pour le premier rang au classement général.

Il y a quelques semaines, je vantais les mérites de Yanick Jean pour avoir apporté beaucoup de profondeur à son équipe, surtout quand il a décidé d’y aller le tout pour le tout. Mais j’avais aussi ajouté que des blessures pouvaient changer le parcours d’une équipe. Et c’est exactement ce qui arrive actuellement à la formation de Yanick Jean.

Phil Desgagné

LHJMQ: vers une réduction du nombre de matchs?

CHRONIQUE / Les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) auront une décision importante à prendre au cours des prochaines semaines : réduire ou non le calendrier de 68 parties.

Il y a quelques années, le calendrier était de 72 matchs, mais avec l’arrivée des clubs des Maritimes, le coût du transport et les études des joueurs, le calendrier régulier a été réduit à 68 parties. Ce sujet de discussion revient régulièrement au Bureau des gouverneurs sans qu’aucune décision ne soit vraiment prise.

Phil Desgagné

Amphithéâtre : le temps des décisions

CHRONIQUE / Difficile de ne pas parler du projet d’amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi. Tout le monde connaît mon opinion sur le sujet ; j’en ai déjà discuté et je suis pour un nouvel amphithéâtre. Je n’ai pas assisté à la présentation qu’a faite Étienne Jacques, la semaine dernière, car j’étais retenu ailleurs. Mais en soirée, les Saguenéens évoluaient au centre Georges-Vézina et, avant le match, j’ai eu l’occasion de discuter avec M. Jacques. Ce dernier était heureux de sa rencontre avec les élus municipaux en avant-midi et il m’a souligné qu’il avait eu de très bons échanges avec les gens sur place.

Ce que je retiens du rapport de M. Jacques, c’est son constat : la Ville doit poser un geste. Soit rénover le centre Georges-Vézina (CGV), soit ériger un nouvel amphithéâtre. On n’a pas trop le choix. Le CGV a besoin d’importantes rénovations. Je voudrais dire, d’entrée de jeu, que ce n’est pas un caprice de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) de vouloir changer les bandes actuelles. C’est pour répondre à une exigence des assureurs des équipes de la ligue.

Sports

Guy Carbonneau: une belle fête et de belles rencontres

CHRONIQUE / Vendredi dernier, les Saguenéens ont rendu un hommage tout à fait particulier à Guy Carbonneau, qui est devenu le premier joueur de l’histoire des Saguenéens à être admis au Temple de la renommée de la Ligue nationale de hockey (LNH). Je l’ai déjà écrit : c’est pleinement mérité dans le cas de Guy Carbonneau. Je ne vous parlerai pas de la cérémonie, car le collègue Dave Ainsley vous en a déjà fait part dans l’édition de samedi du journal Le Progrès. Il y avait 4300 personnes sur place pour y assister.

Je vais plutôt vous raconter ce que j’ai vécu durant l’avant-match et également après la première période au salon VIP des Saguenéens. À mon arrivée au centre Georges-Vézina, je me suis présenté à ma place habituelle à la galerie de presse. En me voyant, Dave Ainsley m’a dit : « Phil, t’es pas allé au salon VIP ? » Moi, de lui répondre : « Non. Y a-t-il quelque chose de spécial ? » Et Dave de rétorquer : « Sûrement beaucoup d’invités que tu connais ! »

Chroniques

L’importance de la profondeur

CHRONIQUE / Le séjour des Saguenéens dans les Maritimes a démontré qu’ils avaient une équipe remplie de talent en attaque avec trois victoires en trois parties. La mauvaise nouvelle, c’est la perte de Samuel Houde. Le #88 était, depuis le début de la saison, le joueur le plus rapide et l’un des plus performants des Saguenéens. De plus, sur notre grande glace, il était l’un des plus dominants. C’est une grosse perte pour les Saguenéens. Mais les blessures font partie du hockey. On ne choisit pas le moment durant la saison régulière.

Précisons qu’au moment d’écrire cette chronique, je ne connais pas la durée de l’absence du #88.

Phil Desgagné

Le Mondial junior, la fête du hockey

CHRONIQUE / Chaque année, à la période des Fêtes, ce qui retient l’attention des amateurs de hockey, c’est le Championnat du monde de hockey junior. Hockey Canada investit beaucoup d’énergie et d’argent pour que le pays soit bien représenté à ce championnat. Car la formation canadienne est toujours considérée parmi les favorites du tournoi. Je dirais même qu’elle est condamnée à gagner la fameuse médaille d’or. D’ailleurs, depuis quelques années, il y a plusieurs prétendants pour mettre la main sur les grands honneurs. Je dirai que si le Canada est condamné à gagner la médaille d’or, depuis quelques années, la Russie et les États-Unis sont dans la même situation.

Au Canada, on choisit presque qu’un an à l’avance les entraîneurs qui vont diriger la formation de l’Unifolié. En plus, il faut faire la demande à Hockey Canada pour faire partie de la liste des candidats qui seront considérés susceptibles de diriger la formation. À ce que je sache, l’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, par exemple, n’a jamais fait cette demande et il n’a donc jamais été choisi.

Phil Desgagné

Des attentes inégales pour 2020

CHRONIQUE / L’année 2020 débutera dans quelques heures. Est-ce que les attentes pour nos équipes du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont là ? Je parle ici des Saguenéens de Chicoutimi, des Marquis de Jonquière et des Voyageurs de Saguenay.

Voyageurs

Je commence par les Voyageurs de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ). La dernière saison a été extrêmement difficile. L’équipe était en reconstruction avec Martin Pouliot dans le rôle de grand manitou pour cette période de transition.

Sports

La fin d’une année mouvementée

CHRONIQUE / Une autre année se termine et, au cours de ces douze derniers mois, plusieurs individus ou événements m’ont marqué. Je ne pourrai pas vous parler de tous les événements, mais je vais quand même tenter de vous entretenir sur ceux qui vous ont marqué un peu plus.

En premier lieu, la retraite inattendue de Samuel Girard et de Kasandra Bradette, annoncée le 24 mai dernier. Dans le cas de Kasandra, ce n’est pas nécessairement une surprise, mais pour Samuel Girard, qui a raflé l’or au 1000 m et le bronze au relais aux Jeux olympiques de Pyeongchang, c’est une très grande surprise. Il était le leader de l’équipe canadienne en patinage de vitesse sur courte piste, en plus de constituer un espoir en prévision des prochains Jeux olympiques.

Phil Desgagné

Saguenéens: pourquoi jouer le tout pour le tout ?

CHRONIQUE / Vendredi dernier, lors du match des Saguenéens contre le Drakkar, j’ai rencontré beaucoup de partisans qui se posaient la question suivante : « Est-ce que Yanick Jean et ses acolytes ont pris la bonne décision d’y aller all in ? »

Avant de dire le tout pour le tout, il faut regarder ce qu’il restera aux Saguenéens après la saison 2019-2020. Ils auront encore l’an prochain un très bon club de hockey. Ils ne se sont surtout pas vidés, comme l’a fait Bathurst pour gagner la Coupe Memorial en 2018. L’an prochain, ils pourront toujours compter sur un noyau de joueurs de grande qualité pour débuter la saison. Je parle bien sûr de possibilités, parce que tout peut arriver, mais on peut avancer les noms de Samuel Houde, Alexis Shank, Dawson Mercer, Hendrix Lapierre, Christophe Farmer, Justin Ducharme, Louis Crevier et probablement Artemi Kniazev.

Sports

Jouer avec une légende du curling

CHRONIQUE / Il y a deux ans, Roger Blackburn écrivait une chronique sur le légendaire curleur Camil Villeneuve. À ce moment-là, il parlait du record Guinness établi par M. Villeneuve, soit le nombre de clubs visités à travers le monde et, bien entendu, le nombre de joueurs avec qui il a évolué.

Ce qui retenait l’attention à ce moment, c’était également l’âge de Camil Villeneuve, alors qu’il avait 90 ans. Lundi dernier, il célébrait son 92e anniversaire. Il joue encore régulièrement trois parties de curling par semaine et en plus, il joue de façon régulière au bridge. On me dit d’ailleurs que c’est un excellent joueur !

Phil Desgagné

Saguenéens: aller loin, mais à quel prix ?

CHRONIQUE / Il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion de discuter avec le directeur administratif des Saguenéens de Chicoutimi, Serge Proulx. Il semble très bien installé à son poste, après quelques saisons à Chicoutimi. D’ailleurs, il a gagné le titre d’administrateur de l’année dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) il y a deux ans.

On a discuté de la saison des Sags et du futur de l’équipe. Oui, Serge ne décide pas de ce qui se passe sur la glace et dans le domaine du hockey, mais soyez sans inquiétude, il est très au courant de ce qui va se passer dans les prochains mois et du futur des Sags. Mais quand on lui parle de hockey, il est toujours très discret.

Chroniques

La consécration pour Carbonneau

CHRONIQUE / Guy Carbonneau a été intronisé, la semaine dernière, au Temple de la renommée du hockey. C’est un honneur tout à fait exceptionnel pour Guy, car on l’a reconnu comme un joueur ayant marqué son époque, soit par son jeu ou son leadership. Tu peux gagner une coupe Stanley, car c’est un travail d’équipe, mais dans le cas d’un honneur individuel, c’est très différent. Le Temple de la renommée, c’est la consécration de son talent individuel.

Lors de son discours — très bien structuré —, Guy n’a oublié personne, à partir de son coin natal, Sept-Îles, et toutes les personnes qui ont jalonné son parcours jusqu’à sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH). J’ai bien aimé lorsqu’il a parlé de son passage à Chicoutimi. Il a souligné la contribution de tous ceux et celles qui ont eu une influence sur sa progression jusque dans la LNH. Car il ne faut pas oublier que Guy Carbonneau est le premier joueur ayant évolué chez les Saguenéens à être intronisé au Temple de la renommée du hockey. Qui sera le prochain joueur des Sags à l’être ? Je ne crois pas que ce sera pour demain. Car connaître une carrière de 20 ans comme l’a fait Guy Carbonneau et être reconnu pour son talent, à mon avis, il n’y a actuellement pas beaucoup de joueurs des Saguenéens qui peuvent passer par ces étapes et être intronisés au Temple de la renommée du hockey.

Chroniques

Le hockey en perpétuel changement

CHRONIQUE / Il y a quelques jours, Ken Dryden présentait la biographie qu’il a écrite sur l’ancien instructeur de la Ligue nationale de hockey, Scotty Bowman. Dans ce livre, on parle des joueurs des années 70 et on fait des comparaisons avec les joueurs d’aujourd’hui également.

Difficile de faire des comparaisons, car il faut admettre que le hockey a énormément changé, depuis plus de 50 ans. Les joueurs ont changé leur façon de s’entraîner et les entraîneurs sont devenus plus que des coachs ; ils sont maintenant des enseignants. Les dirigeants voient aussi leurs joueurs de façon différente et, chez les professionnels, c’est devenu plus qu’une équipe de hockey, c’est une grosse « business ».

Chroniques

Curling: un succès qui pourrait faire des petits

CHRONIQUE / La semaine dernière, je suis allé régulièrement au Championnat canadien de curling mixte qui s’est déroulé au Foyer des loisirs d’Arvida. Comme tous ceux et celles qui ont assisté aux matchs, on a tous été impressionné par la qualité de la compétition et le nombre de bénévoles impliqués dans ce tournoi. On parle de plus d’une centaine de bénévoles rattachés directement au tournoi.

J’ai aussi été agréablement surpris par le nombre de spectateurs présents chaque jour. Oui, la performance de l’équipe du Québec a aidé énormément à attirer de bonnes foules, mais il y avait aussi la facilité, pour les spectateurs, à parler aux différents joueurs des équipes impliquées. Ils étaient toujours disponibles pour parler de curling avec les gens sur place.

Chroniques

Une belle occasion de faire rayonner le curling

CURLING / Depuis quelques années, la popularité du curling est en croissance. On le voit surtout chez les nouveaux retraités, mais maintenant, on voit également de plus en plus de jeunes pratiquer ce sport. Un autre aspect intéressant est l’arrivée de la gent féminine. Il y a de plus en plus de femmes qui pratiquent le curling et un bel exemple est de voir le Club de curling de Chicoutimi créer une ligue entièrement féminine, et ce, depuis cette année. Cette initiative connaît énormément de succès.

Cette semaine, le monde du curling vivra une semaine tout à fait exceptionnelle avec la présentation du Championnat canadien de curling mixte, chez nous, au Foyer des loisirs d’Arvida. La dernière fois que le Saguenay a obtenu un tel championnat national, c’était en 1988. Plus de 30 ans se sont donc écoulés depuis que Pat Ryan a gagné le Championnat canadien masculin.

Sports

Arvida, l’as du tennis

CHRONIQUE / Encore une fois, le Challenger de tennis Banque Nationale a connu un très grand succès, tant au niveau des assistances que de la compétition. Surtout, on a pu voir que le Canada a une très belle relève féminine.

J’ai vu que la jeune Leylah Annie Fernandez a un très beau futur. J’ai assisté à son match contre l’Américaine et finaliste du tournoi Robin Anderson, une fille d’expérience à 26 ans qui parcourt le monde depuis plusieurs années. Il s’en est fallu de peu pour que notre Québécoise passe en demi-finale. C’est vraiment l’expérience qui a fait la différence dans un duel qui a duré 2 h 30. Fernandez a maintenant un nouvel entraîneur, un Américain qui a déjà travaillé avec les soeurs Williams et déjà, on voit que Fernandez est sur les traces de Bianca Andreescu. J’ai aussi parlé avec la jeune Mélodie Collard, dont le père Denis est originaire de la région.

Phil Desgagné

Les Sags retrouvent leurs repères

CHRONIQUE / Après dix parties, on peut très bien voir que les Saguenéens de Chicoutimi retrouvent tranquillement leurs repères. Rafaël Harvey-Pinard assume son rôle de leader et de capitaine ; Kotkov ne semble pas trop affecté par son retour avec les Saguenéens, même s’il est déçu de ne pas être resté chez les professionnels. Il connaît tout un début de saison !

Le gardien Alexis Shank est égal à lui-même, il est toujours très très bon. Il est le gardien numéro 1 et il est l’un des meilleurs de tout le circuit. Samuel Houde, lui, veut démontrer aux dirigeants du Canadien de Montréal qu’ils doivent lui offrir un contrat chez les professionnels et il connaît un début de saison tout à fait exceptionnel.

Sports

Challenger de tennis: l’appui de Saguenay se fait attendre

CHRONIQUE / Au cours des derniers jours, j’ai rencontré Jean Delisle au club de curling. Le président du comité organisateur du Challenger Banque Nationale de Saguenay (CBNS) avait la broue dans le toupet, comme le dit l’expression.

Jean a vécu une année très mouvementée. À deux occasions, il a été honoré pour son travail de bénévole. La première fois, Tennis Canada lui a rendu hommage, lors de la Coupe Rogers, pour souligner près de 40 ans de bénévolat pour la promotion et le développement du tennis. Plus récemment, l’Assemblée nationale a aussi reconnu son travail. Mais ceux et celles qui connaissent bien Jean Delisle ne seront pas surpris de savoir qu’il a partagé ces honneurs avec l’équipe de bénévoles qui l’entoure pour le Challenger.

Phil Desgagné

Du talent chez les Sags, mais...

CHRONIQUE / J’espère qu’on ne s’attendait pas à ce que les Saguenéens gagnent toutes leurs rencontres. Toutefois, on peut dire, après six matchs, que nos meilleurs joueurs n’ont sûrement pas été les meilleurs. On s’attendait à un peu plus des Harvey-Pinard, Lapierre, Ducharme, Dufour et quelques autres. Mais ne partons pas en peur ! On est seulement en début de saison.

Par contre, on est à même de constater que le talent est là, ce que tous les experts avaient prédit chez les Saguenéens. Cela dit, je ne sais pas pourquoi, mais chaque saison, dans tous les clubs de hockey junior, les joueurs qui participent à des camps professionnels – il y en avait huit chez les Sags – ont toujours de la difficulté à retrouver leur rythme quand ils reviennent dans le circuit junior.

Phil Desgagné

Les Sags subissent-ils trop de pression ?

CHRONIQUE / Comme on a pu le constater, la majorité des experts ont prédit, sans surprise, que les Saguenéens de Chicoutimi connaîtraient une saison tout à fait exceptionnelle. Partout, on les place comme des aspirants aux grands honneurs. Même à travers le Canada, on positionne les Saguenéens au deuxième rang de toute la Ligue canadienne de hockey. Ces attentes mettent-elles une pression additionnelle sur l’organisation des Saguenéens ?

J’entends régulièrement, au sein de l’organisation, qu’ils ont un plan et qu’ils vont s’ajuster. Oui, les hommes de hockey ont assurément un plan, mais la pression que les observateurs mettent sur les Sags aura sûrement une influence sur les décisions prises par l’organisation. Car un échec à la fin de la saison serait également un échec pour les hommes de hockey. Donc, Yanick Jean et son entourage doivent en tenir compte dans leurs prochaines décisions.

Phil Desgagné

Marquis: un début de saison attendu

CHRONIQUE / En fin de semaine, le DG et entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, Bob Desjardins, a déclaré qu’il était fébrile à l’arrivée du camp d’entraînement et on peut le comprendre. Bob a quand même eu un été extrêmement mouvementé !

Au départ, il a dû prendre la relève des anciens dirigeants des Marquis, Marc Boivin (DG) et Éric Claveau (propriétaire), qui se sont retirés de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Il a dû trouver une dizaine de gens d’affaires prêts à mettre de l’argent dans le simple but d’acquérir l’équipe de la LNAH. Son principal partenaire dans cette affaire, Éric Gravel, a pris sur ses épaules tout le côté administratif. Il représente également les Marquis au niveau du circuit.

Phil Desgagné

Les Sags équipés pour aller loin

CHRONIQUE / La saison régulière des Saguenéens débutera vendredi soir à Sherbrooke. La question que tout le monde se pose ? Où terminera au classement la formation chicoutimienne ? Il est donc temps de se mouiller.

Avant, je veux faire avec vous un petit exercice que la direction des Sags devrait faire également. Est-ce l’année où les dirigeants du club doivent se dire « all in » et tenter d’y aller jusqu’au bout ? Pour répondre à cette question, il y a deux éléments à regarder de très très près. La première est une décision administrative et l’autre du personnel hockey.

Sports

Les succès d’Andreescu, du bonbon pour Jean Delisle

CHRONIQUE / Je ne serai pas très original cette semaine, car je vais vous parler de Bianca Andreescu. En fin de semaine dernière, il n’y avait qu’un seul sujet en ville : Bianca Andreescu, championne, à 19 ans, des Internationaux de tennis des États-Unis. Il y a quelques mois à peine, Bianca était ici, à Saguenay, et participait au Challenger Banque Nationale. C’est presque irréel tout le chemin parcouru par cette fille !

Lors d’une entrevue accordée à Richard Courchesne de KYK 95,7, Martine Roy, qui a hébergé Bianca pendant trois ans lors de ses participations au Challenger Banque Nationale de Saguenay, soulignait que l’an passé, les gens d’ici ont eu l’occasion de la voir jouer pour la somme de 5 $ ou 10 $. Mais en fin de semaine, des milliers de spectateurs ont payé des centaines, voire, dans certains cas, des milliers de dollars pour la voir jouer contre la légende du tennis américain Serena Williams.

Sports

Un amphithéâtre rassembleur

CHRONIQUE / J’ai assisté à la présentation du projet d’aménagement de la zone ferroviaire au centre-ville de Chicoutimi, la semaine dernière. J’avais déjà affiché mes couleurs il y a quelques mois lorsque j’ai dit que j’étais en faveur d’un nouvel amphithéâtre et non pour une rénovation du centre Georges-Vézina.

J’avais dit, à ce moment-là, qu’on ne fait pas du neuf avec du vieux. Surtout que le centre Georges-Vézina n’est plus à l’ère de 2020 sur plusieurs points technologiques. Je reviens à la présentation de Michel Tremblay, président de l’arrondissement Chicoutimi. Il a été assez clair : si ce projet ne passe pas auprès de la population, oubliez l’amphithéâtre !