Sports

Les Sags inférieurs aux attentes

CHRONIQUE / Les Sags sont déjà rendus au tiers de la saison régulière. Avant le début de cette saison, je les avais placés en troisième position de leur section et au milieu du paquet pour le classement général. Est-ce que je suis surpris de leur début de saison ? Oui. Je m’attendais à de meilleurs résultats, surtout avec le retour de German Rubtsov. Je m’attendais à un meilleur début, surtout en prenant en considération que cette formation n’avait aucun absent pour les premiers matchs, aucun joueur chez les professionnels.

En début de saison, on prévoyait que l’attaque serait un atout important pour les Saguenéens alors que la performance des gardiens représentait un point d’interrogation. C’est tout à fait l’inverse qui s’est produit. Dans l’ensemble, les gardiens ont offert de bonnes performances, mais l’attaque a connu beaucoup de problèmes. Rubtsov n’a pas donné le rendement attendu, ce qui a incité Yanick Jean à passer rapidement à son plan A. Rubtsov a vite été échangé à l’équipe qui présentait la meilleure offre, le Titan d’Acadie-Bathurst. Vous dire que j’ai été surpris par la transaction, pas vraiment. C’est seulement le moment de cette transaction, le début de novembre, qui a été un peu étonnant pour tout le monde.

Quand je regarde ce qu’ont obtenu les Olympiques de Gatineau pour Vitalii Abramov, il y a quelques jours, je crois que Yannick Jean a reçu plus pour Rubtsov que l’a fait Alain Cyr pour Abramov.

Pour expliquer le début de saison des Sags, il faut penser également aux blessures. Elles ont été nombreuses et n’ont certainement pas aidé les Sags, mais toutes les équipes doivent vivre avec une série de blessures au cours du calendrier.

Il y a eu aussi certains problèmes chez les joueurs de 20 ans. Le défenseur Olivier Galipeau connaît tout un début de saison avec une moyenne de plus d’un point par match, mais ce fut plus difficile pour les jumeaux Klima au cours des premières semaines. Depuis quelques rencontres, Kevin Klima répond aux attentes de l’équipe, mais c’est plus difficile pour Kelly.

Les statistiques des Sags à domicile représentent la grande déception. L’équipe n’a qu’une fiche de trois victoires, six revers et une défaite en prolongation à la maison. Sur la route, les Saguenéens jouent pratiquement pour ,500 avec cinq victoires, six défaites et un revers en prolongation.

Yanick Jean m’a dit il y a quelques semaines que le problème avec 15 nouveaux joueurs est la grande surface. C’est plus difficile de s’y habituer.

Par ailleurs, je suis convaincu que Yanick Jean est déjà sur le dossier Olivier Galipeau. Il faut penser qu’il recevra une très bonne offre pour son défenseur de 20 ans.

Est-ce que les Saguenéens feront les séries ? Ce sera excessivement difficile, car la perte de Galipeau va créer un trou béant en défensive. Son leadership sur la glace va aussi manquer à l’équipe. Mais les Saguenéens doivent passer par cette étape pour rebâtir leur formation le plus rapidement possible.

Dans l’ensemble du circuit Courteau, la meilleure performance depuis le début de la saison appartient aux Remparts de Québec. Ils sont premiers au classement général. Pour moi, c’est une grande surprise. Au niveau des déceptions, je m’attendais à de meilleurs résultats du Drakkar de Baie-Comeau, même si cette équipe est très jeune.

Les Tigres de Victoriaville sont une déception également, mais l’arrivée d’Abramov va sûrement leur donner un nouveau souffle. Cette équipe aspire aux grands honneurs.

Il faut aussi souligner la performance de Samuel Harvey, un gardien natif d’Alma qui évolue avec les Huskies de Rouyn-Noranda, lors du Défi Canada-Russie. Il a été tout simplement flamboyant. Sa performance va sûrement lui mériter une invitation au camp de sélection d’Équipe Canada junior. Harvey a impressionné Dominic Ducharme et Joël Bouchard, qui sont les grands décideurs de l’équipe des moins de 20 ans.

Un autre Samuel, Girard celui-là, a continué d’impressionner la planète hockey en confirmant son poste régulier avec l’Avalanche du Colorado jusqu’à la fin de la saison. C’est une mauvaise nouvelle pour les Cataractes de Shawinigan, qui espéraient rebâtir leur formation avec une transaction impliquant Samuel Girard. Ils devront penser à un autre plan. Pour les Cataractes c’est un autre coup dur. On se rappelle qu’Anthony Beauvillier a fait la LNH à 19 ans, l’an passé. C’est ça le hockey junior.

LNAH

Avec un week-end parfait, les Marquis de Jonquière se sont rapprochés du premier rang, mais ce qui retient présentement l’attention dans la Ligue nord-américaine de hockey est l’annonce de la retraite de deux hommes forts parce qu’ils estiment ne plus avoir leur place. Ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour le circuit. L’arrivée de Richard Martel n’a pas changé beaucoup de choses au niveau des assistances. Il faut du temps pour changer une culture. Est-ce que les propriétaires seront assez patients ? C’est la grande question. Depuis quelques semaines, les propriétaires, notamment à Thetford Mines et Saint-Georges, ont passé le message à leurs partisans.

Chroniques

Le golf en quête de solutions

CHRONIQUE / Lundi dernier, le président du Club de golf de Chicoutimi avait convié ses membres et ses actionnaires à une soirée d’information et de discussion sur la dernière saison et le futur du club de golf. Plus d’une centaine de membres se sont déplacés pour assister à la réunion. On a fait rapidement le tour de la saison 2017, mais il a surtout été question de l’avenir.

Il ne faut pas se le cacher, partout au Québec, les clubs de golf vivent des années extrêmement difficiles. Et Chicoutimi ne fait pas bande à part. Il se ferme beaucoup de clubs de golf et la rentabilité est toujours un sujet de préoccupation au quotidien. Les dirigeants du club de Chicoutimi l’ont dit d’une façon très claire. Il faut trouver des façons d’augmenter le membership et aussi de nouvelles sources de revenus pour le club. Il est terminé le temps où on pouvait augmenter les revenus en augmentant le prix de la cotisation. Les membres sont essoufflés de voir leur cotisation augmenter d’année en année.

On a fait également le tour des raisons qui peuvent expliquer la diminution du nombre de membres année après année. Il n’y a pas si longtemps, le club de Chicoutimi pouvait compter sur plus de 400 membres. Ils étaient moins de 400 en 2017. On a vérifié auprès des gens qui ont quitté le club au cours des dernières années. Pour la majorité, c’est une question de santé ou d’âge. C’est tout à fait normal dans les circonstances. L’âge moyen des membres du club est de tout près de 65 ans. Le club a de la difficulté à recruter dans le groupe d’âge des 25 à 40 ans. On a seulement une cinquantaine de membres dans cette catégorie. Un comité a été formé pour effectuer du recrutement au sein de cette clientèle. Le club est prêt à donner des conditions tout à fait exceptionnelles pour les attirer immédiatement et bâtir une relève pour les prochaines années.

Les tournois de golf sont également en perte de vitesse après avoir longtemps été une source de revenus importante. Le nombre de parties jouées est à la baisse également. Il faut trouver de nouvelles formules pour attirer des gens au club. Il y a sûrement des façons, mais il faut les trouver.

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles au golf et nous en avons eu un bel exemple la semaine dernière quand l’AGP du Québec a rendu hommage à Sébastien Néron en lui accordant le titre d’enseignant de l’année au Québec. Il y a deux ans, Sébastien a fondé une académie de golf au club Saguenay. Il s’est attaqué au recrutement de nouveaux membres. Il a débuté par des cliniques de golf à l’intention de la gent féminine. Une fois par semaine, il invitait des dames à suivre des cours de golf. Après les cours, ces dames pouvaient jouer neuf trous pour mettre en pratique ce qu’elles venaient d’apprendre. En plus, il y avait un petit 5 à 7 après. Tout ça pour la somme de 15 $. L’initiative a connu un succès instantané. En 2017, 157 femmes ont participé régulièrement aux activités de Sébastien. Il a attiré une moyenne de 55 golfeuses chaque semaine. Il a tenté la même chose du côté des hommes et, encore là, le succès a été instantané. Soixante-quatre hommes ont participé à ses cours, pour une moyenne de 26 par semaine. Il a fait la même chose chez les juniors, avec le même succès.

Le succès de l’académie a eu des conséquences impressionnantes et immédiates sur le nombre de parties jouées au club Saguenay. Cette année, 3162 parties de plus que l’an passé ont été jouées au club de Jonquière.

Je ne dis pas que toutes ces parties supplémentaires sont le résultat direct de l’académie, mais Sébastien est convaincu que 50 pour cent de ces parties ont été jouées par les personnes qui ont participé à ses activités. Si on transforme ces parties en dollars, ça veut dire au moins 70 000 $ de plus dans les coffres du club. C’est tout à fait exceptionnel. C’est un bel exemple de ce que peuvent faire les clubs de golf pour amener de nouveaux membres et de nouveaux dollars dans leur coffre.

Dans les prochaines semaines, j’espère que les présidents des clubs de la région vont se rencontrer pour voir s’ils peuvent s’entraider dans les opérations régulières du club et ainsi diminuer les coûts d’opération. Bonne discussion et surtout bonne réflexion. Au lieu de se faire compétition, les clubs devraient travailler pour s’entraider.

Décès de Gerry Huot

J’apprenais en fin de semaine que le légendaire Gerry Huot nous a malheureusement quittés pour un autre monde. Je l’ai bien connu comme arbitre au baseball, au hockey et à la lutte. Il a été une légende de l’arbitrage et tout le monde le connaissait. C’était tout un personnage.

Chroniques

Une transaction bien accueillie

CHRONIQUE / Il était intéressant de se promener dans les couloirs du Centre Georges-Vézina, vendredi et samedi, pour écouter les commentaires des partisans des Sags sur la dernière transaction du directeur général Yanick Jean qui a envoyé German Rubtsov au Titan d’Acadie-Bathurst. Tous étaient unanimes à dire que Rubtsov ne livrait pas la marchandise depuis le début de la saison, qu’ils étaient déçus de son rendement et que Yanick Jean avait probablement posé le bon geste.

Maintenant, quel est le fameux retour pour les Saguenéens ? C’est la bonne question. Il faut se le dire, les choix au repêchage obtenus dans la transaction (1er, 2e et 3e en 2020) vont changer. S’ils demeurent, les joueurs obtenus joueront pour les Saguenéens en 2021, 2022 et 2023. On est loin de parler d’une reconstruction ou de résultats immédiats. Je partage l’avis des partisans sur ce dossier. Lors d’une entrevue à la radio, Yanick Jean a été très clair, la transaction n’est pas finale.

Ce que je retiens aussi de cette transaction, c’est qu’il n’y avait pas beaucoup de preneurs pour un joueur européen parmi les équipes qui espèrent aller jusqu’au bout. Bathurst est l’une de ces équipes. Les autres formations sont Victoriaville et Boisbriand. En faisant la transaction rapidement, je crois que Yanick Jean a coupé l’herbe sous le pied aux Olympiques de Gatineau. La valeur de Vitalii Abramov, l’autre Européen très recherché, vient de diminuer. Il reste maintenant deux joueurs dans le portrait, Victoriaville et Boisbriand.

Le joueur européen obtenu par Yanick Jean n’est pas ce qu’on appelle un pied de céleri. Vladimir Kuznetsov a connu beaucoup de succès l’an passé avec Bathurst. Le joueur de 6’2’’ et 200 livres a récolté 30 buts et 38 passes. Si Yanick Jean réussit à le rapatrier, il pourra le refiler à une autre formation et obtenir une très belle valeur en retour. Dans le cas contraire, il va reprendre son choix de deuxième tour.

Yanick parle également d’avoir un deuxième Européen dans son équipe. Tout le monde sait qu’Olivier Galipeau passera à une autre formation dans les prochaines semaines ou les prochains mois. À ce moment-là, il y aura un poste de 20 ans disponible. Alors, pourquoi ne pas rapatrier Dmitry Zhukenov, qui a connu beaucoup de succès avec les Saguenéens l’an passé ? Zhukenov a débuté la saison dans la KHL avec la formation de Omsk Avangard, où il a joué seulement dix parties. Il a obtenu un but. Il vient d’être rétrogradé dans un circuit mineur. On me dit qu’il serait intéressé à revenir avec les Saguenéens. C’est une bonne option pour Yanick Jean et l’organisation.

Ce que j’ai remarqué chez les partisans, c’est que les gens sont prêts à accepter que les dirigeants passent à l’étape de rebâtir cette formation. L’équipe nous a fait vivre l’an passé des moments intéressants que les gens veulent revivre. J’ai eu l’occasion de parler avec le responsable du marketing, Serge Proulx, qui se disait très satisfait des résultats obtenus au Centre Georges-Vézina depuis le début de la saison. On parle d’une augmentation des assistances de 9,3 pour cent. Il m’a aussi rappelé que plusieurs événements intéressants sont à venir. Il y aura le retrait du chandail d’Éric Fichaud, le 20 janvier prochain, la présence de 600 clients de la compagnie Nutrinor, le 3 février, et l’implication des Saguenéens et des joueurs dans plusieurs autres dossiers pour augmenter la popularité de l’équipe dans l’ensemble du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En bref

Après mon texte de la semaine dernière sur l’avenir du Centre Georges-Vézina, j’ai reçu des commentaires de plusieurs personnes, dont le commissaire Gilles Courteau, qui a écrit que les partisans et les Saguenéens méritent un nouvel amphithéâtre. Avec un nouveau conseil de ville, j’ai hâte de voir quelle tangente prendra ce dossier. Sera-t-il prioritaire pour les gens en place ou encore remisé sur les tablettes ? J’ai hâte de voir la suite des événements, mais je suis convaincu que le Centre Georges-Vézina fera partie des enjeux de la prochaine élection provinciale.

En terminant, mes félicitations tout à fait particulières au collègue Michel Thiffault avec qui j’ai travaillé pendant plusieurs années. Je suis très impressionné par sa victoire aux élections municipales de dimanche. Je suis convaincu que les gens du secteur Jonquière vont avoir un bon représentant et que Michel va travailler très fort pour les satisfaire. 

Chroniques

À quand le tour du centre Vézina?

CHRONIQUE / On est à quelques jours d’élire un nouveau maire à Saguenay. Si je ne me trompe pas, à part un commentaire sur les ondes de Radio X il y a quelques semaines, aucun des quatre candidats n’a affiché clairement le sort du Centre Georges-Vézina dans son programme. C’est notre principal amphithéâtre et il est à la fin de son règne.

Pourtant, il y a quelques semaines, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a déclaré que le prochain gros projet à Saguenay est la rénovation du Centre Georges-Vézina ou encore la construction d’un nouvel aréna. Depuis quelques années, Saguenay a mis ses arénas au goût du jour. Le dernier en liste est le Centre Jean-Claude Tremblay de La Baie. On a remodelé le Palais des sports, l’aréna de Kénogami, le Foyer des loisirs et l’aréna Marina Larouche. Il reste donc le Centre Georges-Vézina et le Pavillon de l’agriculture.

Le centre Vézina ne peut plus servir à un spectacle d’envergure, si ce n’est les matchs des Saguenéens. Aussitôt que quelques centimètres de neige tombent durant la période hivernale, il faut engager une firme pour enlever cette neige sur le toit de peur que tout s’effondre... On a même été obligé de faire des vérifications avant de monter une banderole au plafond de l’aréna.

N’oubliez pas que cet amphithéâtre date des années 40. Il faut agir et très rapidement. Je pense que Saguenay est rendue là. On a droit à un amphithéâtre digne d’une des grandes villes du Québec. Il suffit de se rappeler quand dans un avenir rapproché, on verra apparaître un nouvel aréna à Gatineau et à Trois-Rivières. Laval vient d’avoir un tout nouvel amphithéâtre.

Je n’ai rien contre les rénovations de bibliothèques, de salles de spectacles ou d’autres édifices publics, mais il est maintenant temps d’agir. Je suis convaincu qu’un Centre Georges-Vézina rénové ou un nouvel amphithéâtre serait un bel endroit pour recevoir des activités d’envergure. Dans son état actuel, il est à peu près impossible d’y présenter des activités autres que le hockey.

En plus, nous aurons des élections provinciales dans la prochaine année et nous avons un député à Ottawa qui est au pouvoir. C’est le temps d’agir. Il faut absolument qu’on parle du Centre Georges-Vézina dans la prochaine élection provinciale.

Espérons également qu’une rénovation pourra nous amener, comme à Trois-Rivières, Laval et d’autres villes du Québec, de grands spectacles.

Les Marquis et la LNAH

Semaine après semaine, les Marquis de Jonquière prennent rapidement les devants en début de rencontre. Mais plus le match avance et plus l’équipe adverse renverse la vapeur. La semaine dernière, je vous faisais part de mon inquiétude sur la condition physique des joueurs et sur le jeu d’équipe. Il y a un vieux dicton dans le monde du hockey qui dit que tu joues comme tu pratiques. C’est difficile pour les Marquis parce que les entraînements sont très rares.

Parlant de la Ligue nord-américaine de hockey, il y a un an j’avais remis ma démission comme préfet de discipline du circuit en raison d’une opération et de l’ampleur de la tâche. C’est pratiquement une job à temps plein. Celui qui m’a remplacé à l’époque vient de remettre à son tour sa démission. Je ne connais pas les raisons de la démission d’Alain Bisson, mais je connais très bien tout le travail qu’exige ce poste. C’est énorme. En plus, il n’est pas rémunéré à sa juste valeur et le préfet de discipline a très peu de moyens techniques sophistiqués pour faciliter sa tâche. Je comprends que la LNAH n’est pas la Ligue de hockey junior majeur du Québec, mais elle devra quand même donner à son comité de discipline des instruments pour faciliter le travail. La ligue est rendue là et le nouveau commissaire Richard Martel a du travail à faire de ce côté.

La nomination de Doug Archibald au poste de directeur général du Cool FM de Saint-Georges n’est pas nécessairement une surprise. Il a toujours été intéressé par ce qui se passait dans la LNAH. En plus, il a été recommandé par le commissaire Martel. Richard et Doug se connaissent depuis très longtemps. Doug était le DG des Saguenéens en 90-01 quand l’équipe a gagné le championnat et que Richard était l’adjoint de Jos Canale.

Rodrigue brille

Ceux qui ont assisté au match des Saguenéens, dimanche, ont été en mesure d’apprécier le travail du merveilleux gardien de but qu’est Olivier Rodrigue. Il est sûrement l’un des meilleurs gardiens de son groupe d’âge au Canada et il sera repêché par une équipe de la Ligue nationale de hockey en juin 2018, probablement dans les deux premières rondes. On se souvient que Yanick Jean a tout fait pour repêcher ce jeune gardien il y a deux ans, mais il s’est fait couper l’herbe sous le pied par les Voltigeurs de Drummondville la veille du repêchage. Dommage, les Saguenéens auraient une très grande vedette dans leur équipe et ce serait un joueur local.

Chroniques

Les amateurs de tennis de la région sont gâtés

CHRONIQUE / Le Challenger Banque Nationale de Saguenay a débuté en fin de semaine avec une bourse totale de 60 000 $. Il s’agit de la 12e édition de ce tournoi qui connaît beaucoup de succès dans la région.

Pour tenir un événement de cette envergure, ça prend une armée de bénévoles, une organisation très bien structurée, un appui important de la ville hôtesse (Saguenay) et la présence de nombreux commanditaires. Ce tournoi reçoit d’ailleurs régulièrement des honneurs de Tennis Canada pour sa merveilleuse organisation. Jean Delisle dirige une équipe très expérimentée. Le tournoi est très réputé auprès des joueuses pour la qualité de son accueil et aussi pour les belles foules qui assistent régulièrement aux matchs.

Cette année, la population pourra profiter du tournoi pour aller voir les améliorations apportées au Club de tennis intérieur Saguenay.

Le Challenger Banque Nationale de Saguenay, c’est aussi l’occasion pour les amateurs de tennis de voir à l’oeuvre les futures vedettes du circuit féminin.

Il suffit de se rappeler du passage d’Angelique Kerber, qui est présentement 14e au monde, mais qui a atteint le tout premier rang il n’y a pas si longtemps. Demi-finaliste aux Internationaux des États-Unis cette année, Madison Keys a passé par Saguenay il y a quelques années. Même chose pour Eugenie Bouchard, qui a déjà fait partie du top-10 mondial. Parmi les autres filles qui ont participé au tournoi de Saguenay, on se souviendra de Johanna Konta, qui est présentement septième au monde, et Dominika Cibulkova, qui est neuvième.

C’est vraiment la relève qui participe au tournoi. C’est la chance pour ces filles de faire leurs classes avant de participer aux plus gros tournois. C’est aussi l’occasion pour elles d’aller chercher de fameux points qui leur permettent d’accéder aux tournois supérieurs.

On peut aussi voir nos jeunes Canadiennes qui cognent aux portes des grands tournois. Cette année, on aura l’occasion de voir Bianca Andreescu, Charlotte Robillard-Millette, Carol Zhao et Katherine Sebov. Elles font partie de l’élite canadienne du tennis féminin et pourraient accéder au top-100 mondial dans les prochaines années.

Le monde du tennis est gâté d’avoir un tel événement à Saguenay, mais ça prend évidemment l’appui de la population pour réussir à boucler le budget nécessaire à la réussite d’un tournoi de ce genre. Le rendez-vous se terminera dimanche prochain avec la grande finale et l’admission est à prix très modique.

Marquis

J’ai assisté vendredi passé au match des Marquis au Palais des sports de Jonquière. Constatation, le public était de retour au rendez-vous.

Après une assistance très décevante au premier match, il y avait 1700 spectateurs pour la visite de l’équipe de Rivière-du-Loup. Les gens sur place ont eu l’occasion d’assister à un excellent match de hockey entre les Marquis et les 3 L.

 L’équipe de Rivière-du-Loup était invaincue avant sa visite au Palais des sports. Le match s’est décidé en fusillade, en faveur des Marquis.

En première période, les Marquis étaient tout simplement seuls sur la patinoire. Mais j’ai senti un essoufflement chez les joueurs des Marquis. Il était probablement dû à un manque d’entraînement et de condition physique. Sans le travail de Cédrick Desjardins, qui a été exceptionnel, ça aurait été encore plus difficile pour les Marquis. J’ai quitté le Palais des sports après avoir assisté à un excellent match de hockey senior.

Les Sags

Les Saguenéens sont de retour à la maison après un périple de trois matchs dans les Maritimes.

Avec une récolte de trois points sur une possibilité de six, Yanick Jean est sûrement très heureux. Mais les Saguenéens auraient mérité un meilleur sort. Ils auraient même pu revenir avec six points. Vendredi, c’est vraiment le gardien de Moncton qui a fait la différence.

La bonne nouvelle de ce voyage est l’arrivée de l’Ontarien Ryan Smith. Ce joueur a participé à quatre des six buts de l’équipe. Selon ce que j’ai pu voir sur la Web diffusion, c’est un joueur qui va amener beaucoup de caractère à l’équipe.

Parlant des Sags, aucun de leurs joueurs n’a été sélectionné sur l’équipe de la LHJMQ en prévision du Défi Canada-Russie. Les deux matchs du volet LHJMQ de ce défi auront lieu dans les Maritimes.

Le seul joueur des Sags qui y participera sera German Rubtsov, avec l’équipe de la Russie. À propos de Rubtsov, son nom circule beaucoup aux quatre coins de la ligue. Il est au coeur des rumeurs de transactions et on raconte que le Titan d’Acadie-Bathurst est excessivement intéressé à mettre la main sur ses services pour terminer la saison.

Il faut noter que deux joueurs natifs de la région, le gardien Samuel Harvey et l’attaquant Raphaël Harvey-Pinard, participeront au défi. Ils évoluent pour les Huskies de Rouyn-Noranda, mais ce sont des anciens des Élites des Jonquière.

Samuel Girard fait partie des joueurs invités, mais il semble qu’il va demeurer dans la Ligue nationale de hockey pendant encore quelques semaines. Parlant des Élites, soulignons qu’ils connaissent un excellent début de saison.

Sports

Une erreur de Bergevin

Difficile de rencontrer quelqu’un et de parler de hockey sans discuter de Samuel Girard ou, comme l’appellent les gens de Shawinigan, la Tornade de Roberval. Il fait taire ceux qui doutaient qu’il pourrait un jour évoluer dans la Ligue nationale de hockey en raison de sa petite taille. Samuel est habitué à faire taire les sceptiques depuis ses passages au midget AAA et dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Maintenant, c’est la LNH.

À ses trois premières parties avec les Predators de Nashville, Samuel a passé en moyenne près de 20 minutes sur la glace. Il a obtenu une étoile dans deux de ces trois rencontres et il a amassé trois points. C’est tout à fait exceptionnel comme début dans la LNH. En plus, il joue avec une équipe qui est très bien nantie sur le plan défensif. Malgré cela, il a fait partie des joueurs les plus utilisés par l’entraîneur Peter Laviolette.

Quand je regarde la défensive actuelle du Canadien de Montréal, je me dis quelle gaffe commise par Marc Bergevin de donner deux choix de deuxième tour pour obtenir Andrew Shaw. Un joueur de troisième ou quatrième trio. En plus, il lui a offert un contrat de 24 millions $ pour six ans. Cette transaction de Marc Bergevin a enlevé toute possibilité à Trevor Timmins de repêcher Samuel Girard. À la décharge de Timmins, il aimait beaucoup Samuel Girard et il voulait absolument le repêcher.

Bergevin aurait dû penser à l’avenir de l’équipe. Des Québécois, il n’y en a pas beaucoup chez le Canadien. Des Québécois au talent exceptionnel, il y en a encore moins. Il aurait été le successeur idéal d’Andrei Markov.

Lui aussi (Bergevin) doutait du talent de Girard. Il n’était pas le seul. Rappelons-nous ce qui s’est passé l’an dernier avec l’équipe canadienne junior. Même en ayant à sa tête Joël Bouchard et Dominic Ducharme, deux entraîneurs de la LHJMQ, elle ne l’a pas retenu pour le Championnat mondial de hockey junior. L’autre défenseur retranché à la dernière minute à cette occasion a été Victor Mete. Quelques mois plus tard, ces deux jeunes défenseurs de 19 ans au gabarit pas très impressionnant jouent dans la LNH. C’est encore une preuve que le physique des joueurs, surtout en défensive, occupe encore beaucoup de place dans les décisions de nos hommes de hockey.

À bien y penser, Samuel Girard est beaucoup mieux à Nashville qu’à Montréal. Imaginez-vous la pression qu’il subirait s’il faisait partie du Canadien ! Pas que Samuel n’est pas capable de composer avec la pression. Mais elle serait pratiquement insoutenable à l’extérieur de la patinoire.

Est-ce que la décision d’échanger ces deux choix de deuxième ronde pourrait coûter un jour le poste de Marc Bergevin ? C’est une question que la direction du Canadien devra certainement se poser dans les prochains mois.

Les Sags

Les Saguenéens sont réellement imprévisibles depuis le début de la saison. Au Centre Georges-Vézina, ils n’ont pas gâté leurs partisans avec deux autres contre-performances, mardi et vendredi. Les Sags se sont repris samedi à Baie-Comeau. Après une première période difficile, ils sont revenus avec cinq buts sans réplique pour battre le Drakkar.

L’entraîneur Yanick Jean a décidé de changer ses trios dès le début du match de samedi. Il a surtout séparé les deux Russes ainsi que les jumeaux Klima. Ç’a donné de très bons résultats. Mais encore une fois, c’est le capitaine Olivier Galipeau qui a été le leader de sa formation.

J’ai hâte de voir le rendement de l’équipe dans les Maritimes, dans les prochains jours. C’est toujours très difficile pour les équipes du Québec lors de ces longs voyages.

Dans les deux matchs contre Baie-Comeau, un gars de Chicoutimi, Jordan Martel, en a mis plein la vue aux amateurs. Il est présentement le meilleur pointeur du Drakkar. L’an dernier, il a aussi connu une très bonne saison avec 26 buts. Pourtant, c’est un choix de huitième ronde. Une autre preuve que le repêchage n’est pas une science exacte. Pourquoi les Saguenéens ne l’ont pas repêché ? Je ne connais pas la réponse.

Parlant de la LHJMQ, j’ai hâte de voir quelle sera la sanction imposée à Charlie Roy, des Cataractes de Shawinigan, pour son geste gratuit à l’endroit de Maxime Comtois, des Tigres de Victoriaville. Je suis convaincu que le préfet de discipline, Raymond Bolduc, imposera une sanction excessivement sévère. C’est le genre de geste que la ligue ne veut pas voir.

Le golf

Si le beau temps se poursuit, les maniaques de golf pourront profiter de quelques belles journées encore. Il faut le dire, les terrains de la région sont présentement à leur plus beau.

Phil Desgagné

Un choix surprenant, mais mérité

CHRONIQUE / Mercredi soir dernier, j’apprenais par l’entremise de TVA Sports le retrait du chandail d’Éric Fichaud par les Saguenéens, le 20 janvier. Je vous l’avoue, j’ai été un peu surpris.

Je faisais partie d’un comité il y a quelques années, composé de quatre personnes, pour établir une liste de joueurs qui ont marqué l’histoire des Saguenéens et qui mériteraient, un jour, de voir leur chandail au sommet du centre Georges-Vézina. Éric Fichaud faisait partie de cette liste.

Pour moi, et je parle uniquement en mon nom personnel, le premier à se retrouver sur la liste est Patrice Tremblay, un gars de Jonquière qui a marqué l’histoire de l’équipe. Je ne parle pas, bien entendu, pour les autres membres du comité, mais je vous le répète, c’est strictement mon opinion.

Voici les statistiques de Patrice Tremblay. À sa première saison, 10 buts, 17 passes pour 27 points. À sa deuxième saison en 1986-1987, 76 buts, 82 passes pour 158 points, avant d’ajouter 38 points (22 buts, 16 passes) en 19 matchs de séries lors de la même saison. En 1987-1988, 72 buts, 75 passes pour 147 points. À sa quatrième et dernière saison, en 1988-1989, 67 buts, 70 passes pour 137 points.

Peu de joueurs dans l’histoire des Saguenéens ont connu de telles performances sur le plan offensif. Cela dit, ça n’enlève rien à Éric Fichaud. Il a marqué l’histoire et il a conduit les Saguenéens aux grands honneurs en 1994. Il mérite qu’on retire son chandail au sommet du centre Vézina. Bravo Éric Fichaud.

Saguenéens

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas chez les Saguenéens. La semaine dernière, tout le monde était déçu et on se posait des questions sur notre équipe, avec raison. Ce week-end, on n’a pas reconnu la même formation. Il faut avouer que l’arrivée de German Rubtsov a changé la donne à l’attaque. Il est parmi l’élite de tout le circuit de hockey junior canadien et il nous l’a démontré en fin de semaine. Il donne confiance à ses coéquipiers et il sème le doute chez l’équipe adverse.

Il reste que pour moi, la surprise du dernier week-end est la performance des deux gardiens de but avec deux jeux blancs. Réussir deux blanchissages consécutifs, je ne me souviens pas à quel moment c’est arrivé dans l’histoire des Saguenéens. Vous allez me dire que Shawinigan n’a aucune victoire cette saison, c’est entièrement vrai. Sauf que vendredi soir, le test était là pour les Sags, ils affrontaient Victoriaville, toujours invaincue et considérée comme une des meilleures équipes du circuit. Les Tigres ont plutôt été blanchis sur la glace du Centre Georges-Vézina.

Au cours de la fin de semaine, on peut également parler d’Olivier Galipeau, qui s’est comporté comme un général en défensive. Il est le digne successeur de Frédéric Allard. Nos deux jeunes gardiens, Zachary Bouthillier et Alexis Shank, ont été exceptionnels, sur qui on doutait en début de saison.

L’une des belles surprises de la fin de semaine et du début de saison, c’est l’attaquant de 17 ans Félix-Antoine Marcotty. Avec une fiche de quatre buts et quatre passes, il est présentement le meilleur marqueur chez les Saguenéens. Il faut avouer qu’une année supplémentaire dans le midget AAA l’a bien préparé pour cette saison.

Parlant du Centre Georges-Vézina, on est en pleine campagne électorale à la mairie de Saguenay et je n’ai pas vu beaucoup de candidats parler des rénovations de l’amphithéâtre. Pourtant, j’ai bien entendu le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, dire il y a quelques semaines que le prochain gros dossier à la ville de Saguenay était celui du Centre Georges-Vézina. Pas un mot encore dans la campagne.

Il faut le dire, c’est une priorité pour notre ville, car avant longtemps, la toiture fragile pourrait nous obliger à poser des gestes importants.

Marquis

Les Marquis de Jonquière ont débuté la saison avec une fiche de ,500. D’ailleurs, deux des trois séries aller-retour dans le circuit Martel se sont soldées par une victoire de l’équipe locale. Toutefois, la grande déception du week-end est selon moi la petite foule au Palais des sports pour ce premier match. Il y avait à peine 1100 spectateurs et pourtant, c’était l’occasion pour les partisans de fêter l’événement avec le soulèvement de deux bannières au sommet du Palais des sports.

J’espère que les partisans vont être au rendez-vous très bientôt, car on est habitué à des foules de 1700 et 1800 spectateurs chez les Marquis. Ce n’est pas avec des assistances de 1100 spectateurs que les propriétaires vont réussir à boucler leur budget.

Phil Desgagné

Les bottines suivent les babines

CHRONIQUE / À quelques reprises au cours des dernières semaines, j’ai écrit que plusieurs clubs de la Ligue nord-américaine de hockey s’équipaient en hommes forts en prévision de la prochaine saison. J’ai écrit également que le préfet de discipline et Richard Martel auraient beaucoup de travail au cours de la saison qui débutera en fin de semaine.

J’avais hâte de voir comment le nouveau commissaire Richard Martel allait réagir à cette situation. Je ne sais pas si certains clubs ont voulu tester le nouveau commissaire au cours du calendrier préparatoire, mais ceux qui l’ont fait en ont payé le prix. J’ai bien aimé la première réaction du commissaire et du préfet de discipline. Il ne fallait pas rater ce premier test. Lors d’une rencontre entre Trois-Rivières et Jonquière, il y a eu de la bagarre durant la période d’échauffement et durant le match.

Face à cela, Richard Martel a voulu démontrer que l’ère des « goons » est terminée. Depuis qu’il a accepté son mandat, il a dit sur toutes les tribunes que cette période est terminée. Il veut redonner de la crédibilité à la ligue. Comme le dit l’expression, les bottines ont suivi les babines.

Plusieurs suspensions importantes ont été imposées et il s’est attaqué aussi aux entraîneurs. Ça, c’est important, car ce sont eux qui donnent les directives derrière le banc. J’ai remarqué que les joueurs impliqués sont toujours les mêmes. Il était important d’agir dès le début de la saison.

Déjà j’ai vu plusieurs critiques sur les décisions de Richard Martel. Aux personnes insatisfaites, je rappelle que ce sont les propriétaires qui ont donné le mandat au commissaire de donner une nouvelle direction à la ligue. Au moment d’écrire ces lignes, je ne connais pas les grandes lignes de la conférence prononcée par Richard Martel, lundi, pour le lancement de la nouvelle saison. Mais on parle de plus en plus de webdiffusion, de reprises vidéo pour aider les arbitres et de plusieurs nouveaux commanditaires. J’ai hâte de voir. La prochaine saison sera importante pour le circuit et tout un travail attend Richard Martel.

LHJMQ

Est-ce que les Cataractes de Shawinigan vont vivre pour une deuxième année consécutive la perte de leur joueur vedette ?

On se rappelle qu’Anthony Bouvillier est demeuré avec les Islanders de New York, l’an passé, ce qui fut un dur coup pour l’équipe qui était alors dirigée par Claude Bouchard. Cette année, au moment d’écrire cette chronique, Samuel Girard, le meilleur défenseur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, est toujours à Nashville. Ce serait toute une perte pour Shawinigan. Ce n’est pas un secret, les Cataractes aimeraient bien se servir de Samuel pour rebâtir leur formation à la période des Fêtes.

Les Mooseheads de Halifax vivent un problème similaire avec Nico Hischier, qui demeure avec les Devils du New Jersey. Les Mooseheads veulent aller très loin, mais ce sera presque mission impossible sans le joueur suisse.

Ces deux cas nous donnent un bel exemple qu’il est difficile de faire du hockey junior.

Les Saguenéens ne connaissent pas le début de saison attendu avec une fiche de trois défaites et un revers en prolongation. Alors que tous croyaient que l’offensive serait la force des Sags et que le problème serait devant le filet, c’est tout le contraire qui se produit. On marque très peu de buts alors que les gardiens font de l’excellent travail.

En espérant un retour rapide de German Rubtsov. Il est très attendu et sa présence placera certains joueurs dans le bon rôle. On se croise les doigts chez les dirigeants et on espère que le dossier Rubtsov sera réglé pour vendredi. Les Sags recevront alors les Tigres de Victoriaville, une des meilleures équipes de la ligue.

Condoléances

Je voudrais offrir mes sincères condoléances aux parents et amis de Pierre Fellice et de Normand Tremblay. J’ai côtoyé Pierre Fellice pendant plusieurs années et j’ai longtemps eu le plaisir d’arbitrer avec Normand Tremblay.

Phil Desgagné

Mauvaise première impression

CHRONIQUE / Il y a un dicton dans la vie: tu n'auras jamais une deuxième occasion de faire une bonne première impression.
Une bonne première impression, ce n'est sûrement pas ce que les joueurs des Saguenéens ont réalisé au cours du dernier week-end. Vendredi soir, malgré un temps exceptionnel, ils étaient 3167 spectateurs au rendez-vous pour le match d'ouverture. Si les Remparts ont été au rendez-vous, ce ne fut certainement pas le cas des Sags. Si on fait exception des dix dernières minutes du match.

Phil Desgagné

Les Sags, troisièmes de leur division

CHRONIQUE / Les joueurs des Sags doivent se dire : « Enfin, le camp d'entraînement est terminé, la vraie saison va commencer ».
C'est vendredi, avec la visite des Remparts de Québec, que débutera cette nouvelle saison. Avant chaque saison, c'est toujours le « fun » de prédire l'allure du classement. Mais il est aussi toujours difficile d'évaluer les équipes dans le hockey junior. L'arrivée ou l'absence d'un joueur vedette change rapidement la donne. Même chose pour les blessures. Par exemple, la semaine dernière, le Phoenix de Sherbrooke apprenait que son joueur vedette Luke Green sera absent de quatre à cinq mois en raison d'une blessure subie pendant le camp de son équipe professionnelle. Sherbrooke va s'en ressentir.