Le maire de Desbiens, Nicolas Martel, et son comité d’accueil avaient réservé une limousine pour transporter les équipes jusqu’à l’hôtel où elles pourront manger et se reposer un peu avant de reprendre la route pour Desbiens, hôte du Championnat du monde de pétanque. Ci-haut, l’équipe de la Thaïlande, qui a gardé le sourire malgré un long voyage en avion.

Pétanque: la moitié des équipes arrivées

Branle-bas de combat, mardi soir, à l’Aéroport de Québec, alors que le maire de Desbiens, Nicolas Martel, et une petite équipe de l’organisation des Championnats du monde de pétanque ont accueilli les délégations des pays participants. Durant une bonne partie de la soirée, limousine à l’appui, ils ont reçu plus d’une vingtaine de délégations sur les 46 qui tenteront de mettre la main sur le convoité titre.

Évidemment, l’accueil des participants est un exercice logistique de haute voltige, d’autant plus que plusieurs pays n’ont reçu leur visa qu’à la toute dernière minute.

« C’est quand même une bonne aventure présentement! », confirme le maire Martel, lorsque joint peu après 20 h, mardi soir. L’équipe de l’événement accueille la visite en anglais et en français, car il y a habituellement au moins un membre du groupe qui s’exprime dans ces langues. C’est sûr qu’il y a quelques moments de silence, mais c’est juste drôle », lance-t-il en riant.

Longue nuit
« On vient de recevoir le Japon et l’Australie. Ils sont très contents d’être arrivés, mais ils sont aussi fatigués après plusieurs heures de vol. Ils ont hâte d’arriver à leur hôtel. On a des navettes entre l’aéroport et une salle que nous avons réservée à l’hôtel où ils ont accès à un lunch. »

Mardi, un premier autocar bondé d’équipes européennes a pris la direction du Lac-Saint-Jean pour arriver à Desbiens vers 20 h 30. Une fois à destination, les délégations doivent passer par le Centre communautaire de l’endroit pour s’inscrire, payer leurs frais et obtenir leurs accréditations. Le centre devait d’ailleurs rester ouvert une bonne partie de la nuit pour l’occasion. Une fois cette étape administrative accomplie, les participants pourront enfin être conduits à leur hôtel et poser enfin leurs valises, du moins ceux qui auront eu la chance que leurs bagages ne se soient pas égarés!

Les équipes sont hébergées de Roberval à Alma en passant par Chambord et Saint-Gédéon. Toutes les équipes sont logées dans un rayon de 30 minutes du site. Seule l’équipe de la France, qui est arrivée dimanche, est la plus éloignée puisqu’elle séjourne au Delta Saguenay.

Logistique complexe
Le maire Martel et son équipe sont vites sur leurs patins, car ils doivent composer avec l’imprévu.

« On a un pays qui s’est ajouté et qui ne va arriver qu’à minuit et demi ce soir (à l’aéroport). On va les faire coucher à Québec. En fait, il y a plusieurs pays qui ont réussi à avoir leur visa à la dernière minute et qui vont arriver au cours des deux prochains jours (mercredi et jeudi). J’ai trois personnes sur place qui vont passer la nuit ici, à l’aéroport. On a un deuxième autocar qui devrait partir vers 22 h et je vais aussi ramener un autre groupe dans la limousine! »

Avec les problèmes de visas, Desbiens s’attendait à accueillir les représentants de 40 pays au lieu de 48. Finalement, 46 pays seront représentés.

« C’est complexe parce qu’il s’ajoute plusieurs pays à la dernière minute. Tout à l’heure, on a su que la Mauritanie et le Sénégal avaient réussi à avoir leur visa. On va savoir sur place quand ils vont arriver. C’est plus difficile à gérer », convient-il.

Certaines délégations vont rater la compétition individuelle de tirs de précision, jeudi matin, mais Nicolas Martel estime qu’elles seront toutes arrivées pour les rondes de qualifications pour le Championnat du monde.