Ce jeune pêcheur du lac Saint-Jean, avec deux ouananiches de plus de 50 centimètres, ferait un excellent candidat pour l’Opération Ouananiches du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.
Ce jeune pêcheur du lac Saint-Jean, avec deux ouananiches de plus de 50 centimètres, ferait un excellent candidat pour l’Opération Ouananiches du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Pêcheurs de ouananiches recherchés!

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs est à la recherche de pêcheurs de ouananiches au lac Saint-Jean pour participer à l’Opération Ouananiches. En effet, depuis 40 ans, des pêcheurs volontaires enregistrent les ouananiches qu’ils capturent en inscrivant des informations destinées aux biologistes du ministère.

Les volontaires, qui deviennent de véritables collaborateurs scientifiques, retirent des écailles sur le corps des ouananiches, ce qui permet aux techniciens de la faune de colliger des informations sur la croissance de ces poissons en lac. On peut en effet déterminer l’âge d’une ouananiche en comptant le nombre d’anneaux sur les écailles. Il s’agit d’un enregistrement volontaire des prises qui fournit au Ministère des données précieuses sur l’état de la ressource.

Le MFFP utilise également un carnet du pêcheur pour avoir un portrait de la pêche à la truite de mer sur le Saguenay. Ces données servent à documenter les recherches scientifiques.

Dans le but de recruter un plus grand nombre de pêcheurs de ouananiches, le ministère, en collaboration avec la Corporation LACtivité pêche (CLAP) du lac Saint-Jean, remettra cinq autorisations annuelles pour pêcher dans l’aire faunique communautaire du lac Saint-Jean pour la saison 2021-2022. Ces prix de participation seront remis par tirage au sort parmi les pêcheurs qui auront enregistré des ouananiches en 2020. Chaque ouananiche enregistrée donnera droit à une inscription au tirage au sort.

Mobilisation
Depuis 1975, au lac Saint-Jean, les pêcheurs qui se mobilisent pour mesurer leurs prises et prélever des écailles aident les scientifiques à colliger de précieuses données qui permettent également de documenter le lien entre la ouananiche et l’éperlan.

«Durant sa vie en lac, une ouananiche croît de façon plus marquée durant son premier été. Si l’éperlan est abondant, sa survie (abondance) et sa croissance (longueur) sont meilleures. En effet, la taille des prises ayant passé une année en lac est étroitement liée à l’abondance de l’éperlan. En 2019, la taille des ouananiches de tous les âges est au-dessus de la moyenne : un indice de bonne santé démographique. Les jeunes d’un an de lac ont connu une légère inflexion de leur taille, sans pour autant descendre sous la moyenne historique», indique le ministère dans son rapport annuel sur la ouananiche.

Pour participer aux Opérations Ouananiches et obtenir une trousse d’enregistrement, vous devez communiquer avec la biologiste du MFFP, Mme Karine Gagnon, par courriel à karine.gagnon@mffp.gouv.qc.ca ou par téléphone au 418 695-8125 poste 356. Ou encore, adressez-vous aux assistants à la protection de la faune de la CLAP lorsque vous les rencontrez.

Ouananiches à la mouche
La date limite du 31 mai pour le paiement des réservations pour la pêche à la mouche dans les rivières tributaires du lac Saint-Jean est maintenant passée, mais la CLAP doit différer de quelques jours la mise en vente des perches disponibles. «La livraison du courrier fonctionne moins rapidement que d’habitude, de sorte que des paiements datés du 29 mai pourraient nous parvenir dans les prochains jours. Nous annoncerons dès que possible la mise en vente des perches disponibles, surveillez notre page Facebook à ce propos», indique l’organisme sur son site Internet.

Fête de la pêche annulée
Le MFFP a pris la décision il y a quelques semaines d’annuler les activités en lien avec la Fête de la pêche. Celle-ci était censée se dérouler en fin de semaine. En raison de la pandémie de COVID-19, le ministère a annulé la fête ainsi que la gratuité associée à cet événement (pêche sans permis provincial).

On comprend qu’en période de pandémie il faut éviter les rassemblements et respecter les mesures de sécurité de la santé publique, mais le ministère aurait pu tout de même maintenir la gratuité sans tenir d’activités de rassemblement. Cela aurait permis aux moins bien nantis de notre société de profiter de l’activité pêche sans débourser d’argent.