La patineuse baieriveraine Claudia Gagnon a obtenu la confirmation, vendredi, qu’elle avait sa place au sein de l’équipe canadienne de patinage de vitesse en prévision des deux premières étapes de la Coupe du monde.

Patinage de vitesse: Claudia Gagnon confirmée dans l'équipe nationale

La place de la Baieriveraine Claudia Gagnon a été confirmée, mercredi, au sein de l’équipe nationale de patinage de vitesse en vue des deux premières étapes de la Coupe du monde, à Salt Lake City et Montréal, au début du mois de novembre.

La patineuse saguenéenne avait pris la cinquième place au cumulatif, le mois dernier, aux Championnats canadiens, disputés à l’aréna Maurice-Richard, mais seulement les trois premières obtenaient automatiquement leur place avec l’équipe nationale, soit Kim Boutin, Courtney Sarault et Alyson Charles. Les dirigeants du programme d’excellence ont décidé, au cours des derniers jours, de greffer au groupe féminin Claudia Gagnon, Danaé Blais et Rikki Doak.

« J’étais un peu nerveuse, parce qu’on ne sait jamais ce qu’ils décident de faire, mais je savais quand même que j’avais de bonnes chances. L’année passée, j’ai quand même bien fait, et cette année, les entraînements allaient assez bien. C’est sûr que j’avais quand même un petit stress parce que je n’étais pas certaine à 100 % », a confié Claudia Gagnon lors d’une entrevue téléphonique après l’annonce, en début de journée.

À sa deuxième année sur le circuit de la Coupe du monde, Claudia Gagnon a admis qu’elle se retrouvera moins dans le néant.

« L’an passé, je ne connaissais personne et je ne savais pas comment les autres patinaient. Cette année, je m’attends à certains trucs, même si chaque année, tout le monde évolue, moi également. J’ai hâte de voir comment ça va se passer. Disons que j’ai plus d’objectifs de résultats que l’an dernier, alors que le but était davantage de prendre de l’expérience et voir comment ça allait », d’annoncer celle qui est maintenant la seule patineuse régionale sur l’équipe canadienne après les retraites de Kasandra Bradette et Samuel Girard.

Gagnon précisera ses attentes à l’issue des deux premières Coupes du monde, mais pour le moment, elle désire participer au plus grand nombre possible de finales A et B, ce qui lui demandera de se classer pour les demi-finales. Son meilleur résultat l’an dernier avait été une sixième place à Calgary.

« Les podiums, ça vient après, mais mon but premier, c’est de faire le plus de tops possible », de révéler Claudia Gagnon.

Des vétérans

Les Québécois Charles Hamelin et Kim Boutin mèneront la délégation canadienne à l’occasion des deux premières étapes de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste, a annoncé Patinage de vitesse Canada par voie de communiqué, mercredi.

Hamelin, qui en sera à une 17e saison sur le circuit de la Coupe du monde, mènera l’équipe masculine, tandis que Boutin, qui a remporté cinq médailles individuelles la saison dernière, en fera autant du côté féminin.

Les récents départs à la retraite des membres de l’équipe nationale, Samuel Girard, Charle Cournoyer, Kasandra Bradette et Jamie Macdonald, signifient qu’une nouvelle génération de patineurs et patineuses aura l’occasion d’emmagasiner de l’expérience à l’échelle internationale.

« Cette saison, il y a beaucoup de nouveauté dans l’équipe. Ça va être le moment de consolider le potentiel qu’on a pu voir la saison passée chez certains de nos jeunes patineurs », a convenu l’entraîneur de l’équipe masculine, Sébastien Cros.

L’équipe masculine sera complétée par Steven Dubois, de Lachenaie, Cédrik Blais, de Châteauguay, ainsi que les Montréalais Pascal Dion, Maxime Laoun, et William Dandjinou. 

+

VALÉRIE MALTAIS PRÊTE POUR LA NOUVELLE SAISON

La Baieriveraine Valérie Maltais entamera jeudi sa participation aux Championnats canadiens de patinage de vitesse longue piste, à Calgary. « J’ai beaucoup appris durant la dernière année et je me sens plus prête cette fois-ci », a-t-elle indiqué, mercredi, dans un message publié sur sa page sur le réseau social Facebook. 

À sa première année en longue piste après avoir brillé sur la scène internationale en courte piste, Valérie Maltais a vécu une transition, l’année dernière, progressant tout au long de la saison. Elle a terminé sa première participation aux Championnats du monde toutes distances avec une 17e place au classement final.