La patineuse artistique de Desbiens, Mélaurie Boivin, et son entraîneure, Marlène Picard, lorgnent la médaille d’or dans la catégorie Novice aux Championnats canadiens qui auront lieu à Vancouver au début janvier. L’athlète de 13 ans, qui a remporté la médaille de bronze au Défi Patinage Canada, trime dur pour parfaire ses programmes court et long en vue des nationaux.

Patinage artistique: l’or dans la mire de Mélaurie Boivin

Mission accomplie pour la patineuse artistique de Desbiens Mélaurie Boivin, qui a remporté la médaille de bronze au Défi Patinage Canada présenté en fin de semaine dernière au Sportplexe de Pierrefonds. Forte de sa prestation, la protégée de l’entraîneure Marlène Picard lorgne maintenant le podium, voire l’or, aux Championnats canadiens qui auront lieu à Vancouver, du 8 au 14 janvier.

Championne provinciale dans la catégorie Novice, l’athlète de 13 ans travaille actuellement très fort pour améliorer ses programmes court et long en vue des nationaux. Son entraîneure Marlène Picard, qui en a vu passer de beaux talents en 30 ans de métier, ne tarit pas d’éloges au sujet de son élève, qui est comme un petit diamant brut à polir. 

« Mélaurie en était à sa deuxième participation au Défi Patinage Canada. L’an passé, elle était en catégorie Pré-novice, mais cette fois-ci, elle est surclassée et évolue dans la catégorie Novice (17 ans et moins). Actuellement, elle est troisième parce qu’elle a commis quelques erreurs, mais on vise vraiment la première place aux Championnats canadiens qui auront lieu à Vancouver », souligne Mme Picard en entrevue téléphonique. 

Sous la supervision de son entraîneure, Mélaurie passera les prochaines semaines à maîtriser parfaitement les éléments techniques qui lui ont coûté quelques précieux points lors de l’exécution de son programme court, de même que les petites erreurs commises lors de son programme long. « Ce sont des éléments techniques de très haut niveau qu’elle a manqués et que nous n’aurions peut-être pas besoin de faire lors de la compétition, mais qu’on a décidé de faire parce qu’on voit loin pour elle », explique Marlène Picard.

Le duo a en effet mis la barre haute en visant un enchaînement de deux ‘‘triple toe’’ durant le programme court. « Une combinaison de deux triple (saut) comme ça, c’est vraiment de haut niveau. On a décidé de la faire. Au Défi, elle a raté le premier et n’a pu enchaîner avec le deuxième. Pour les Championnats canadiens, on a décidé de garder notre plan de match et de le tenter à nouveau, car c’est ce qui ferait la différence avec les autres patineuses. Elle serait la seule à le faire, fait-elle valoir. Dans son programme long, elle a commis de petites erreurs qui peuvent être corrigées à force de répéter. »

Une classe à part

Si Marlène Picard vise haut pour sa protégée, c’est qu’elle estime que Mélaurie Boivin est non seulement « bonne sous la pression », mais elle ne rechigne pas sur les efforts à mettre pour atteindre ses objectifs. « C’est une athlète complète. Elle est belle à regarder, elle fait de belles pirouettes et de beaux sauts, et elle est compétitive. Elle en veut toujours plus. » D’ailleurs, l’adolescente a même demandé de prolonger son séjour à Vancouver pour pouvoir voir à l’oeuvre les patineurs et patineuses des sélections olympiques.

« Elle est vraiment dans une classe à part. C’est un petit bijou ! , convient Marlène Picard. Et elle n’est pas seulement très talentueuse, elle est vaillante. Elle est là tous les jours et elle va encourager les autres ! Elle a aussi de bons parents qui sont présents pour la soutenir. »

La Desbienoise ne ménage pas les efforts pour réaliser son rêve. Inscrite en sport-études, la jeune athlète effectue le trajet Desbiens–Chicoutimi matin et soir, en plus de participer à des compétitions deux fins de semaine par mois. À cela s’ajoutent aussi des séjours à Montréal avec son entraîneure, toujours dans le but de se perfectionner et de développer davantage ses techniques, et ce, en côtoyant d’autres entraîneurs chevronnés présents.