Pascal Bilodeau se prepare pour un périble à vélo de plus de 1000 km en 66 heures.

Pascal Bilodeau pédalera 1032 km pour les poumons

Pascal Bilodeau montera sur son vélo, le dimanche 4 août, pour trois jours d’efforts au profit de l’Association pulmonaire du Québec. Ce sera la deuxième année que M. Bilodeau fera un périple de 1032 km afin de venir en aide à la lutte contre les maladies pulmonaires.

Pour l’occasion, M. Bilodeau partira du Cégep de Jonquière et reviendra au même endroit 66 heures plus tard. Son parcours le mènera notamment à Chambord, Shawinigan, Trois-Rivières, Québec, La Malbaie, Clermont et Saint-Ambroise.

Pascal Bilodeau est un ancien fumeur. « J’ai déjà fumé deux paquets par jour », raconte-t-il. Dès l’âge de 15 ans, il était un fumeur régulier et « un gars de party », un rythme de vie qu’il a tenu durant de longues années.

Un beau jour, ses patrons à la Pharmacie Jean Coutu lui ont dit qu’il pourrait participer au Grand défi Pierre Lavoie (GPDL) à condition qu’il cesse de fumer, car il ne serait pas en mesure de réussir le parcours.

L’homme de 36 ans a alors choisi une date, le 6 septembre 2011. À ce moment, Pascal Bilodeau a arrêté de fumer en prévision de faire le GDPL. En juin 2012, il était au départ et n’a plus jamais touché une cigarette depuis, mettant derrière lui une douzaine d’années de cigarettes.

Ce défi, il s’en souvient comme si c’était hier. « Pierre Lavoie m’a donné une petite poussée dans le parc des Laurentides. C’est un moment que je vais me souvenir pour toujours. » Au GDPL de 2012, il avait pédalé environ 480 km. C’est à ce moment qu’il a découvert une passion pour la longue distance.

En plus d’un entraînement adéquat, Pascal Bilodeau devra bien gérer son alimentation et son repos.

Aimant moins le fait de rouler en peloton, il a donc décidé de s’adonner à sa passion en solitaire. Après quelques défis d’ultracyclisme, il a décidé de joindre l’utile à l’agréable et de combiner sa passion pour le vélo à une cause qui lui tenait à coeur : souligner l’importance de la recherche sur les maladies respiratoires.

D’ailleurs, il comprend bien les dangers liés à la maladie pulmonaire obstructive chronique, puisque sa mère est atteinte d’emphysème sévère et que son grand-père en est décédé. C’est donc comme cela qu’est né le Défi 1000 km de Pascal en 2018.

L’année dernière, il a remis un peu plus de 600 $ à l’Association pulmonaire du Québec. Cette année, il n’a pas d’objectif précis en tête, mais plus d’argent il amassera, plus heureux il sera à la fin du défi.

Préparation

Pour son épopée, Pascal Bilodeau sera entièrement autonome. Il n’aura aucun accompagnateur. Le cycliste devra donc bien gérer son alimentation.

« Je dois faire attention parce qu’à certains endroits, il n’y a pas de dépanneur ou d’épicerie sur plus de 100 km. Je dois avoir tout ce qu’il me faut, mais je ne peux pas transporter trop de choses », explique M. Bilodeau, qui ajoute que les fruits frais, l’eau et les électrolytes seront les principaux aliments de son alimentation en cours de route.

Il devra également prendre le temps de bien se reposer. « J’ai prévu deux nuits, mais je ne dois pas perdre trop de temps. Je devrais arrêter à Shawinigan et à La Malbaie pour des nuits de cinq ou six heures. Au besoin, je vais en prendre plus parce que l’objectif est de terminer et pas aux dépens de ma santé », ajoute-t-il.

Pour s’entraîner, M. Bilodeau passe plus de 20 heures par semaine sur son vélo et fait régulièrement des sorties de plus de 200 km en une journée. Il a tout récemment complété le même parcours que le Défi des 21, une course de 332 km. Il a déjà participé à deux occasions à cette compétition, mais a été contraint à l’abandon les deux fois en raison de forts vents et de pluie.