Dorénavant, Léandre Bouchard ne portera plus les couleurs de l’équipe professionnelle KMC EKOÏ SR Suntour.

Pas de renouvellement pour Léandre Bouchard

Le cycliste almatois Léandre Bouchard se retrouve maintenant libre comme l’air. Après deux saisons, son contrat avec l’équipe professionnelle de vélo de montagne KMC EKOÏ SR Suntour n’a pas été renouvelé.

« Je les remercie pour les deux dernières années. J’ai eu un excellent support, ce qui m’a permis de réaliser un rêve de devenir professionnel de vélo de montagne », a exprimé l’athlète régional de cross-country, lors d’une entrevue téléphonique.

Il connaissait la décision depuis la mi-août, mais a tout de même préféré attendre que le contrat arrive à échéance avant de la rendre publique sur sa page Internet. Les dirigeants de la formation européenne lui ont notamment plaidé le budget limité, qui a forcé à réduire le nombre de coureurs.

« Ils ont eu la gentillesse de me le dire à l’avance pour ne pas me faire de fausses attentes et me laisser le plus de temps possible pour retrouver quelque chose de mon côté », de souligner l’olympien de 2016, qui préfère ne pas s’avancer tout de suite sur la suite des choses ni sur les pourparlers en cours, indiquant du même souffle que cette nouvelle n’est pas nécessairement négative pour la poursuite de sa carrière.

« L’an prochain, c’est sûr que je vais continuer à faire du vélo, mais je ne sais pas exactement dans quel contexte », de préciser Léandre Bouchard, qui a déjà repris l’entraînement intensif avec l’équipe canadienne en vue de la prochaine saison de la Coupe du monde de vélo de montagne, qui se mettra en branle en Slovénie, à la fin du mois d’avril.


«  Je suis aussi excité par les nouveaux défis qui vont se présenter l’an prochain.  »
Léandre Bouchard

Après les Fêtes en famille, l’Almatois prendra la direction d’Hawaii à compter du 7 janvier pour un deuxième camp d’entraînement qui s’échelonnera jusqu’au 21 janvier, ce qui fera suite à celui d’Halfmoon Bay en Californie, tenu récemment.

Sur une note individuelle, il terminera également son baccalauréat en éducation physique et à la santé à l’Université du Québec à Chicoutimi.

« J’ai un bel hiver devant moi pour préparer la prochaine saison, qui sera importante. Pour moi, c’est une étape de changer d’équipe. C’est une belle expérience de courir avec une équipe professionnelle européenne. C’est différent d’ici, mais je suis aussi excité par les nouveaux défis qui vont se présenter l’an prochain », annonce Léandre Bouchard, qui, en 2019, sera en plein processus de qualifications pour les Jeux olympiques de Tokyo, avec la majorité des points à amasser lors des différentes Coupes du monde ainsi que le Championnat mondial du Mont-Sainte-Anne à la fin de saison.

Pour le moment, avec les résultats de l’an dernier, une seule place est disponible au sein de la formation olympique canadienne masculine.