Les athlètes écoutent avec attention les conseils donnés par l'entraineur Michel Tremblay.

Paradis pour les jeunes

Vingt-trois jeunes nageurs ont le sourire accroché aux visages depuis une semaine, ils ont attrapé la piqûre de la nage en eau libre.
Participants au camp de plus en plus populaire de Nadia et Gilles Potvin, ces jeunes athlètes de partout en province vivent la réalité des nageurs de la Traversée; affrontez le Piékuagami, mais dans des conditions optimales. Rien n'est laissé au hasard pour rendre leur entrainement sécuritaire et surtout stimulant. Une véritable pépinière de nouveaux talents.
Antoine Chatelain-Laflamme ne regrette pas d'être venu de Gatineau pour participer à ce camp. « Ça va me donner une chance de plus que les autres nageurs qui vont participer au Marathon de la relève vendredi. Nous apprenons des trucs très importants qui peuvent faire la différence », a mentionné le nageur de 16 ans qui vise la victoire.
Hier, les nageurs ont pratiqué leur ravitaillement en plus de nager quelques kilomètres dans la rade. Les plus jeunes nageurs ont parcouru entre 500 et 1000 mètres tandis que les plus vieux font de 1,5 à 3 km. Plusieurs éléments techniques sont vus lors du camp; s'orienter, changer la position de la tête dans l'eau, bien battre des jambes, nager en groupe et s'alimenter en course. Un mauvais ravitaillement peut faire que le nageur perde le peloton et ainsi ruiner sa course. C'est qu'ils ont travaillé hier.
Pour les six qui prendront part du Marathon de la relève, ils ont nagé le parcours à relais afin de reconnaître le lac et affronter les vagues aux larges.
Pour les plus jeunes qui en sont à leurs premières armes, l'expérience est enrichissante. C'est le cas de Félix Lavoie 11 ans qui a été un peu désorienté au début. « On ne voit rien dans l'eau. On n'a pas de balise, on doit nager en continu et maintenir nos coups bras constants dans la vague. Ce n'est pas évident, mais c'est pas mal tripant. Nager en peloton est très agréable, on sent vraiment l'aspiration. J'adore ça, je vais revenir l'an prochain », a-t-il lancé.
Andréane Tremblay 13 ans en est à sa deuxième expérience. Comme son pire elle adore l'eau libre. Cette préparation va lui donner les armes pour un jour participer au Marathon de la relève et qui sait réaliser le 32 km. D'ici là, elle va effectuer la descente du Saguenay à relais avec son père François-Bernard Tremblay. Elle ne manque pas d'aplomb.
Cette passion contagieuse qu'ont attrapée les 23 nageurs est partagée par Nadia et Gilles Potvin et par l'entraineur Michel Tremblay qui accompagne les jeunes avec une douce rigueur. « Tout ce fait dans la bonne humeur en respectant les jeunes. Ils s'amusent comme des fous et ils ont progressé énormément. Je suis très heureux du résultat », a-t-il lancé.
Hier le journaliste du Quotidien a plongé à l'eau pour faire un 500 mètres en leur compagnie. Une expérience enrichissante qui a permis de constater que le groupe de jeunes de 12 à 14 ans nageait vite, très vite.  
C'est la 6e année que ce camp existe. Preuve que la natation en eau libre est bien vivante et qu'émergera peut-être de ce groupe un champion de la Traversée ou un médaillé olympique au 10 km.