Pascal Lapointe a remporté les deux premières médailles de l’histoire du Canada en parabadminton aux Jeux panaméricains de Lima, au Pérou.

Parabadminton: deux médailles historiques pour Pascal Lapointe

Natif de Jonquière, Pascal Lapointe est passé à l’histoire du sport paralympique canadien lors des Jeux parapanaméricains tenus à Lima, au Pérou, en remportant les deux premières médailles du pays en parabadminton.

« Ça prend quelqu’un pour être le premier. C’était la première fois que le sport était dans un grand jeu, sauf peut-être les Jeux asiatiques. Le parabadminton va faire son entrée aux Jeux paralympiques également en 2020 », raconte l’athlète, maintenant installé à Montréal. Pascal Lapointe a quitté la région pour ses études en traduction, domaine dans lequel il travaille toujours. Au Pérou, il a d’abord remporté le bronze en simple, avant de décrocher l’or avec sa partenaire, Olivia Meier, de Winnipeg.

Lima, Peru -  28/August/2019 -  Olivia Meier and Pascal Lapointe compete in doubles badminton at the Parapan Am Games in Lima, Peru. Photo: Dave Holland/Canadian Paralympic Committee.

« J’avais des vues sur une performance un peu meilleure en simple, mais arriver avec la médaille de bronze, c’est l’idéal. Pour être honnête, décrocher l’or par la suite en double effaçait pas mal toute la déception. Je ne retiens que du positif de ce tournoi. C’était vraiment une belle expérience », commente Pascal Lapointe, qui est classé 21e en double et 30e en simple au monde. Toutefois, pour les Jeux paralympiques, les quotas sont très bas avec de petits tableaux dans chaque catégorie. Dans la division SL4 (standing lower, soit debout avec handicap aux membres inférieurs), ils ne seront que six à participer.

« Grosso modo, pour se qualifier d’office, il faut être dans les quatre premiers au monde. Ce sera donc très difficile pour Olivia et moi. On reste quand même l’équipe numéro un, non Europe et non Asie. L’idée, c’est de continuer à faire des tournois de qualification et de se garder en bonne position. Si jamais il y a des invitations, on pourra lever la main », annonce Pascal Lapointe, mentionnant que la moitié du processus de qualification est maintenant complété. En novembre, il participera à l’épreuve test des Jeux paralympiques, puis à deux tournois de la zone des Amériques en février, au Pérou et au Brésil.

Au Pérou, Pascal Lapointe a d’abord remporté le bronze en simple, avant de décrocher l’or avec sa partenaire, Olivia Meier de Winnipeg.

Atteint d’hémiplégie spastique, une paralysie partielle du côté gauche, le Jonquiérois, qui vient tout juste de fêter son 43e anniversaire, a débuté le badminton à l’adolescence. « Mon premier amour était le baseball, mais à un moment donné, je me suis rendu compte que mon poignet n’avait pas de flexibilité et j’avais de la difficulté à virer le bâton. Ça m’a pris quelques années à trouver et c’est au début de mon adolescence que je me suis aperçu que les sports de raquette étaient beaucoup plus adaptés pour moi. Le badminton était beaucoup plus accessible. J’ai commencé à jouer à l’école en parascolaire avant de me diriger vers un club de compétition. J’ai joué également au tennis, qui est dans la même veine », relate Pascal Lapointe, qui a évolué sous la férule de Jean-Marc Girard dans le club élite local.

Le parabadminton existe depuis une douzaine d’années de façon plus structurée. Pascal Lapointe a découvert le sport en 2016, participant cette année-là au Championnat canadien et aux Championnats continentaux en Colombie. Il avait cessé la compétition active depuis une vingtaine d’années.