La présentation de la dixième édition de l’Ultramarathon a été effectuée mercredi matin, en présence de l’un des membres du comité organisateur, Donald Dubois, du directeur régional de Leucan, Jacques Tremblay, Dave McMullen, également du comité organisateur, et du vice-président Service aux membres et clients de la grande région de l’est, Olivier Longpré.

Objectif de 200 000$ pour la 10e édition de l’Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La 10e édition de l’Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean se déroulera seulement les 6 et 7 juin prochain, mais affiche déjà complet avec l’objectif de dépasser pour une première fois la barre des 200 000 $ amassés.

« D’entrée de jeu, ce que je dirais, c’est wow ! Qui aurait cru qu’un jour on serait ici après dix ans à vivre cet événement qui n’a pas cessé de s’améliorer et progresser, je dirais même à la limite démesurée. La démesure a toutefois été très bien contrôlée par les bénévoles et tous les gens qui s’impliquent », a souligné Dave McMullen, membre du comité organisateur, mercredi matin, lors de la présentation de cette dixième édition au Pavillon sportif de l’UQAC, en présence de tous les acteurs de l’organisation ainsi que de nombreux participants passés et futurs. « Le principe au début était très simple, c’était on court toute la journée et on a du plaisir », a-t-il noté sur l’évolution de l’événement au fil des années.

Encore cette année, la majeure partie des profits seront remis à Leucan Saguenay-Lac-Saint-Jean avec une somme réservée pour la Fondation de l’Odyssée Lafontaine/Dominique-Racine. Plus de 500 000 $ ont été amassés pour Leucan depuis l’ultramarathon initial, ainsi que 500 000 $ pour venir en aide aux jeunes. « On est partis de pas grand-chose, d’une gang de crinqués qui décident de faire de l’activité physique pour soutenir deux causes », rappelle M. McMullen.

Au total, 320 coureurs, répartis en une quarantaine d’équipes de huit ou quatre, effectueront le tour de la région à relais. Une épreuve de 300 kilomètres avec le départ au Cégep de Chicoutimi le 6 juin, tôt le matin, et l’arrivée le lendemain en milieu d’après-midi, après un itinéraire de 32 heures. Un impressionnant cortège de 12 autobus suivra le peloton. La liste d’attente est même déjà bien garnie pour l’édition 2020, ce qui permet également d’assurer la pérennité de l’événement. « J’aimerais pouvoir décrire ce qu’on vit en tant que coureurs, mais c’est impossible », d’insister Dave McMullen.

« C’est vraiment quelque chose d’indescriptible. Il faut le vivre. C’est de voir de grands gaillards arriver à chaudes larmes. Ils ne savent pas pourquoi ils pleurent, mais savent qu’ils pleurent. Ils le sentent en dedans. Cette 10e année va être remplie d’émotions », annonce-t-il, avec notamment la participation de familles touchées par le cancer.

« Il n’y a pas grand-chose qui arrête les coureurs. Au cours des dernières années, on a vécu toutes sortes de températures, allant du -5 jusqu’au +40 l’année dernière. Malgré tout, on est tous arrivés au fil d’arrivée avec le sourire », souligne Dave McMullen.

Pour cette dixième édition, Desjardins, déjà associé dans plusieurs activités avec Leucan, devient présentateur officiel de l’Ultramarathon. Le vice-président Service aux membres et clients de la grande région de l’Est, Olivier Longpré, assurera la présidence d’honneur et fera également partie du peloton. Dans son intervention, il a rappelé que 63 familles de la région doivent composer avec le cancer. Il sera notamment possible de faire des dons aux comptoirs des différentes caisses populaires sur le territoire.

Chantale Côté et sa fille Michèle Simard feront partie de l’équipe Les recrues de Leucan lors de la dixième édition de l’Ultramarathon, les 6 et 7 juin. Elles entourent Florence, qui est en rémission d’une tumeur au cerveau, et son père Dave Potvin. ­­

+

UNE FAÇON DE REDONNER AU SUIVANT

L’Ultramarathon aura une signification importante pour Michèle Simard et sa famille. La mère de Florence, qui est en rémission d’une tumeur au cerveau depuis quelques semaines, participera à cette dixième édition, afin de redonner au suivant pour les services qu’elle a reçus de la part de Leucan. 

La mauvaise nouvelle est tombée le 22 juillet, pour Michèle Simard et son conjoint Dave Potvin. « Ça change une vie », laisse-t-elle tomber, soulignant le soutien immédiat de Leucan. 

« Une chance qu’on les a. C’est comme une grosse famille », témoigne Michèle Simard en faisant part des nombreuses activités et services dont elle a pu profiter.

« C’est plate parce qu’on ne voudrait pas embarquer dans cette famille, mais quand on en a besoin, ils sont vraiment là », assure-t-elle, annonçant qu’après quelques grosses opérations, Florence est maintenant en rémission officielle depuis le 31 janvier. 

« Ç’a été une grosse aventure, même si ç’a bien été, exprime-t-elle. Quand ce moment là arrive, on est lancés comme dans une jungle. Il y a moins de suivi, mais Leucan reste toujours là autour de nous. »

Afin de parcourir les 300 kilomètres, Michèle Simard sera accompagnée de sa mère, Chantale Côté, et de sa tante, au sein de l’équipe Les recrues de Leucan. « On est encore un peu brisés de toute cette histoire, mais c’est une manière de redonner au suivant, explique-t-elle. Les gens de Leucan ont tellement été présents et le sont encore tellement. En même temps, ça me force à m’entraîner et courir parce que ce sera une grosse aventure. Ça me stresse, mais ça me donne aussi de l’énergie. Ça me fait du bien, c’est incroyable. Ça donne aussi un sens à toute cette aventure-là. »

« Ça me fait du bien de savoir que je peux participer à un événement et redonner. Ça m’aide à me reconstruire à travers tout ça. C’est pour elle aussi, pour Florence », de laisser tomber Michèle Simard.