À l’entraînement à Las Vegas, Francy Ntetu (3e à partir de la gauche) a mis les gants avec plusieurs figures connues de la boxe, comme le champion WBC David Benavidez, Denis Douglin et Chris Eubank Jr.

Ntetu aux premières loges

À Las Vegas, tout est possible ! Au beau milieu de sa préparation pour son combat du mois prochain face à Erik Bazynian au Casino de Montréal, le Chicoutimien Francy Ntetu sera aux premières loges de la très attendue revanche entre Saul « Canelo » Alvarez et Gennady « GGG » Golovkin au T-Mobile Arena.

En plus d’assister à la soirée comme invité spécial, il participera également à une exposition avec d’autres boxeurs en marge du gala. « C’est fou. Les gens ne parlent que de ça. Partout où on va, il y a des affiches dans les rues. Ç’a des retombées économiques importantes », signale Francy Ntetu, joint à son hôtel mercredi soir. Il admet qu’il s’agira du plus gros gala auquel il assistera. Après une nulle partagée controversée dans le premier affrontement, le deuxième duel entre Golovkin (38-0-1, 34 K.-O.) et Alvarez (49-1-2, 34 K.-O.) mettra à l’enjeu les ceintures de mi-moyens de l’IBO, de la WBA et du WBC. Le Québécois David Lemieux affrontera l’Irlandais Gary O’Sullivan en sous-carte de la soirée afin de tenter de lui ravir le titre intercontinental de la WBO.

Rêve américain
Installé à Las Vegas depuis la mi-août pour un camp d’entraînement de six semaines, sous la supervision de l’entraîneur bien établi Jose Benavidez, Francy Ntetu se plaît dans la ville du vice et du jeu, surtout à 30 degrés dans le désert. Il a bien sûr rencontré plusieurs gros noms du monde de la boxe, lui qui fréquente le City boxing gym, propriété de Floyd Mayweather qui vient faire son tour régulièrement. « Je vis le rêve américain », annonce le Chicoutimien.

Côté sportif, Francy Ntetu utilise le qualificatif « incroyable » lorsque vient le temps de parler de ses partenaires d’entraînement dans le ring. Il a notamment mis les gants avec Jose Benavidez Jr. qui se prépare également pour son combat à la même date du 13 octobre, face à Terence Crawford, pour la ceinture WBO chez les poids mi-moyens.

« Je suis entouré de lions. Il y a un, deux, trois, quatre, dix et même 15 gars qui sont aussi bons que moi. Je me retrouve à nager là-dedans. Toutes les fois que je mets les gants, c’est un stress et je dois me prouver que je suis capable de le faire et peaufiner mon jeu d’échecs. C’est de ça que j’avais besoin », rapporte Francy Ntetu (17-2, 4 K.-O.), qui sera de retour au Québec à la fin septembre afin de compléter sa préparation. Il tentera alors d’infliger un premier revers à Erik Bazynian (20-0, 15 K.-O.) et ainsi s’emparer de la ceinture nord-américaine de la WBO chez les supers mi-moyens.

« Je ne vois pas ce que Bazynian peut faire qui peut me déranger vraiment. Je ne le prends pas à la légère, mais je vois des boxeurs avec des styles beaucoup plus compliqués que lui, plus grands et plus gros. Je viens de mettre les gants avec un triple olympien, le Cubain Joel Casamayor, le gars le plus rapide que j’ai vu de ma vie », d’insister Francy Ntetu.