Le skieur Nicolas Chouinard est le deuxième récipiendaire du nouveau programme de reconnaissance sportive du Regroupement loisirs et sports du Saguenay–Lac-Saint-Jean.
Le skieur Nicolas Chouinard est le deuxième récipiendaire du nouveau programme de reconnaissance sportive du Regroupement loisirs et sports du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Nicolas Chouinard, le second lauréat du Regroupement loisirs et sports [VIDÉO]

Nicolas Chouinard est le deuxième lauréat du nouveau programme de reconnaissance sportive du Regroupement loisirs et sports (RLS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le skieur alpin reçoit du même coup une bourse de 500 $ pour cette récompense, qui remplace le gala du Mérite sportif régional.

Le RLS a dévoilé le deuxième récipiendaire par l’entremise d’une vidéo rendue publique sur sa page Facebook, jeudi matin. La captation s’est déroulée au Mont Lac-Vert d’Hébertville, lors d’un entraînement en compagnie de ses coéquipiers. C’est son entraîneur Christian Simard qui lui a remis le chèque. M. Simard entraîne Nicolas depuis l’âge de 10 ans.

« Aujourd’hui, il relève tous les défis et il a atteint tous les sommets dans la région et au Québec, a partagé l’entraîneur dans la vidéo. C’est quelqu’un qui s’entraîne pour atteindre ses buts et il s’implique quand vient le temps de faire du bénévolat pour le club. C’est un exemple pour tout le monde. »

Dans son palmarès, Nicolas Chouinard compte un titre à la Classique Pierre Landry, dans la catégorie U14. Il a également terminé neuvième lors du slalom au Jeux du Québec à Alma, présentés en 2017. Le jeune athlète est membre de l’équipe provinciale en vue du Championnat can-am.

« Il a vécu plusieurs épreuves en ski, a raconté sa coéquipière Florence Coulombe dans la vidéo. Il a commencé alors qu’il était plutôt anxieux et ça n’a pas toujours été facile. Il a quand même commencé (à faire du ski de compétition) tard et il n’a pas été le meilleur tout de suite. Il a fallu qu’il persévère pour qu’il réussisse à atteindre ses objectifs. »

« ll skie direct et il n’a pas peur », a illustré Léo-Pier Doré.

« Il y va à fond. Ça passe ou ça casse », a ajouté Florence Coulombe.