Mont-Édouard: Louis Tremblay Poirat succède à Claude Boudreault

Après neuf ans passés à travailler à l’essor de la station de glisse du Mont-Édouard, le directeur général Claude Boudreault passe officiellement le flambeau à Louis Tremblay Poirat, qui était son adjoint depuis décembre dernier.

En entrevue téléphonique, M. Boudreault a confirmé l’information concernant son successeur. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant qu’il coupera les ponts avec la station anjeannoise, au contraire !

« En fait, je me retire de la direction générale, mais je vais quand même continuer à travailler le volet développement du Haute-route et du produit haute performance », nuance celui qui aurait amorcé sa 10e saison au Mont-Édouard cet automne. Il agira comme conseiller, mettant ainsi à profit le bagage d’expérience acquis au cours des dernières années.

« J’ai donné ce que j’avais à donner, assure Claude Boudreault. Je pense que du sang neuf, c’est l’fun. Nous avons quand même trouvé quelqu’un qui est jeune (29 ans), qui est très dynamique et qui a un bel aplomb. »

Son dauphin, Louis Tremblay Poirat, est entré en fonction comme adjoint au directeur général en décembre 2018. Auparavant, il avait œuvré au Village Vacances Petit-Saguenay et pour les Cafés Summum. « Nous sommes allés en ouverture de poste l’été passé. Nous avons reçu sept ou huit candidatures intéressantes, mais Louis avait vraiment une longueur d’avance », mentionne M. Boudreault.

« Au Mont-Édouard, on l’avait repêché cet automne pour qu’il puisse au moins vivre une saison d’opération en ma compagnie cet hiver. Je suis à planifier le transfert de savoir. Le conseil d’administration ne voulait pas que je me retire d’un coup sec. »

La municipalité, qui est propriétaire de la station, vient d’ailleurs d’entériner l’embauche de M. Tremblay Poirat à titre de directeur général du Mont-Édouard.

Belle lancée

La station du Mont-Édouard profite d’une belle lancée. « On a une belle croissance et ça va bien dans les investissements. Le Mont-Édouard est reconnu et on a gagné un prix canadien. C’est l’fun ! », lance Claude Boudreault avec entrain.

En 2018, la station anjeannoise a en effet obtenu un investissement de 2,4 millions réparti sur deux ans pour réaliser des projets visant la diversification de ses marchés.

« Présentement, je termine les travaux de l’investissement de 2,4 millions $, cet été, et vers les mois d’octobre-novembre, le transfert de la direction générale devrait être complété », estime-t-il.

Lorsque joint lundi, Claude Boudreault s’affairait justement à installer les rubans des nouveaux secteurs de Haute-route.

« On développe encore deux autres sommets avec deux refuges et on finit l’investissement obtenu pour l’enneigement artificiel. Il nous reste une trentaine de perches à installer et près de 3 km de conduite pour l’eau et l’air. » Ce nouveau système automatisé devrait permettre d’avancer la saison de glisse et de la prolonger.