Le centre natif de Mashteuiatsh, Mikisiw Awashish, s’est rapidement viré de bord après avoir été retranché au dernier jour du camp du Drakkar de Baie-Conmeau. Il s’est joint aux Condors du Cégep de Beauce-Appalaches dans le circuit junior AAA.
Le centre natif de Mashteuiatsh, Mikisiw Awashish, s’est rapidement viré de bord après avoir été retranché au dernier jour du camp du Drakkar de Baie-Conmeau. Il s’est joint aux Condors du Cégep de Beauce-Appalaches dans le circuit junior AAA.

Mikisiw Awashish lorgne toujours du côté du junior majeur

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
L’attaquant de 19 ans, Mikisiw Awashish, est vite sur ses patins. À peine retranché au dernier jour du camp du Drakkar de Baie-Comeau, l’athlète de 19 ans s’est aussitôt joint aux Condors du Cégep de Beauce-Appalaches dans la Ligue junior AAA du Québec. Ce qui ne signifie pas qu’il a renoncé au junior majeur pour autant, mais le temps joue contre lui.

Car même s’il est heureux avec les Condors, le centre de 6 pieds, 187 livres, aimerait avoir encore une chance de se faire valoir auprès d’une équipe du circuit Courteau, mais le temps commence à manquer en raison de la pause forcée par la deuxième vague de la COVID-19. «C’est décourageant dans un sens parce que je sens que mon opportunité de remonter dans junior majeur d’ici à Noël me glisse entre les mains. Je ne peux pas performer sur la glace et me démarquer ni faire écarquiller les yeux des équipes juniors. Oui, c’est démotivant dans un sens parce que je ne peux pas prouver ma valeur une autre fois», avoue-t-il en entrevue téléphonique.

Cela dit, comme tout hockeyeur, l’athlète de Mashteuiatsh a surtout hâte de pouvoir reprendre l’action. À l’instar des autres sports d’équipe, le circuit junior AAA est sur pause depuis près d’un mois en raison du resserrement des mesures sanitaires et de la zone rouge.

Mais lorsqu’il s’est joint aux Condors, le cégep était déjà commencé et la saison de hockey s’annonçait bien. Arrivé deux semaines après le début des classes, l’étudiant en sciences de la nature a su s’intégrer rapidement à son nouvel environnement. «Tout fittait et ç’a juste été un choix logique», a indiqué celui qui a évolué pour les Élites midget AAA de Jonquière et disputé six matchs avec les Saguenéens avant de passer la saison 2019-20 avec Baie-Comeau.

En septembre, les équipes du circuit junior AAA ont donc pu au moins disputer quelques matchs dans le cadre du Défi Bauer. «Il y avait quand même un enjeu avec une place en séries éliminatoires à la fin du tournoi. On était à la fin de la ronde préliminaire et il restait une semaine à jouer quand la ligue a décidé de suspendre les activités», relate le centre qui a eu le temps de récolter deux buts et quatre passes en quatre matchs.

Depuis la pause, il se retrouve pour une rare fois à se consacrer uniquement à ses études, sans avoir à concilier le hockey. Une conciliation qu’il a toujours parfaitement bien réussie d’ailleurs.

«Ça continue d’aller super bien du côté des études même s’il y a eu une petite adaptation à faire au début au niveau du cégep et des professeurs parce que je suis arrivé deux semaines en retard. Il y a donc eu une petite transition à faire, mais ça va super bien», confirme celui qui envisage de poursuivre le hockey au niveau universitaire dans le cadre d’études en génie ou en gestion.

Marque de confiance

En principe, les activités pourront reprendre cette semaine et l’attaquant avoue qu’il est impatient de renouer avec son sport. «J’ai hâte que ça recommence et j’ai hâte de faire mes preuves aussi parce que j’ai quand même comme objectif de remonter dans le junior majeur. Présentement, je sens que ça me glisse un peu entre les mains, alors j’ai hâte de reprendre le plus vite possible», souligne-t-il.

Même s’il a joint les rangs des Condors en retard, le jeune homme a été très bien accueilli par l’entraîneur-chef et DG Pier-Alexandre Poulin et ses nouveaux coéquipiers. D’ailleurs, il a eu droit à une belle marque de confiance qui lui a fait chaud au coeur.

«Ça s’est super bien passé. Eux, ça faisait un mois qu’ils étaient en camp d’entraînement et il y avait quand même une bonne chimie d’installée. Nous étions deux à arriver du junior majeur et on a bien été intégrés dans le groupe. Lors de la sélection des assistants au capitaine qui était votée par les joueurs, j’ai été choisi assistant pour la première édition. C’est quand même assez spécial et c’est gratifiant d’avoir reçu une confiance aussi rapide de mes coéquipiers», avoue Mikisiw, à la fois fier et honoré.

Il se sent aussi très apprécié de l’entraîneur-chef qui lui fait confiance et lui accorde un bon temps de glace. «Je peux ainsi toucher à toutes les facettes du jeu.»

Mikisiw Awashish a bon espoir que les activités reprennent dans le circuit. Pour l’instant, il pourrait y avoir des matchs contre les formations collégiales et midget AAA de la région. Les joueurs gardent aussi la forme par l’entremise d’entraînements supervisés via Zoom auxquels s’ajoutent de petits défis intraéquipe motivants.