Michel Simard s’apprête à dévoiler son deuxième ouvrage, De Birchdale au Golf Lac-Saint-Jean, lors du lancement qui est prévu le vendredi 5 juillet, au club de golf de Saint-Gédéon.

Michel Simard raconte l’histoire du golf régional

Retraité de l’enseignement, Michel Simard s’est donné comme objectif de faire en sorte que le sport régional et ses fleurons ne tombent pas dans l’oubli. Après avoir réalisé un premier ouvrage consacré aux 50 ans d’histoire des sports à Saint-Gédéon, Michel Simard récidive, cette fois, avec le fruit de ses recherches sur l’histoire du club de golf d’Alma/Saint-Gédéon et ses principaux acteurs. Résultat: un bouquin de belle facture intitulé De Birchdale au Golf Lac-Saint-Jean, dont le lancement officiel aura lieu au Club Lac-Saint-Jean le 5 juillet.

En entrevue, Michel Simard ne cache pas sa satisfaction quant au produit final de ce deuxième «bébé», né de sa «passion du sport jumelée avec celle de produire des documents qui vont demeurer et qui vont devenir des documents historiques.»

Le premier volume lui a permis d’apprivoiser les différentes facettes du monde de l’édition, de sorte qu’il savait beaucoup mieux ce qu’il voulait pour ce deuxième projet. Il dit d’ailleurs avoir «plus osé» en bonifiant notamment son ouvrage de davantage de photos. La rédaction a été aussi plus rapide puisqu’il s’est lancé dans l’aventure en septembre dernier et fait en sorte que l’ouvrage soit remis à l’éditeur en mai. Le produit final (300 pages) est très agréable à lire et à regarder (550 photos). Il est disponible au coût de 60 $, taxes incluses.

Un riche passé

À sa lecture, les amateurs de golf de la région pourront faire un saut dans le passé, puisqu’en plus de consacrer la majeure partie de son livre à l’histoire du club jeannois, il est aussi question des débuts du golf au Saguenay–Lac-Saint-Jean, avec la naissance des country clubs de neuf trous à Port-Alfred en 1926, à Arvida en 1927 et à Birchdale en 1929, etc.

Outre les golfeurs émérites qui ont marqué l’histoire du club de Riverbend, on y reconnaît aussi des personnalités sportives et du monde des affaires de l’époque. On découvre aussi que les dames étaient déjà bien impliquées dans ce milieu, ayant même mis en place un comité régional féminin.

Au départ, celui qui a été président et capitaine du Club Lac-Saint-Jean avait prévu consacrer quelque 240 pages à l’histoire du club de golf qui a vu le jour à Riverbend (Alma) avant son transfert officiel à Saint-Gédéon en 1984.

Mais il s’est laissé emporté par l’histoire et les gens qui l’ont façonnée: des premiers membres du club, Édouard Moffatt, Jimmy Hepburn, Rainer Makila, un bon golfeur et hockeyeur qui a joué avec Jean Béliveau et Jean-Paul Lamirande, un Almatois qui s’est lui aussi distingué; les familles Lamirande et Scullion qui ont fait leurs marques au hockey et au golf; Raymond Dufort, premier professionnel bilingue au club Birchdale, etc.

Il s’est laissé prendre au jeu en effectuant ses recherches sur les professionnels du club: André Harvey, premier à avoir fait carrière comme professionnel à partir de Birchdale, a remporté le championnat junior provincial en 1961.

Serge Thivierge a répété cet exploit en 1974, et Keven Fortin-Simard l’a gagné deux années de suite, soit en 2003 et en 2004.

Il n’a pu s’empêcher de mettre en relief leur parcours peu banal.

Retrouvailles

Le lancement officiel de cet ouvrage, le 5 juillet, dans le cadre d’un 5 à 7, aura des airs de retrouvailles au Club de golf Lac-Saint-Jean. Car ce sera l’occasion de rencontrer plusieurs joueurs et joueuses qui ont fait leurs marques, dont Serge Thivierge, André Harvey, Gaby Lessard, les soeurs Martine et Andrée Harvey, des membres de la famille Bonenfant, Roger Boudreault, qui signe la préface du volume et qui a été impliqué à Birchdale depuis les années 60.

Après ces deux premiers livres consacrés au sport jeannois et régional, Michel Simard a encore quelques projets dans sa besace. «Je veux offrir une mémoire du sport régional. Je me suis donné, comme projet, d’écrire un livre par année sur le sport jusqu’à 70 ans», raconte l’auteur de 64 ans, qui s’intéresse aussi à l’histoire des Aigles/Aiglons d’Alma et de la balle rapide.