Les coureurs vont parcourir 300 kilomètres en 32 heures.

Mémorable avant même le début de l’épreuve

La neuvième édition de l’Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean s’annonçait mémorable avant même son lancement, prévu jeudi matin, 7 h, à l’école Lafontaine. Avec une participation record quant au nombre d’équipes, voilà maintenant que dame Nature s’invite à la fête en promettant des conditions uniques aux coureurs.

« C’est une édition des plus chaleureuses, dans tous les sens du terme », a lancé d’entrée de jeu Dave McMullen, membre du comité organisateur. La température risque en effet d’être un élément à prendre en considération pour les 236 coureurs répartis dans 30 équipes, ce qui est d’ailleurs un record. Le mercure pourrait atteindre les 30 degrés Celcius, du jamais vu à l’Ultramarathon. L’an dernier, le froid, la pluie et le vent avaient marqué la huitième édition.

« La température est un peu mon inquiétude au niveau de l’organisation, mais on va faire confiance aux gens qui vont prendre les précautions nécessaires, a ajouté Dave McMullen. On a de la misère à se doser ! »

Dave McMullen est impressionné par l’ampleur que prend l’Ultramarathon d’une année à l’autre.

En 2017, 118 000 $ avaient été amassés. Sans dévoiler le montant final, Dave McMullen a confirmé que ce montant a été dépassé. Le dévoilement final se fera en début d’après-midi, vendredi, à l’école Lafontaine, au terme des 300 kilomètres de course en 32 heures.

En raison du Sommet du G7, l’organisation de l’Ultramarathon a dû apporter quelques ajustements au déroulement de l’activité. Ainsi, le convoi de neuf autobus quittera l’école Lafontaine en direction du boulevard de l’Université, avant d’emprunter le boulevard Talbot pour finalement aller retrouver le parcours régulier sur le boulevard Barrette.

« Pour nous, on ne gère que des choses positives et c’est positif non seulement pour l’événement, mais également pour tout ce que ça rapporte aux deux causes qu’on soutient (Leucan Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Fondation de l’Odyssée Lafontaine/Dominique-Racine) », a fait remarquer Dave McMullen, impressionné par l’ampleur que prend l’événement, d’année en année.

« Les gens s’investissent énormément et pour certains, c’est plus gros que de participer à un marathon ou de vivre une expérience sportive olympique, a-t-il mis en contexte. C’est énorme ce que ça peut demander comme engagement et comme réalisation. Les gens en sont immensément fiers et c’est ce que j’entends depuis le début de la semaine. C’est un sport individuel qui va se réaliser en équipe, ce qui rend le défi accessible. Dans toute compétition sportive, il y a toujours un gagnant. Vendredi, 236 finalistes vont atteindre leur objectif personnel. Il n’y a pas de gagnant ou de perdant, il n’y a que des gagnants et je pense que c’est ce qui en fait la marque unique de l’événement. »

Les personnes intéressées à suivre, en direct, la progression des coureurs pourront le faire sur le site ultramarathonsaglac.com.